mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceIl faut s’assurer que l’OMPI soit retirée de la liste noire –...

Il faut s’assurer que l’OMPI soit retirée de la liste noire – Ancien président du Congrès US

CNRI – « Il n’y a pas de véritable argument logique contre le retrait de l’OMPI de la liste. Et en fait, il y a un argument très logique en faveur de son retrait », a déclaré Denis Hastert le 25 aout à Washington.

L’ancien président de la Chambre des Représentants (1999-2007) s’exprimait dans une conférence de hautes personnalités politiques et militaires américaines sur le rôle néfaste du régime iranien et la nécessité de retirer de la liste noire l’opposition iranienne, l’OMPI. La conférence était présidée par Patrick Kennedy. Voici les temps forts de son intervention :

Patrick Kennedy : Aujourd’hui, nous avons un ancien président de la Chambre des Représentants américaine qui, non seulement était président lors du 11 septembre 2001, mais qui a aussi inauguré la création de la Sécurité intérieure. Il est ici aujourd’hui pour demander la radiation de l’OMPI de la liste noire.

M. Denis HASTERT : Je vous remercie. Tout d’abord, je suis venu ici il ya quelques mois pour vous écouter dans un programme auquel je participais. J’ai dit que vous étiez la clé du changement et vous avez fait un excellent travail ici à Washington parce que vous avez porté votre histoire aux membres du Congrès.

Comme la plupart des membres du Congrès sont concernés, ils écoutent. Et quand il y a une cause juste, ils agissent. Vous avez contribué à rendre ça possible.

Tout d’abord, la clé de tout, la chose sur laquelle nous voulons nous concentrer, que nous voulons voir se produire, est de s’assurer que l’OMPI soit rayée de la liste. Si cela se produit, cela résout la question d’Achraf. Cela résout la question du camp Liberty et donne la possibilité aux gens d’être rapatriés vers un pays de leur choix.
Qu’est-ce qui bloque aujourd’hui ? L’Union européenne a retiré l’OMPI de la liste, la Grande-Bretagne a retiré l’OMPI de la liste. Mais le seul autre pays qui n’a pas retiré l’OMPI de la liste ce sont les États-Unis.

Maintenant, nous sommes assurément impliqués dans la politique et la diplomatie du Moyen-Orient et certainement dans les situations qui cherchent des réponses au problème nucléaire de l’Iran ou aux défis nucléaires en Iran. Nos relations avec l’Irak ont certainement joué dans l’opinion de la Secrétaire d’État.

Mais quand il en va de la liberté et de la vie d’êtres humains, nous devons mettre l’accent très particulier sur ce qui a trait à leur bien-être et sur ce qu’il y a de juste à faire. Il ne faut pas essayer de sacrifier le bien-être d’un groupe de personnes, leur vie, leur capacité à avoir une vie décente en raison de quelques considérations politiques ou diplomatique.

Alors, que devons-nous faire ? Vous devez continuer à faire pression. Il y a un panel d’éminentes personnalités ici. Votre leadership a fait pression sur le Département d’Etat. Il y a une décision de la Cour fédérale qui dit que le Département d’Etat doit prendre une décision. Elle ne dit pas ce que cette décision sera, mais qu’il doit prendre une décision le 1er octobre. C’est un avantage en notre faveur.

Il n’y a pas de véritable argument logique contre le retrait de l’OMPI de la liste. Et en fait, il y a un argument très logique en faveur de son retrait.

Donc, nous devons constamment garder cela à la connaissance du peuple américain parce que, particulièrement en cette période d’élection électorale, il est à la recherche de problèmes sur lesquels discuter. Il veut comprendre les problèmes de la justice humanitaire. Et quand ceci sera bien ciblé, ce sera constamment dans les journaux. Nous devons donc considérer ceci comme une évidence, cette question finira par se résoudre. Surtout avant cette échéance du 1er octobre.

Bien sûr, si le département d’Etat n’effectue pas le retrait de la liste, les tribunaux vont probablement prendre des mesures et retireront l’OMPI. Donc, vous devez continuer à soulever les questions humanitaires qui se posent au camp Liberty.

J’ai regardé cette vidéo aujourd’hui et je ne cesse d’être stupéfait. C’est la deuxième fois que je la vois, mais je suis surpris à chaque fois qu’il y ait ici des personnes qui vivent dans ces conditions. Il n’y a aucune raison à cela. il faut les changer. Les conditions dans lesquelles vivent ces personnes leur sont artificiellement imposées, à ces Iraniens qui vivent en Irak et qui sont à la recherche de leur propre liberté.

Que s’est-il passé ? Eh bien, le responsable onusien a révélé avoir été contraint et en fait, la vérité est cachée. La vérité est dissimulée dans les rapports de l’ONU à New York et aux autres entités. C’est stupéfiant.  Et je pense que ce que vous devez examiner, c’est que ce que vous avez très bien fait, vous devez continuer à faire l’interface avec les membres du Congrès.

Je suis étonné de voir comment cela a été bien accepté par le Congrès. Les lettres qui sont arrivées des responsables des affaires étrangères de la Chambre des représentants et du Sénat, des deux partis, sur une base bipartisane, ont eu un réel impact. Elles ont poussé cesz personnes à examiner cette question de très près.

Je pense que cela met le Département d’Etat dans une situation précaire eut égard à sa réticence à dé-lister l’OMPI. ça doit être fait maintenant. Surtout en septembre, quand le Congrès est réuni. Ce sont des gens très occupés. Ils ont beaucoup de choses en tête.

Chacun des membres de la Chambre des Représentants a à l’esprit une campagne à faire, en plus de son travail au Congrès.

Si le Département d’Etat ne fait pas son travail, le Congrès peut retenir une partie du budget du département d’Etat. Parfois, cela attire l’attention des gens. On pourrait appeler cela du chantage, mais c’est politique, ça arrive et c’est très efficace.

Aussi, la seule fois, à mon souvenir, où Kofi Annan est venu me voir et m’a demandé mon avis sur quelque chose, c’est quand nous avons refusé des fonds à l’ONU. Donc, si l’ONU n’agit pas, s’ils sont réticents à effectuer des choses justes, tout spécialement avec les conditions de vie des gens, avec les problèmes humanitaires au camp Liberty, ça peut être un point pour retenir un certain budget de l’ONU. C’est déjà arrivé. ça s’est fait de manière efficace dans le passé.

Donc, votre insistance auprès du département d’Etat pour retirer l’OMPI de la liste est très importante. Vous devez continuer à le faire et vous devez le faire en tant que communauté.

Vous avez fait preuve de diligence. Vous vous êtes levé au nom de la population d’Achraf et maintenant ces personnes ont été transférées à Liberty. Vous avez demandé que certaines conditions soient satisfaites. Vous avez constamment insisté pour que cela se produise et cela doit se poursuivre aujourd’hui plus que jamais. Alors je vous demande de le faire.

Il y aura des questions qui devront être posées. Pourquoi le Département d’Etat n’insiste-t-il pas pour que la radiation soit effectuée ? Quelque part, un jour ou l’autre, quelqu’un va devoir répondre à cela, cette question doit être posée.

Aussi, le Congrès peut vous aider à trouver les réponses à ces questions. Vous devez respectueusement leur demander de le faire et ils le feront.

Enfin, lorsque nous parlons du processus de financement, c’est une partie du fonctionnement politique naturel de ce que fait le Congrès. C’est une façon efficace d’obtenir des choses, en particulier au niveau bureaucratique.

Vous rendez un grand hommage à l’Iran et à ce que l’Iran a été dans le passé et à ce que l’Iran sera peut être dans l’avenir. N’abandonnez pas le combat.