jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceEdith Cresson: "il y a vraiment dans ce régime iranien quelque chose...

Edith Cresson: « il y a vraiment dans ce régime iranien quelque chose qui est fondamentalement pervers »

Edith CressonCNRI – Dans une conférence à l’Assemblée nationale, organisée par le Comité parlementaire pour un Iran démocratique (CPID), composé de parlementaires français de groupes divers, l’ancienne Première ministre Edith Cresson s’est exprimé sur la situation iranienne.

 

La réunion se tenait au lendemain d’une décision de la justice française qui a prononcé un non-lieu pour toutes les accusations portées contre la Résistance iranienne à la suite d’un marchandage du gouvernement de l’époque avec le régime des mollahs il y a plus de dix ans.

Dans son intervention, la femme politique française a déclaré : « Je voudrais d’abord vous dire combien je suis heureuse de me retrouver parmi vous aujourd’hui au moment où cette manipulation de l’opinion qui a commencé en 2003 à Auvers-sur-Oise, est maintenant effacée. C’est-à-dire que la justice a en effet maintenant été rendue, enfin. Je ne sais pas ce que les parlementaires en pensent. Je pense que vous avez posé des questions à l’Assemblée nationale et au Sénat, au gouvernement là-dessus. Il faut quand même qu’on puisse faire la lumière au-delà de cette mystification volontaire pour voir pourquoi ça s’est passé comme ça, comment et quels moyens ont été utilisés. Le juge Bruguière, il n’était pas tout seul. Il y a un ensemble de facteurs certainement qui a joué et il faudrait arriver à les décrypter. Je crois que cela pourrait être possible, c’est effectivement un travail qui appartient aux parlementaires. Ça me paraît tout à fait justifié de faire une étude sur ce qui s’est passé, ne serait-ce que pour éclairer l’opinion.

Et puisqu’on parle de l’opinion, moi je suis toujours très étonnée de voir le peu de place que tient dans les médias ce qui se passe aujourd’hui en Iran et ce qui s’est passé dans les années précédentes. Ce que nous venons de voir et terribles toutes ces jeunes femmes défigurées à vie par cette folie à la fois misogyne, sectaire, cette volonté de faire du mal, de tuer, de rabaisser les femmes. Notez que c’est un trait de caractère que l’on trouve dans beaucoup de régime, pas seulement en Iran. Mais les formes qui lui sont données sont extrêmes. Donc vous avez tout à fait raison de vous élever contre ça.

Quant à toutes ces horreurs, et vous parliez tout à l’heure de cette jeune femme qui a été pendue, qui a été emprisonnée pendant sept ans et demi. Elle a été pendue, elle avait 26 ans. Quand elle est entré en prison c’était encore presque une enfant. Elle a voulu simplement se défendre contre un agresseur qui voulait la violer. Elle a fait ce qu’elle avait à faire en se défendant. Mais arrivé à condamner à mort par pendaison une jeune femme qui n’a strictement rien fait de mal que de se défendre, c’est vraiment quelque chose qui va au-delà de ce qu’on peut imaginer même dans ses pires cauchemars.

Donc il y a vraiment dans ce régime quelque chose qui est fondamentalement pervers, qui est épouvantable et qu’il faut dénoncer.

Alors je suis encore une fois toujours étonnée de ce qu’on nous montre au journal télévisé qui n’ont pas grand intérêt en général, des choses qui sont des babioles. On fait un drame de choses qui sont quelquefois tristes, et dont on peut effectivement se plaindre. Mais ça n’arrive pas à la cheville de ce drame permanent que vit actuellement la population iranienne, et en particulier les femmes.

Je crois que maintenant l’étape suivante c’est de montrer l’horreur de ce régime. Alors il y a peut-être des intérêts économiques, mais il n’y a aucun intérêt économique qui peut résister à tellement d’horreur. C’est d’ailleurs stupide de penser que les intérêts économiques vont s’en sortir grandis, ça n’est pas vrai, y compris à terme. L’intérêt économique s’est aussi avoir l’adhésion d’une population. On ne peut pas faire du commerce, si on vend des technologies, dans ce contexte-là.

Il y a effectivement le problème nucléaire qu’il faut surveiller. On nous dit : Ah mais non, ils font simplement de l’énergie nucléaire, ils ne veulent pas faire la bombe, etc. C’est sans fin.
Mais je pense que l’angle par lequel il faut prendre le problème, si je peux me permettre un conseil, le problème iranien, c’est ce qu’on a vu avec ce film, c’est-à-dire, ce sont les horreurs qui sont inadmissibles. C’est-à-dire que l’assemblée des Nations unies ne peut pas, à mon avis, tolérer que ce genre de choses continue. On a vu ces manifestations qui sont quand même formidables. Il y a une résistance qui existe, mais il faut que cet esprit de résistance se traduise ailleurs qu’en Iran. Je crois que la France se grandirait soutenir ce mouvement auprès de l’opinion en général et de prendre les choses à bras le corps et d’expliquer que, voilà, quels que soient les intérêts économiques, le problème n’est pas là, on ne peut pas continuer comme ça.

Nous avons quand même en France été coupables pendant des années avec cette histoire d’Auvers-sur-Oise, d’avoir cru un peu trop facilement ce qui s’est passé. Certains d’entre nous, et je leur rends grâce d’ailleurs, depuis le début n’y ont pas cru. On n’était pas très nombreux, mais on n’y a pas cru. Cette opération était montée de toutes pièces. Il y avait des intérêts derrière, certainement. Maintenant je pense qu’il faut essayer de sensibiliser l’opinion, et ça vous allez le faire.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe