samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: FemmesLa misogynie du régime iranien

La misogynie du régime iranien

La misogynie du régime iranien
Ces dernières années, les droits des femmes sont devenus un défi moral primordial à travers le monde. La brutalité infligée à tant de femmes est une tache sombre et indélébile sur les sociétés civilisées. Mais ce que les femmes souffrent sous le régime misogyne au pouvoir en Iran est inimaginable.

Les droits des femmes et leur rôle dans la société sont un critère pour évaluer dans quelle mesure un pays est démocratique ou non. Le sort déplorable des femmes sous le régime des mollahs témoigne de la situation générale épouvantable des droits humains en Iran.

Contrairement à d’autres pays, en Iran, l’État encourage, légalise et pratique la misogynie. Dans sa dernière mesure, le régime iranien s’est lancé dans une campagne répressive pour « promouvoir la vertu et interdire le vice ».

Le Conseil suprême de sécurité du régime a adopté ce plan, baptisé « chasteté et hijab » en 2005. Les mollahs avaient mis en place cette mesure oppressive pendant des années et ont dû l’arrêter car ils craignaient une réaction publique intense et généralisée. Depuis que le plan a été adopté, la soi-disant « patrouille d’orientation » de l’infâme « police des mœurs »a arrêté et agressé des dizaines d’Iraniennes sous prétexte d’être « mal voilée ».

Le 26 juin, le procureur adjoint de Machhad a envoyé une lettre au gouverneur de cette ville, exigeant que les femmes non voilées soient empêchées de monter dans le métro.

Ces mesures s’ajoutent aux actions des voyous du régime qui s’attaquent aux femmes avec de l’acide, les écrasent avec des voitures et les aspergent de gaz poivré, comme la dernière fois que des femmes ont tenté d’entrer dans un stade pour assister à un match de football à Machhad.

Pourquoi le régime misogyne a rétabli cette loi maintenant ?

Alors que la misogynie est la caractéristique essentielle du régime, la réponse réside dans l’état instable actuel de la société iranienne. Les manifestations en cours, avec les femmes iraniennes au premier plan, ont ébranlé les responsables car elles augmentent la possibilité d’un autre soulèvement important, comme celui de novembre 2019.

« Aujourd’hui, le voile est visé, et ceux qui sont mal voilés agissent en faveur de l’attaque culturelle de l’ennemi », a déclaré Hassan Alidadi-Salimani, représentant du Guide suprême des mollahs à Kerman, lors du sermon de prière de vendredi. (Agence Fars, le 8 juillet)

« L’une des méthodes que l’ennemi utilise pour poursuivre ses sinistres objectifs consiste à priver les femmes de chasteté puis à détruire la famille« , a déclaré le 7 juillet Ghorbaniali Dori Najafabadi, responsable de la prière du vendredi de la ville d’Arak, cité par Fars. Mais qu’en est-il des milliers de filles et de femmes innocentes violées et tuées par les semblables de Najafabadi dans les prisons ou ses agents alors qu’il était ministre du Renseignement ?

Dans une autre remarque effrontée, le chef de prière de Téhéran, Ahmad Khatami, a lié des femmes et des filles innocentes arrêtées sous prétexte de voile inapproprié à des escrocs. Khatami a affirmé : « Certains demandent pourquoi vous vous souciez plus des cheveux des femmes que de la corruption. Je dis que nous devrions nous occuper simultanément de la corruption et du mauvais voilement. Beaucoup de ces femmes sont liées à ces éléments corrompus ».

Il a également fait l’éloge du système judiciaire du régime, qui a activement persécuté les femmes iraniennes pour diverses raisons.

Il convient de noter qu’en tant que porte-parole du guide suprême, Ali Khamenei, les dirigeants de la prière du vendredi confèrent une légitimité à l’intention de Khamenei de réprimer la société. Un fait mis en évidence lorsqu’il a choisi Ebrahim Raïssi, un meurtrier sans scrupules, comme président.

Regarder cet apartheid sexuel en Iran est en effet déchirant. Mais cela aidera-t-il le régime à atteindre à préserver sa sécurité ?

Le régime a une mentalité rétrograde sur le rôle des femmes dans la société, et le limite à élever des enfants et à travailler dans la cuisine. Depuis que les femmes iraniennes résilientes et dynamiques ont résisté aux règles médiévales du régime, elles ont été soumises à des formes d’oppression les plus brutales.

« Notre expérience montre que plus nous utilisons l’islam pour opprimer les gens, plus les gens se distancient de nous « , a averti cependant vendredi Mahmoud Sadeghi, un ancien député. (le site Internet Dideban)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe