mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceFrance-Iran : Pour Henri Leclerc, le premier terrorisme à combattre, c'est le...

France-Iran : Pour Henri Leclerc, le premier terrorisme à combattre, c’est le terrorisme d’Etat.

ImageCNRI, 8 décembre : Un brillant séminaire sur le terrorisme avait réuni à Paris en novembre de nombreuses personnalités françaises, iraniennes, européennes et américaines, pour réfléchir sur l’intégrisme islamique et le terrorisme qui en émane. Le débat dirigé avec brio par Yves Bonnet, président du centre international pour la recherche sur le terrorisme CIRET-AVT, s’était concentré sur l’Iran, à la fois sur la dictature religieuse, cœur battant de l’intégrisme et du terrorisme, et son antithèse, le Conseil national de la Résistance iranienne. Me Henri Leclerc, ténor du barreau et figure de proue de la défense des droits de l’homme, était intervenu :

Vous disiez à l’instant que nous étions les héritiers des religions du Livre. Permettez à quelqu’un qui n’a pas de foi de dire aussi que la tradition de la liberté de pensée – puis je dire de l’élévation spirituelle – est une tradition qui doit être partagé par tous. Le problème c’est que la question qui se pose ce n’est pas tellement celle de l’intégrisme, c’est celle du terrorisme.
Qu’est-ce que le terrorisme ? Difficile à définir. Le terrorisme c’est souvent la façon dont on traite ses adversaires, mais la question n’est pas là. La terreur, c’est d’abord une terreur d’Etat, puis je dire hélas. Moi qui me réclame de toutes mes forces de la tradition de la Révolution française, que la Révolution française porte sur elle-même la tache sanguinolente de ce que l’on a appelé la terreur. Puis-je dire qu’il y eut un moment où cette révolution eut effectivement un comportement qui était un comportement terroriste et c’est même à ce moment là que le mot a été inventé. Alors, la tradition du monde fait qu’effectivement le terrorisme, c’est d’abord une affaire d’Etat.
Mais, lorsque se lie au terrorisme le terrorisme religieux, alors effectivement, les choses sont terribles parce que ceux qui conduisent cette bataille sont ceux qui parlent au nom d’une vérité dont il n’accepte pas que quelqu’un d’autre la conteste ou que quelqu’un d’autre viennent dire qu’il possède une autre vérité.
En fait, le totalitarisme a existé dans l’histoire souvent au nom de la religion. Le temps des croisades est terminé. Le temps des guerres de religions devrait être terminé. Mais nous avons connu des terrorismes qui n’étaient pas forcément des terrorismes religieux.
Comment oublier effectivement ce qui s’est passé durant la deuxième guerre mondiale. Moi, étant enfant, j’ai été élevé avec ce mot terrorisme que nous entendions. Et le terrorisme à l’époque, il était employé par ceux qui menaient la terreur, par ceux qui massacraient dans des conditions atroces le peuple juif, par ceux qui massacraient les gens d’Oradour-sur-Glane. Ceux qui résistaient étaient alors qualifiés par eux de terroristes. J’ai été élevé à ce moment, et j’ai compris, et je suis toujours convaincu que le plus grand terrorisme, c’est le terrorisme de ceux qui ont le pouvoir, c’est le terrorisme de l’Etat.
Bien sûr, l’Etat terroriste doit être combattu. Et je pense que c’est un des drames de la démocratie d’être obligée de ne pas utiliser toutes les armes auquel cas les terroristes ont déjà gagné parce que les Etats terroristes et les terroristes eux-mêmes sapent les fondements de la démocratie lorsque la démocratie oublie ses fondements principaux pour lutter contre le terrorisme. Et c’était là ce que nous voyons dans un certain nombre d’endroits. Non, il faut lutter par d’autres moyens.
Alors, le terrorisme religieux que nous connaissons actuellement en Iran, le terrorisme de Monsieur Ahmadinéjad, ce terrorisme effrayant qui tout de même lui a fait dire à la face du monde qu’il voulait que l’Etat d’Israël soit rayé de la carte. Quoi qu’on pense sur l’évident droit des Palestiniens à avoir un Etat, quoi qu’on pense des comportements du gouvernement israélien, oser dire aujourd’hui que cet Etat, reconnu par les nations doit être rayé de la carte du monde sans que pour autant une indignation d’une violence inouïe saisissent les peuples, c’est effectivement montrer ce qu’on est réellement.
Et sur ce sujet, il est évident qu’aujourd’hui, il convient de combattre le terrorisme, mais le premier terrorisme qu’il convient de combattre, c’est le terrorisme d’Etat.
Bien entendu, ceux qui partout massacrent des innocents, ceux qui brusquement nient en quelque sorte l’importance de la vie humaine en rejetant leur propre vie, oui il faut combattre cette idée aberrante que ceux qui se font sauter avec leurs bombes sont des martyres et des héros. Non, ce sont des terroristes et des assassins. Seulement, il sont devenus des terroristes et des assassins parce qu’ils ont été inspirés par une idéologie également terroriste qui fait la négation de la vie humaine et ce que je crois, c’est que derrière tout cela, il y a ceux qui détiennent des pouvoirs et qui prétendent détenir le pouvoir au nom de Dieu, au nom d’une foi.
Oui, toutes les fois doivent être respectées, respectées je le dis bien en tant que telles et ceux qui n’ont pas la foi doivent aussi être respectés en tant que tels. Mais, le fait effectivement de respecter les autres fois en tant que telles empêche le totalitarisme et ce que je veux dire c’est que la première chose pour combattre ce totalitarisme, c’est d’accepter la tolérance. Et donc, dans la situation actuelle, nous ne pouvons pas accepter que règnent la terreur de ceux qui de façon impunie font régner cette terreur et qui propagent la terreur à travers le monde.
Il faut effectivement résister. Il faut résister d’abord avec les moyens de la démocratie, parfois il faut aussi employer la force sans pour autant utiliser la terreur. Et il ne faut surtout pas accepter que ceux qui sont les véritables terroristes qualifient de terroristes ceux qui les combattent. Il faut encore moins accepter que les démocraties à travers le monde acceptent pour des raisons qui sont des raisons économiques, qui sont des raisons diverses et qui ne sont pas toujours très honorables que de tels comportements soient acceptés.
Aussi, il faut effectivement, d’abord, interpeller les citoyens. Et c’est bien pour cela que tous ceux qui se réunissent, tout ceux qui soutiennent la lutte et d’abord la lutte de l’opinion, d’abord la prise de conscience collective de ce que les véritables terroristes ne sont pas ceux que l’on désigne, mais que les véritables terroristes ce sont ceux qui détiennent cet Etat islamique et qui détiennent cet Etat qui au nom d’une foi qu’il trahissent en réalité font peser sur le monde la menace d’un terrorisme généralisé.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe