vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeHier c’était Oussama Ben Laden, aujourd'hui c’est Ghasem Soleimani commandant de la Force...

Hier c’était Oussama Ben Laden, aujourd’hui c’est Ghasem Soleimani commandant de la Force terroriste Al-Qods iranienne

Hier c’était Oussama Ben Laden, aujourd'hui c’est Ghasem Soleimani commandant de la Force terroriste Al-Qods iranienne

CNRI – Dans un article intitulé « Hier c’était Oussama Ben Laden, aujourd’hui c’est Ghasem Soleimani », le journal Al-Arab, basé à Londres, écrit le 2 mars : « Ghasem Soleimani, commandant de la Force terroriste Al-Qods iranienne, gère cent mille militants répartis à travers le Moyen-Orient. »

Les délégations et organisations américaines officielles demandent de plus en plus que l’Iran soit tenu responsable et que son bras militaire soit listé comme un groupe terroriste. Ils ont également exigé que Ghasem Soleimani, Commandant de la Force Al-Qods, soit mis en jugement pour des crimes de guerre et des actes terroristes, qui ne sont pas moins que ce qu’Oussama Ben Laden a commis.

Beaucoup de personnalités politiques et d’information croient que Soleimani a commis beaucoup de crimes, pas seulement au Moyen-Orient, mais même dans les pays Occidentaux.

Kenneth Timmerman, auteur du « compte à rebours », croit que Soleimani ne suit pas seulement Ben Laden en termes de degré de crimes commis, mais il est maintenant absolument plus dangereux que Ben Laden, avec des mains plus ensanglantés que tout autre terroriste dans le monde. Alors, il est maintenant temps de mettre fin à ses crimes. Les analystes américains affirment que le fait de ne pas enquêter sur Soleimani l’a rendu moins bien connu au sein des cercles et des gens Occidentaux que Ben Laden.

Soleimani est considéré comme un symbole par le régime des mollahs et ses partisans extrémistes dans le monde entier. Timmerman croit que Soleimani est un symbole qui a l’intention d’établir un califat ou un état islamique, celui-là même dont le régime des mollahs fait la promotion.

Le régime des mollahs essaie de symboliser Soleimani comme un homme fort qui va réaliser le « but de la nation », c’est pourquoi il participe aux guerres en Syrie et en Irak pour encourager les milices chiites à se battre à mort. Le nombre de forces sous le commandement de Soleimani est estimé par les Américains à une centaine de milliers, répartis dans tout le Moyen-Orient.

Le rôle de Soleimani ne se limite pas à ébranler les fondements de la sécurité dans la région, mais il interfère aussi avec les questions politiques, distribue des postes ministériels dans les pays sous sa juridiction et parfois même nomme son Premier ministre.

Avec Trump au pouvoir, il y a eu un nombre croissant de demandes pour mettre un terme à l’intervention destructrice de l’Iran dans la région et à l’inscription de l’Iran en tant qu’État sponsor du terrorisme, avec Soleimani qui est considéré comme le leader des terroristes.

Les experts en terrorisme estiment que la Force Al-Qods est le bras étranger des pasdaran, soulignant qu’elle a fait des choses qui pourraient être considérées comme des actes terroristes à l’échelle internationale.

La Force Al-Qods a été impliquée dans la fondation du Hezbollah libanais, leur fournissant un soutien militaire, financier et en formation afin de leur permettre de mener des actes de terrorisme et de dominer le Liban après s’être débarrassée de Rafiq Hariri, l’ancien Premier ministre libanais.

Les experts affirment que l’Iran a une longue histoire de parrainage du terrorisme, en ayant fourni un abri aux membres d’Al-Qaïda à travers un accord avec Oussama Ben Laden au cours des années 90, avec certains membres de la famille de Ben Laden qui vivent toujours en Iran.

La Force Al-Qods est également accusée d’avoir commis des actes terroristes à l’intérieur des États-Unis, y compris la tentative d’assassinat d’Adel al-Jubeir, ancien ambassadeur saoudien aux États-Unis.

Et selon le Pentagone lui-même, Soleimani et ses hommes ont été impliqués dans la formation des terroristes pour fabriquer des engins explosifs et les utiliser en Irak et en Afghanistan contre les troupes américaines. C’est pourquoi les Américains désirent ardemment enquêter sur la Force Al-Qods et son commandant.

 

Lire aussi : 

Le régime iranien entraine des terroristes étrangers, à grande échelle, par des gardiens de la révolution

« Les Pasdaran iraniens devraient être traités comme Daech »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe