mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieFaillite continue des usines et crise du chômage en Iran

Faillite continue des usines et crise du chômage en Iran

Faillite continue des usines et crise du chômage en Iran

CNRI – Avec la fermeture de l’usine de crème glacée Asal (miel) dans la ville de Sanandaj, dans la province du Kurdistan, 120 travailleurs de cette ancienne usine étaient au chômage. L’employeur a déclaré : « Les équipements qui nous ont été promis n’ont pas été payés. »

L’agence de presse officielle ILNA rapporte que l’usine de crème glacée « Honey du Kurdistan » a été fermé pendant des mois, et que travailleurs sont au chômage depuis près de cinq mois.

Un de ces travailleurs déclare : « Combien d’usines pensez-vous qu’il y a au Kurdistan pour que si l’une fait faillite, nous allions vers une autre pour y être embauchés ? L’usine de crème glacée Honey a été fermée, nous sommes maintenant à la maison. »

Seyyed Jamal Saedi, PDG et actionnaire de la société, explique les raisons de la fermeture de l’usine : « Il est impossible de le démarrer à nouveau sans le soutien du gouvernement. »

« L’usine de crème glacée Honey est la première usine de crème glacée du Kurdistan qui a joué un rôle actif dans l’économie au cours des dix dernières années et a même exportés des produits vers les pays voisins », a-t-il déclaré.

« Nous avons eu 120 agents. Nous avons lancé le plan de développement du complexe et l’avons mis en service en 2015, ainsi que les produits laitiers et 500 têtes de bétails et de produits d’élevage. Nous avons également investi 70 milliards de Tomans pour le plan de développement, et le groupe de travail, avec le soutien du Fonds national pour le développement était censé nous payer 40 milliards de Tomans, qui n’ont pas encore été payés ». a-t-il ajouté

Saedi, mentionnant l’absence de soutien des responsables, a déclaré : « Jusqu’à la veille de la nouvelle année, nous avons fait fonctionner l’usine sans aucun soutien et à nos propres frais jusqu’à ce que nous avons fini par perdre l’argent, avons fait faillite et avons été contraints de fermer. »

« La plupart de nos employés sont des dames, et ce chômage leur impose beaucoup de pression », a-t-il déclaré.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe