mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieL'économie iranienne s'effondre et ajoute à la misère de la population

L’économie iranienne s’effondre et ajoute à la misère de la population

L'économie iranienne s'effondre et ajoute à la misère de la population
soulèvement de zahedan, Iran

L’Iran approche à grands pas du premier anniversaire du dernier soulèvement populaire qui a éclaté dans tout le pays, s’est poursuivi pendant plusieurs mois et a changé pour de bon le paysage sociopolitique de l’Iran. Alors que le peuple et le régime se préparent de manière opposée, les circonstances et les dynamiques sous-jacentes ont alimenté la société avec davantage de motifs de révolte.

En plus des griefs persistants tels que la répression sévère de toute opposition, l’érosion des libertés civiles et la censure généralisée, le régime a rendu la vie insupportable pour la majorité des Iraniens qui ont été poussés sous le seuil de pauvreté ces dernières années. Ils ont du mal à se payer un logement, de l’énergie, des transports et même des moyens de subsistance de base.

L’une des causes profondes des protestations quotidiennes en Iran réside dans la flambée des prix des biens essentiels. Les religieux au pouvoir, qui sont remarquablement habiles à conserver le pouvoir à tout prix, recourent à des moyens créatifs pour tirer des revenus des poches de la population iranienne en difficulté.

Cette situation critique a même contraint les médias d’État à reconnaître certaines réalités. Révélant comment l’administration Raïssi augmente les prix pour compenser son déficit budgétaire, le journal Dideban-e-Iran a écrit le 5 août : « Le gouvernement est encore loin de tenir ses promesses; au lieu d’envisager des solutions efficaces, les responsables ont eu recours à la pression sur le public, à puiser profondément dans les poches des gens et à tenter de compenser les pénuries de cette manière. »

« Ces derniers jours, le pain, qui est l’un des articles les plus essentiels sur la table des gens, a connu une hausse des prix en raison de prétendues hausses des coûts de production et d’une incapacité à l’offrir à son prix actuel. Il a été promis que rien ne deviendrait plus cher dans la nouvelle année. Pourtant, aujourd’hui, le pain, aliment de base dans de nombreuses provinces, est devenu plus cher. L’achat d’une demi-miche de pain est devenu courant depuis un certain temps maintenant. Doit-on s’attendre à ce qu’avec ces hausses de prix, le pain devienne une autre denrée chère et rare, amenant les gens à l’acheter en plusieurs fois et à crédit ? Cela arrive à un moment où les hausses de prix ne se limitent pas au seul pain. Les produits laitiers disparaissent des tables des ouvriers, le riz a été retiré des listes de courses de nombreuses personnes, les ouvriers n’ont pas les moyens d’acheter des fruits d’été et même le sucre est devenu plus cher. »

Le 13 juillet, le site Entekhab a publié un rapport sur la façon dont les prix des articles de base compliquent la vie des gens, admettant les échecs du gouvernement et des politiques d’Ebrahim Raïssi. «En raison de la mise en œuvre de la politique de ‘’chirurgie économique’’, le niveau de vie des habitants du pays a atteint le bord de la crise. Un gouvernement qui est initialement arrivé au pouvoir avec des promesses économiques attrayantes est désormais incapable de fournir même les nécessités les plus élémentaires (…) Ces jours-ci, personne ne demande même un prix au magasin. Le propriétaire du magasin indique le prix et le client examine son inventaire restant et son propre portefeuille pour déterminer s’il peut effectuer l’achat ou non. »

Alors que le gouvernement de Raïssi est aux prises avec une société agitée, il tente d’apaiser le public en propageant de fausses réalisations et en ignorant les conditions difficiles, souvent par la présentation de statistiques trompeuses. Le 6 août, l’agence de presse officielle ILNA a publié une interview d’un militant syndical affilié à l’État qui a ouvertement accusé le président du régime d’avoir induit le public en erreur.

Faramarz Tofiqi a déclaré : « Je me souviens que lors des débats électoraux, le président a déclaré : « Les gens ont le droit d’être informés » et « Les fonctionnaires doivent travailler dans des salles vitrées, visibles pour les gens ». Maintenant, nous leur disons qu’à partir de ce mois de mars jusqu’à présent, le Centre statistique s’est abstenu de fournir des informations précises sur les prix des denrées alimentaires. Pourquoi les composantes influentes du panier d’inflation ne sont-elles pas dévoilées par le Centre statistique iranien?»

Avertissant que de tels mensonges conduiront à un manque de confiance dans les données statistiques, a-t-il ajouté, « Le Centre statistique affirme que l’inflation alimentaire a diminué. Pourraient-ils s’il vous plaît spécifier exactement quels aliments ? Est-ce le poulet à 120 000 tomans le kilo, ou le sucre allant de 48 000 à 60 000 tomans, ou peut-être la viande à 500 000 tomans ?

Discrimination : une formule pour une explosion sociale
Au milieu des luttes auxquelles sont confrontés la majorité des Iraniens pour subvenir à leurs besoins fondamentaux, la circulation des informations et du contenu des médias sociaux mettant en valeur les modes de vie opulents des élites dirigeantes et de leurs enfants dans les quartiers riches de Téhéran, leurs villas côtières extravagantes dans le nord de L’Iran, et leurs résidences dans les pays occidentaux font bouillir le sang du public.

Le site Internet public Tabnak a mis en garde dans un article publié le 19 juillet : « Si notre peuple a le sentiment que son pays manque de richesses et que tout le monde doit vivre dans la pauvreté, il est prêt à accepter la répartition équitable de cette pauvreté. Ce que les gens ne veulent pas tolérer, c’est la discrimination. Les gens ne peuvent pas accepter une situation où, dans un pays avec tant de richesses et de ressources, quelques-uns amassent des fortunes tandis que des millions de familles assistent à la division de la pauvreté entre elles. Ce n’est pas le droit des personnes vivant dans un pays riche.

Les médias d’État et leurs propriétaires bien connectés au sein de l’establishment au pouvoir, malgré toutes leurs ressources, ne se soucient pas véritablement du bien-être du peuple. Ils sont bien conscients qu’une menace importante et périlleuse à laquelle est confronté le régime reflète les crises de décembre 2017 et de novembre 2019, où des soulèvements à l’échelle nationale ont été déclenchés par la flambée initiale des prix des produits de base.

Réfléchissant aux récentes déclarations de religieux au pouvoir qui proposent publiquement de manger moins de repas par jour et arguant que la viande n’est pas saine, Masih Mohajeri, rédacteur en chef du journal Jomhouri Eslami, a écrit le 25 juillet : L’essence de la gouvernance islamique ne consiste pas à ce que l’élite puissante partage entre elle des morceaux somptueux et confortables tout en disant aux gens d’être patients, de consommer moins de repas par jour et de revenir à une ère d’aliments malsains. Il n’est pas juste qu’une partie de la population ne puisse pas se permettre des quantités suffisantes de viande, de poulet, de produits laitiers et de fruits, tandis qu’un petit nombre d’individus, en raison de leur proximité avec les centres de pouvoir, bénéficient de récompenses somptueuses, de salaires astronomiques et de privilèges spéciaux. »

« Ne présumez pas que la patience des gens est sans fin. Méfiez-vous du jour où l’armée des affamés se dressera contre vous. Si vous ne respectez pas votre devoir religieux et légal de servir les démunis et de faire respecter la justice, pensez au moins à votre propre survie et à votre propre gouvernance », a averti Mohajeri.