mercredi, mai 22, 2024
AccueilActualitésActualités: FemmesL’interdiction de banderoles commémoratifs les nombreuses victimes de suicide en Iran

L’interdiction de banderoles commémoratifs les nombreuses victimes de suicide en Iran

L’interdiction de banderoles commémoratifs les nombreuses victimes de suicide en Iran

Le 21 avril, Behnam Niazi, chef du réseau de santé du comté de Boyer-Ahmad, dans l’ouest de l’Iran, a évoqué l’augmentation alarmante des suicides et mis en garde contre la normalisation des cérémonies commémoratives pour ceux qui se suicident. Il a exhorté les municipalités à s’abstenir d’installer des banderoles commémorant les personnes décédées par suicide dans les espaces publics. Ses remarques ont fait réagir un grand nombre.

Le 23 avril, Fazel Meybodi, membre du séminaire de Qom, a mis en garde contre les conséquences sociales de l’interdiction des services commémoratifs pour les victimes de suicide. Il a souligné que la majorité des suicides récents en Iran sont dus à la pauvreté, au dénuement et aux difficultés financières.

Selon un rapport du site d’information « Emtedad », au cours des cinq dernières années, de mars 2019 à mars 2024, au moins 196 cas de suicide d’enfants ont été rapportés dans les médias. Certains cas n’ont pas été signalés. Parmi eux, 133 personnes, soit plus de 66%, étaient des filles.

Mehdi Roshanfekr, membre de la Commission parlementaire de l’éducation, a attribué l’augmentation des taux de suicide à divers facteurs, dont la pauvreté. Il a souligné que l’incidence du suicide dans la province de Kohgiluyeh et Boyer-Ahmad est particulièrement élevée, avec des rapports faisant état de 60 jeunes qui se sont suicidés en trois ans en raison de la pauvreté, de la toxicomanie, du chômage et du manque de ressources.

Un site d’information public, « Khabar Online », a rapporté le 30 décembre 2023 que les taux de suicide en Iran ont augmenté d’environ 51 % en 2022 par rapport à 2016.

Hamid Peyravi, vice-président de la Société iranienne pour la prévention du suicide, a déclaré dans une interview que le taux de suicide a augmenté ces dernières années et a révélé qu’en 2022, environ 7,4 personnes pour 100 000 habitants se sont suicidées, totalisant plus de 6 000 décès au cours de la seule année écoulée.

Divers facteurs contribuent à la propension, à la décision et à l’action des individus envers le suicide, allant des problèmes économiques aux troubles psychologiques. Peyravi a souligné que les déterminants de la santé mentale, notamment le logement, l’emploi, l’accès à l’éducation et l’accès aux services de santé, jouent un rôle crucial. Il a déclaré qu’environ 60 % des personnes qui se sont suicidées souffraient de dépression au moment de leur geste. Par conséquent, la lutte contre les troubles de santé mentale peut contribuer de manière significative à réduire les taux de suicide.

Les responsables de l’État et les médias admettent ouvertement que le taux de suicide élevé en Iran est dû à des problèmes socio-économiques. Cependant, ils négligent commodément les pressions sociopolitiques plus profondes qui contribuent à cette crise. Alors que moins de 1 % de la population jouit de la prospérité et que la majorité vit dans la pauvreté, le régime lui-même porte la responsabilité de ces difficultés.

L’appel d’un responsable local à l’interdiction des cérémonies commémoratives pour les victimes de suicide pourrait refléter la crainte de l’État d’escalader la colère du public et de transformer chaque cérémonie de deuil en une protestation généralisée. C’est quelque chose qui s’est déjà produit dans une large mesure en Iran et qui continue de se produire.