vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieLes médias d'État iraniens reconnaissent que l'économie est en chute libre

Les médias d’État iraniens reconnaissent que l’économie est en chute libre

Ces derniers jours, les médias d’État iraniens ont reconnu certains aspects de l’aggravation de la crise économique en Iran.

Le peuple iranien subit une pression économique en raison de la corruption et des mauvaises politiques du régime, et cette pression s’exacerbe alors que le régime des mollahs poursuit ses activités illicites.

« Le temps pour s’appauvrir en Iran est devenu plus court. Les données du Centre des statistiques et de la Banque centrale montrent que la voie de l’appauvrissement est toute tracée. Au lieu de réfléchir à la manière de prospérer, les Iraniens doivent penser à un moyen d’éviter la pauvreté absolue », a écrit le quotidien d’État Kar-o Kargar le 2 août.

Iran’s minimum wage policy is a dagger in workers’ backs

En Iran, principalement les gens de la classe ouvrière et les retraités arrivent à peine à joindre les deux bouts.

Selon les statistiques élaborées du Centre de recherche parlementaire du régime, 53 % des travailleurs et 30 % des retraités sont pauvres.

La politique du salaire minimum en Iran est un poignard dans le dos des travailleurs
« Le rapport du Centre de recherche parlementaire est réel. Un pourcentage important de travailleurs est piégé dans la pauvreté par rapport à l’année dernière, et le gouvernement, même s’il le veut, ne pourra pas ramener la situation aux trois ou quatre dernières années. La situation économique de la population est extrêmement mauvaise et la situation est pire que ce que montrent les statistiques officielles », a écrit le quotidien Kar-o Kargar le 1er août, citant Alireza Haidari, expert en relations de travail et en sécurité sociale.

«Actuellement, notre classe ouvrière est sous pression et le marché du travail des travailleurs contractuels et des travailleurs de la construction est gravement désavantagé. Leurs problèmes ont augmenté en raison de l’épidémie de Covid-19 », a écrit Kar-o Kargar.

« Les travailleurs sont confrontés à deux défis majeurs, dont l’un est la sécurité de l’emploi et l’autre est leur gagne-pain. Dans le domaine de la sécurité de l’emploi, les contrats temporaires ont été injustement et à tort popularisés dans le droit du travail, et le résultat est que désormais plus de 90 % de nos travailleurs ont des contrats temporaires », a écrit Kar-o Kargar le 1er août.

Les Iraniens, principalement des travailleurs, sont principalement sous pression en raison de la flambée des prix et du taux d’inflation. Selon les statistiques élaborées par le quotidien d’État Jahan-e Sanat du 1er août, le taux d’inflation est d’environ 45%.

How the mullahs destroyed Iran's economy

Comment les mollahs ont détruit l’économie iranienne
Selon Jahan-e Sanat, la principale raison du taux d’inflation galopante de l’Iran est « de profonds problèmes structurels, notamment d’énormes déficits budgétaires du gouvernement ».

Pour couvrir son déficit budgétaire, le gouvernement d’Hassan Rohani a lancé une impression débridée de billets de banque, augmentant la liquidité, qui se situe désormais autour de 3,4 milliards de tomans, augmentant ainsi le taux d’inflation.

Cela s’ajoute à la corruption institutionnalisée du régime et au rôle des institutions militaires du régime, telles que les Gardiens de la révolution (CGRI).

« Selon un récent rapport de l’ancien gouverneur de la banque centrale, le gouvernement a utilisé davantage les ressources de la banque centrale pour résoudre les problèmes et couvrir ses dépenses. Cela a augmenté la base monétaire et entraîné un taux d’inflation supérieur à 40 %, qui devrait se poursuivre. Les institutions militaires, sécuritaires et économiques échappant au contrôle du gouvernement poursuivent leurs activités économiques ou politiques, et cela a également [un impact sur la situation économique] », a écrit le quotidien d’État Setar-e Sobh le 2 août.

« Si l’économie iranienne suivait le même chemin, nous aurions la même économie que le Venezuela. L’économie vénézuélienne est complètement en faillite. Nous suivrons le même chemin que le Venezuela, et la dévaluation de la monnaie nationale, l’inflation, le chômage, etc., seront plus importants qu’aujourd’hui. L’inflation augmentera de la même manière. S’il est de 40 % maintenant, il atteindra probablement 55 % d’ici la fin de l’année. Le chiffre de 55 ou 60 pour cent est trop élevé pour l’inflation », a averti Setar-e Sobh.

Ces chiffres ne montrent que certains aspects de l’économie iranienne et comment le régime des mollahs l’a détruite. La seule façon de renverser la situation et de mettre fin à ces crises est d’éradiquer la racine de ces problèmes, qui est le régime des mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe