jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafEnquête sur un massacre annoncé (France 3).

Enquête sur un massacre annoncé (France 3).

Par Luc Lagun-Bouchet et Loïc Le Moigne

France 3, Soir 3, 10 mai – Le Parlement européen s’inquiète du sort de milliers d’Iraniens réfugiés à Achraf. Les images diffusées aujourd’hui sont à charge pour l’armée irakienne. C’est le focus de Soir 3.

Les images que vous allez découvrir à présent ressemblent à un jeu de massacre. Elle choque en dévoilant le sort réservé aux 3000 réfugiés iraniens qui vivent en Irak dans la ville d’Achraf. C’est le Focus de Soir 3. Il est signé Luc Lagun-Bouchet et Loïc Le Moigne.

Il prend tout son temps. Ce soldat irakien vise, et tire sur des civils désarmés. Ce 8 avril, les 5e  et 9e  divisions irakiennes commettent un véritable massacre. Leurs victimes, les résidents d’Achraf, 3400 opposants iraniens, ennemis jurés de Téhéran. En 2003, au déclenchement de la guerre contre Saddam Hossein, les Américains les avaient regroupés dans ce camp, à 65 km au nord est de Bagdad. Et ils en avaient confié en 2009 la responsabilité au gouvernement irakien, celui-là même qui a donné l’ordre à son armée de les massacrer. Bilan : 35 morts et plus de 300 blessés.

Le général James Jones, ancien conseiller à la sécurité nationale du président Obama :
Franchement je suis très déçu par ce que j’aurais bien voulu pouvoir penser que nous avions établi un gouvernement qui se comporterait un peu plus normalement, aux normes d’autres gouvernements développés dans le monde.

Patrick J. Kennedy, membre du congrès américain :
L’Amérique est dans une situation difficile. Parce que même si on a libéré l’Irak, l’Irak est aujourd’hui dans une large mesure contrôlé par l’Iran.

A Port-Marly, en région parisienne, des Iraniens en exil se mobilisent pour éviter un autre bain de sang à Achraf. La présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne Maryam Radjavi, rend hommage aux 35 victimes et en appelle à toutes les bonnes volontés pour que l’Irak n’exécute plus les basses œuvres réclamées par Téhéran. À ses côtés, de hauts responsables américains et des personnalités comme Élie Wiesel, rescapé des camps nazis, ou Ingrid Betancourt.

Élie Wiesel, prix Nobel de la paix :
C’est extraordinaire ! Il y a des tragédies dans le monde et on les ignore. Je ne sais pas pourquoi. Maintenant on est là pour les écouter, écouter les victimes et ceux qui sont les parents des victimes, et les amis des victimes. Il faut les écouter.

Maryam Radjavi, présidente du Conseil national de la résistance iranienne :
Les pays occidentaux, et spécialement les Nations unies, l’Union européenne, doivent empêcher un nouveau massacre, une nouvelle attaque parce que c’est une grande violation des droits de l’homme, c’est un massacre contre l’humanité.

La communauté internationale a condamné fermement l’attaque meurtrière contre Achraf, à une exception notable, la France, qui n’a rien dit.