mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafGarantir la protection des Achrafiens jusqu'à ce qu'une solution définitive soit trouvée...

Garantir la protection des Achrafiens jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée – Maryam Radjavi

CNRI – « La première étape est d’assurer une protection aux habitants d’Achraf. La Résistance iranienne est prête, comme toujours, à toute coopération pour résoudre ce problème. Nous nous félicitons du plan présenté par la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak, dirigée par M. Stevenson », a déclaré Mme Radjavi le 25 mai à Bruxelles.

Elle s’exprimait dans une conférence au Parlement européen où des responsables politiques européens et américains ont mis en garde contre une catastrophe humanitaire plus grande que le massacre du 8 avril au camp d’Achraf, appelant l’ONU, l’UE et les Etats-Unis, à entreprendre une action urgente afin de parvenir à une solution durable et pacifique à ce problème.

La réunion, parrainée par l’intergroupe des Amis d’un Iran Libre au Parlement européen et le Comité international pour l’Application de la Justice (ISJ), était présidée par le Dr. Alejo Vidal-Quadras, Vice-président du Parlement européen.  Elle a réuni notamment Andrew Card, chef de cabinet de la Maison Blanche sous le président George W. Bush, Wesley Clark, ancien commandant des forces de l’OTAN, Bill Richardson, ancien secrétaire à l’Energie et ambassadeur américain à l’ONU sous l’administration Clinton, Philip D. Zelikow, haut conseiller du Département d’Etat sous le président George W. Bush, l’ambassadeur Dell Dailey, coordinateur du contre-terrorisme au Département d’Etat sous le secrétariat de Condoleeza Rice, Jim Higgins eurodéputé membre du Bureau du Parlement européen, Struan Stevenson, président de la délégation du PE pour les relations avec l’Irak, et Tunne Kelam, eurodéputé.

Voici l’intervention de Mme Radjavi :

Permettez-moi de saluer en premier lieu la décision du Conseil des ministres de l’UE du lundi dernier, de coopérer avec l’ONU et les États-Unis pour trouver une solution durable à la crise humanitaire à Achraf.

Quarante-huit jours après le massacre du 8 avril, 42 blessés sont toujours dans un état critique. Malgré la requête de la Haut-commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies, une enquête n’a pas encore été ouverte sur cette tragédie.

La première étape est d’assurer une protection aux habitants d’Achraf. La Résistance iranienne est prête, comme toujours, à toute coopération pour résoudre ce problème humanitaire. Nous nous félicitons du plan présenté par la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak.

 L’initiative du Parlement européen insiste également sur le fait que la sécurité immédiate des résidents est l’exigence absolue d’une solution viable et pacifique. Pour prévenir une autre tragédie, l’UE, en coopération avec l’ONU et les Etats Unis, doivent prendre des mesures immédiates afin d’assurer la protection les résidents du camp.

Dans ces circonstances, j’avertie que toute déplacement forcée en Irak serait un prélude à un massacre des habitants d’Achraf. Et je préviens que la communauté internationale et les États-Unis seraient responsables des conséquences.

Dans la pratique, une réinstallation à l’intérieur de l’Irak entraînera un plus grand isolement des résidents, coupant leurs communications et conduisant à leur élimination loin de la surveillance internationale.

À la lumière de la discussion du Conseil des ministres de lundi, je demande à la Baronne Ashton d’entreprendre les démarches nécessaires pour la mise en œuvre du plan du Parlement européen.

Je demande également à la Haute Représentante de l’UE de demander à l’ONU, d’installer une équipe d’observateurs à Achraf et de prendre les dispositions nécessaires pour éviter un autre massacre.

 L’Union européenne et la Baronne Ashton ont le pouvoir et les moyens de le faire.

Notamment en se basant sur le principe onusien de « Responsabilité de protéger » (RtoP) qui vient d’être appliqué en Lybie et à la Côte d’Ivoire pour protéger les populations civiles.

Je demande également aux États-Unis, qui ont signé un accord de protection avec chaque résident, de respecter leurs obligations et de prendre les mesures nécessaires pour garantir la protection des habitants.

Pour assurer la réussite du plan du Parlement européen, j’ai exhorté les États-Unis, l’UE et l’ONU à prendre les mesures urgentes suivantes:

1. Garantir la protection des habitants jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée.
2. Prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à la répression des habitants d’Achraf, notamment le retrait des forces militaires irakiennes du camp, le démantèlement des haut-parleurs et la fin des menaces de mort contre les résidents.
3. Veiller à ce que les résidents d’Achraf ne soient pas déplacés de force.
4. Reconnaître le statut juridique des résidents d’Achraf, conformément au droit humanitaire international, au droit international des droits de l’homme; et spécialement la 4e Convention de Genève.

 Chers amis,
 
Achraf constitue une partie de la crise iranienne.

L’accentuation des mécontentements populaires a attisé les dissensions internes et la lutte pour le pouvoir au sein du régime des mollahs.

Khameneï a perdu son autorité suprême et le régime s’est affaibli dans son ensemble.

La brèche qui s’est ouvert entre Ahmadinejad et Khameneï est une conséquence de cette situation.

Pour faire face à cette situation les mollahs ont accentué la répression et multiplié les exécutions. Ils tentent de détruire l’alternative démocratique à leur régime, afin de se sauver.

C’est dans ce cadre qu’il faut voir l’attaque du 8 avril et l’augmentation des pressions sur Achraf.

Dans de telles circonstances, les iraniens attendent davantage de mesures de l’UE : nous saluons la décision du Conseil des ministres d’avoir intégrer les noms d’autres personnes et compagnies liées au régime des mollahs dans la liste des sanctions ; mais cela ne suffit pas. Le temps est venu que l’achat du pétrole au régime iranien soit boycotté.

Ce n’est pas le moment d’entamer un nouveau tour de discussions inutiles avec les mollahs. Il temps d’adopter une politique de fermeté et de reconnaître l’opposition iranienne.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe