lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieRaïssi pourrait-il restaurer l'économie iranienne en faisant des promesses ?

Raïssi pourrait-il restaurer l’économie iranienne en faisant des promesses ?

Raïssi pourrait-il restaurer l'économie iranienne en faisant des promesses ?

Depuis qu’il a accéder à la présidence à la suite d’une farce électorale en juin, Ebrahim Raïssi s’est contenté de faire des promesses creuses au lieu de revitaliser l’économie qui s’effondre.

Le dernier jour des célébrations du Norouz a marqué l’avènement du mois sacré du Ramadan en Iran. Pourtant, les tables du peuple iranien restent vides alors que le pays connaît sa pire crise économique.

L’inflation et les prix montent en flèche, accentuant la pression sur les Iraniens, alors que les politiques du régime aggravent les difficultés économiques par la corruption, l’incompétence et la récalcitrance, ce qui accroît l’isolement international du pays et, par conséquent, ses profondes crises financières.

Certains faits, reconnus par les médias officiels et les ministères étroitement contrôlés du pays, bien qu’ils aient été édulcorés et minimisés, éclairent la situation.

« Selon le ministre des Coopératives, du Travail et de la Protection sociale, 14 millions de personnes dans le pays n’ont pas d’emploi décent ; il y a environ six à sept millions d’emplois informels et deux millions de personnes sous-employées, et il y a aussi des personnes qui n’ont pas assez de revenus », écrivait le 7 avril le quotidien d’État Mardom Salarie.

Ces chiffres s’ajoutent aux millions de jeunes sans emploi, mais instruits.

L’accroissement de la main-d’œuvre, parallèlement à l’augmentation de la productivité, sont deux sources principales de croissance économique. Cependant, l’Iran est loin de la prospérité économique car le pays est ravagé par la pauvreté plutôt que par un boom économique.

En août 2021, pour la première fois, le ministère des Coopératives, du Travail et de la Protection sociale du régime a officiellement publié un rapport sur le seuil de pauvreté et la paupérisation en Iran.

« Un examen des données montre que le seuil de pauvreté en 2020 par rapport à 2019 a augmenté de 38 %. La flambée des prix de l’alimentation et du logement ont été les facteurs les plus importants de la baisse du seuil de pauvreté en 2020 », a écrit le quotidien officiel Sharq le 2 avril, citant le rapport.

Connu pour son rôle dans le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988, Ebrahim Raïssi a tenté de se faire passer pour le « sauveur » de l’économie iranienne paralysée.

Espérer qu’un meurtrier de masse sans scrupules comme lui, dont la principale tâche est de préserver un régime confronté à une société instable, revient à demander à un pyromane d’éteindre l’incendie.

Dépourvu de tout projet significatif, Raïssi n’a fait que mener une campagne de promesses creuses, de visites abruptes d’usines, de discours hors de propos et d’ordres ridicules, tels que l’éradication de la pauvreté en deux semaines !

Ses gestes, si ce n’est rien, ont fait l’objet de caricatures et de dédain, parfois par les médias officiels. Le quotidien officiel Hamdeli s’est moqué de Raïssi et du Majlis (parlement des mollas) trié sur le volet par le régime dans un article intitulé « Les promesses ne sont pas devenues de la nourriture sur les tables des gens pendant le Ramadan », le 5 avril.

« Les pauvres en ont assez de ces promesses creuses. Alors que chaque minute de parlement, selon les députés, coûte un milliard de rials, le résultat de ces réunions inutiles est une forte augmentation des prix des produits de base. En d’autres termes, vous rendez amers les souvenirs de pauvreté des gens », a reconnu M. Hamdeli.

Il est peu probable que Raïssi entre dans l’histoire comme un magicien de l’économie.

D’autres titres, comme celui de « juge pendu », lui conviennent mieux.
« Bien que le gouvernement ait fait de nombreuses promesses pour revitaliser et améliorer rapidement les indicateurs économiques du pays, après sept mois, l’inflation tourne autour de 40 %, les liquidités ont augmenté de plus de 46 %, le taux de chômage est supérieur à 12 %, et nous avons le fossé toujours plus grand entre les classes sociales », résumait le bilan du gouvernement de Raïssi, dans un article du 2 avril.

« Malgré les promesses [des responsables] de réduire l’inflation et les liquidités, et d’augmenter la croissance économique, les faits sur le terrain, que les gens voient, démentent ces promesses.

Le fondateur du régime, Ruhollah Khomeini, était célèbre pour avoir dit : « L’économie est pour les ânes ». C’est une maxime que Raïssi a reprise assidûment, comme en témoignent ses « to-do » et ses « thérapies par le discours » et le fait de donner aux problèmes financiers un coup de langue et une promesse.

Voilà ce qui arrive quand un meurtrier analphabète devient président.

Quel que soit le chapeau qu’ils portent, modéré ou dur, les gouvernements en Iran n’ont jamais essayé d’alléger les difficultés financières du pays. Leur objectif fondamental a été de préserver le régime, comme l’a prescrit leur fondateur, Khomeini.

Le peuple iranien a entendu de nombreuses promesses, qu’il s’agisse de mettre le produit de l’immense richesse pétrolière de l’Iran « sur la table du peuple » ou de faire grand cas de la « signature d’un accord avec les puissances mondiales pour mettre fin aux difficultés économiques » ou de la « lutte contre la corruption ». Mais ils savent que leurs souffrances trouvent leur origine dans le régime et ses politiques désastreuses.

« De nombreux problèmes économiques sont d’origine intérieure. Parmi ces problèmes se trouvent la corruption, le manque de productivité, la mauvaise gestion et la priorité donnée au népotisme plutôt qu’à la méritocratie », a reconnu le 2 avril le journal officiel Mardom Salarie.

Les protestations de personnes de tous horizons s’étendent à travers l’Iran, représentant la plus grande manifestation de mécontentement depuis les grands soulèvements de ces dernières années en Iran. Ces protestations, ainsi que les crises économiques du pays, ont suscité beaucoup d’inquiétude parmi les médias officiels et les responsables, ravivant l’amer cauchemar du soulèvement de novembre 2019 qui avait ébranlé les fondements du régime.

« Malheureusement, la tolérance de la société diminue chaque jour en raison des nombreux problèmes. Cela a créé une situation fragile pour la société, à tel point que je m’inquiète de la possibilité d’une éruption sociale due aux crises des moyens de subsistance », a déclaré le 27 mars l’économiste Mohammad Razaghi, cité par le quotidien officiel Sharq.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe