lundi, juin 17, 2024
AccueilActualitésActualités: FemmesLe commandant des forces de sécurité et la nouvelle vague de répression...

Le commandant des forces de sécurité et la nouvelle vague de répression contre les femmes en Iran


La semaine dernière, Ahmadreza Radan, le commandant des forces de sécurité de l’État chargé de la nouvelle initiative de répression nommée « Tarheh Noor » (Plan de Lumière), a été en tournée en province. Au cours de ses déplacements, l’État a orchestré divers spectacles, et les médias du régime qui suivent les directives strictes dictées par le ministère de la Culture et de l’Orientation islamique, ont prétendu que le public était en faveur de l’application des mesures obligatoires du hijab.

À Ispahan, une foule organisée s’est rassemblée pour applaudir Radan, avec des femmes voilées brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Police, bon travail !».

À Mashhad, Radan était représenté parmi des femmes portant des tchadors noirs. Lorsqu’une jeune fille lui présentait des fleurs, il se penchait pour l’embrasser. Ces images visaient à modifier la perception du public d’un ancien membre des Gardiens de la Révolution et du commandant en chef de cette même force qui a été impliquée dans le meurtre, la torture ou l’aveuglement de milliers de manifestants lors du récent soulèvement.

Alors qu’un groupe de jeunes filles portant des tchadors bleus se rassemblaient pour prendre des photos souvenirs aux côtés d’Ahmadreza Radan, le présentateur a déclaré : « Prenons cette photo pour que ceux qui voulaient voir des conflits et des guerres parmi nous puissent être témoins de notre unité ».

Mais ce qui est le plus révélateur de ces spectacles typiques, c’est la rhétorique de Radan. Le décryptage des propos de Radan, ainsi que des événements qui se sont déroulés dans les semaines qui ont suivi la mise en œuvre du « Projet Noor », indique l’échec inévitable de ce projet.

Lors d’un spectacle organisé par le régime dans la ville religieuse de Qom le 26 avril, Radan a tacitement reconnu le ressentiment social envers les forces d’oppression et le « Projet Noor ». Il a déclaré dans un langage inversé : « L’ennemi a fait de grands efforts pour décrire cette lutte comme si la police était seule, mais le peuple a tracé cette ligne de défaite contre les sales pensées de l’ennemi. Le peuple est aux côtés de la police, avec la police, pour la police et en harmonie avec la police. »

Radan a déclaré : « J’annonce officiellement que nous considérons la question du hijab et de la chasteté comme purement culturelle et sociale. Nous ne considérons pas cela comme une question d’application de la loi ou de sécurité. »

Le 1er mai, lors de son discours à Mashhad, Radan a une fois de plus affirmé que derrière la résistance sociale généralisée contre la répression se cache une conspiration des « ennemis étrangers et nationaux ». Il a bizarrement comparé les efforts des forces de sécurité pour imposer le hijab obligatoire avec la défaite des musulmans face aux forces espagnoles au cours des siècles passés, déclarant : « L’ennemi cherche à répéter la conspiration de l’Andalousie, transformant la jeunesse patriote en individus hédonistes et licencieux. Qui parmi les jeunes défendra alors le sanctuaire ? Quels jeunes défendront courageusement l’Islam lors des événements de 2019 ou des troubles de 2022 ? Cette infiltration vise à pénétrer diverses couches culturelles de la société. »

Il a ensuite indiqué plus explicitement les conséquences désastreuses de l’échec du plan de répression pour le régime, ajoutant : « Les changements (culturels) qui ouvriront la voie à la falsification, et une fois cela accompli, le changement de régime est à portée de main. Néanmoins, l’ennemi ignorant de la nation a encore une fois mal calculé et n’a pas pris en compte le fait que ces personnes sont sous la tutelle du Guide suprême.»

Il a poursuivi : « Dans cette guerre cognitive et dans ce dôme social laissé à l’abandon, tout se transformait en inondation, alors nous sommes venus pour l’empêcher. »

La référence du chef des FSE à la « guerre cognitive » reconnaît la confrontation idéologique entre le peuple iranien et la dictature des mollahs. Par inondation Radan faisait référence au torrent de colère populaire qui a enthousiasmé le monde lors des soulèvements de 2009, 2017, 2019 et 2022, ainsi que des centaines de rébellions locales et de manifestations quotidiennes. Il admet explicitement que l’objectif du régime avec le projet du hijab obligatoire est de prévenir les soulèvements et de renverser le régime.

Le 3 mai, à Ispahan, Ahmadreza Radan a reconnu l’indignation sociale contre ses forces et a déclaré : « En 2023, nous avons eu plus de 93 martyrs dans diverses missions, et au cours des deux derniers mois, nous avons eu près de 16 martyrs dans l’exercice de nos fonctions de garde. les gens. »

Ce qui est encore plus fascinant, c’est l’insistance constante de Radan sur le fait que le « Projet Noor » bénéficie du soutien du président, du ministère de la Défense et du pouvoir judiciaire.

Pour ceux qui ont une bonne compréhension de la société iranienne, il est évident que la propagande du régime ne trompe ni le peuple ni la communauté internationale. Alors, à qui s’adressent ces actions ? La vérité est que le « Projet Noor » et le risque de déclencher des incidents qui ont conduit au soulèvement de 2022 ont suscité des dissensions parmi de nombreuses personnes au sein même de l’État.

Ces dernières semaines, Les réseaux sociaux ont montré des images de la résistance des femmes contre les forces oppressives et même de la mobilisation sociale pour libérer les personnes appréhendées. De nombreux responsables se sont prononcés contre cette décision et ont lancé des avertissements, et des dissensions ont été signalées au sein des forces de sécurité.

Les déclarations d’avocats judiciaires opposés à ce projet, d’anciens responsables, de parlementaires et les remarques de responsables et d’experts à la télévision d’État ont amené la question à un point tel que même le secrétaire du quartier général du commandement pour la promotion de la vertu et la prévention du vice a déclaré que son quartier général ne défend pas les agents qui agissent comme agresseurs.

Un membre du bureau du guide suprême, pour montrer qu’Ali Khamenei n’est pas responsable des conséquences potentielles des bouleversements sociaux, a tweeté le 19 avril que « certains responsables ont reçu des avertissements en raison d’actions inappropriées dans le traitement des femmes non voilées ».

Ce problème s’est également reflété dans les déclarations de Radan. Critiquant les responsables qui s’opposent au nouveau plan de répression, Radan a déclaré : « Le problème réside dans le dysfonctionnement de ceux qui continuent de scander des slogans anti-islamiques et d’ignorer la menace d’un changement et d’une transformation de régime. Comment pouvons-nous rester les bras croisés face au déluge ? C’est nous qui arrêtons le déluge ! »