lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyIl est temps que les USA retirent l’OMPI de leur liste noire...

Il est temps que les USA retirent l’OMPI de leur liste noire – sénateur belge

Communiqué de presse du sénateur belge Dirk Claes, 18 aout – Après le geste de bonne volonté de la résistance iranienne d’envoyer le 6ème convoi de 400 résidents d’Achraf vers Liberty la semaine prochaine, il est maintenant temps pour les Etats-Unis de suivre l’Europe et de radier l’OMPI de la liste des organisations terroristes.

Nous avions demandé aux résidents d’Achraf de ne plus envoyer personne à Liberty, en raison des conditions de vie carcérales épouvantables. Nous avons critiqué le gouvernement irakien pour sa politique répressive contre ces opposants iraniens en Irak et pour avoir violé le protocole d’accord signé avec l’envoyé de l’ONU en Irak. Les 2000 réfugiés iraniens qui se sont déjà rendus à Liberty, ont dû supporter le colonel irakien Sadeq de triste réputation et commande le camp. Sadeq s’est rendu responsable de deux massacres à Achraf en 2009 et en 2011 et a été mis en accusation par la Cour nationale espagnole pour crimes contre l’humanité. Sous son commandement, ces réfugiés ont été réprimés et se sont vu priver de leurs besoins humanitaires minimum. A titre d’exemple, même des abris de base pour protéger les résidents de la température brûlante de 50-55° leur ont été refusés.

Cependant, nous sommes très émus par le geste de bonne volonté de la résistance iranienne d’envoyer le 6ème convoi de 400 résidents d’Achraf à Liberty le 23 août, comme annoncé par Mme Maryam Radjavi, la dirigeante de la résistance iranienne.

Nous appelons donc le gouvernement américain à suivre l’Europe et à retirer la principale opposition iranienne, l’OMPI, de la liste des organisations terroristes étrangères. La Cour d’appel de Washington a également exhorté le département d’Etat à prendre une décision d’ici fin septembre. Tout retard dans le retrait de l’OMPI de la liste, sera interprété comme un feu vert par les régimes d’Iran et d’Irak pour poursuivre la répression et les assassinats de ces réfugiés sans défense. Dès que l’OMPI sera retirée de la liste, le processus de réinstallation dans des pays tiers pourra avancer. La radiation contribuera également à la sécurité des résidents, puisque l’Irak utilise l’étiquette de terroriste comme prétexte pour violer leurs droits.

Le gouvernement irakien doit remplir les besoins humanitaires minimum en 8 points des résidents, au plut tôt. L’Union européenne s’est tenue à l’écart l’an passé. Nous demandons instamment à la Baronne Ashton et à notre propre gouvernement d’appeler l’Irak à cesser les actions inhumaines contre les résidents. Dans un premier temps, le colonel Sadek doit être destitué de son poste au camp Liberty et poursuivi pour ses crimes.

Nous appelons les ministres des Affaires étrangères de l’Union Européenne et la Baronne Ashton à ouvrir les portes aux réfugiés iraniens d’Achraf et de Liberty afin de mettre un terme à cet immense problème humanitaire.

Dirk Claes
Sénateur maire de Belgique
Dirigeant du groupe flamand chrétien démocrate au sénat belge  
Président du Comité des parlementaires belges  pour un Iran démocratique

Contexte :
Depuis les 26 dernières années, le camp d’Achraf, au nord-est de Bagdad, a été le foyer de 3400 opposants iraniens dont le but est de renverser les dirigeants tyranniques de leur pays.
A la suite de l’intervention américaine en Irak en 2003, des résidents du camp d’Achraf ont accepté – selon un accord signé avec les Etats-Unis – un désarmement volontaire et total en échange d’une protection américaine. Mais les Etats-Unis ont abandonné leur accord quand ils se sont retirés d’Irak en 2009 et ont remis les résidents au premier ministre irakien Al-Maliki, favorable à Téhéran, qui a lancé une campagne de répression contre les dissidents. Achraf a été placé sous un blocus inhumain et les résidents sans défense ont été par deux fois attaqués par les forces lourdement armées de Maliki, qui ont tué 50 innocents et ont fait des centaines de blessés et de nombreux handicapés.

Sous l’insistance de l’ONU, et afin d’éviter de nouvelles effusions de sang, les résidents d’Achraf ont accepté d’abandonner leur foyer et d’être transférés au camp Liberty près de l’aéroport de Bagdad. Là, l’ONU devait les interroger et leur trouver des nouveaux pays d’accueil.
Cinq convois de 400 personnes se sont successivement partis d’Achraf à Liberty mais l’Irak a imposé des conditions de plus en plus répressives à Liberty et l’a transformé en un établissement carcéral. Lorsque le dernier convoi a quitté Achraf pour Liberty, le 4 mai, six camions remplis de besoins de première nécessité pour la vie quotidienne des résidents qui avaient été soigneusement inspectés à Achraf et autorisés par le gouvernement irakien à se rendre avec le convoi  à Liberty, ont été renvoyés à mi-chemin et ne sont jamais arrivés à Liberty.

Selon un rapport récemment publié par le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire, les habitants ont été soumis à des fouilles humiliantes quand ils ont été transférés de leur ancien lieu d’habitation du camp d’Achraf et se sont vu refuser d’emporter avec eux des effets personnels comme des fauteuils roulants et des médicaments. Ils sont actuellement détenus dans des conditions épouvantables sans eau en quantité suffisante, sans assainissement ou électricité. Ils n’ont pas le droit de quitter Liberty. Les avocats et les politiciens se sont vu refuser l’accès à Liberty.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe