mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieLe régime joue avec les prix de l'essence dans une société qui...

Le régime joue avec les prix de l’essence dans une société qui attend une étincelle pour exploser

Le régime joue avec les prix de l'essence dans une société qui attend une étincelle pour exploser

De nouvelles informations en provenance de l’intérieur de l’Iran font état d’une recrudescence des troubles dans de nombreuses stations-service et stations d’essence. Les tensions ayant tendance à déboucher sur des manifestations contre la flambée des prix de l’essence, les services de sécurité ont commencé à envoyer des messages textuels menaçants sur les téléphones portables des citoyens, exigeant qu’ils se dispersent de ces rassemblements sous peine de « conséquences juridiques« .

Au cours des derniers mois, le débat sur la hausse des prix de l’essence est devenu un sujet de préoccupation important pour les médias et diverses personnalités gouvernementales. Malgré la présentation et le rejet ultérieur de différentes propositions relatives à l’utilisation de cartes, aux subventions et au rationnement, les représentants de l’État continuent de proposer des justifications, citant souvent des raisons telles que la lutte contre la contrebande ou les subtilités techniques qui indiquent une augmentation du prix de l’essence.

Dans un rapport publié le 13 août, l’agence de presse Tasnim a cité Ali Akbar Nejadali, le PDG de la National Oil Products Distribution Company, qui a prétendu contrer les rumeurs concernant la fermeture de certaines stations-service et l’augmentation potentielle du prix du carburant.

Nejadali a déclaré : « Comme le stipule la clause H, note 14 de la loi budgétaire de 2023, le ministère du Pétrole, par l’intermédiaire de la National Oil Products Distribution Company of Iran, a l’obligation de mettre en œuvre des stratégies visant à améliorer la distribution de l’essence et du pétrole à travers le pays, en mettant simultanément l’accent sur la réduction de la contrebande de carburant. » D’ici à la fin du mois de septembre, un effort concerté est en cours pour encourager au moins 90 % des véhicules à essence et 95 % des véhicules à gazole à utiliser exclusivement les cartes de carburant désignées ».

Entre-temps, le 12 août, Mostafa Reza Hosseini Qotbabad, membre du Majlis (parlement des mollahs), a révélé la stratégie du gouvernement derrière l’augmentation des prix de l’essence.

Dans une interview accordée au site Internet Shafaqna, affilié à l’État, Hosseini a déclaré : « Chaque jour, nous expérimentons et faisons des essais et des erreurs, comme si les gens étaient devenus des souris de laboratoire ; un jour, nous assistons à des décisions différentes dans le domaine des voitures et des véhicules, et le lendemain dans le domaine des carburants et des produits de première nécessité.

Le membre de la commission parlementaire des industries a ajouté : « Je pense que les essais et les erreurs ont pour but de préparer la société à une augmentation du prix de l’essence. Comme nous l’avons vu par le passé, ils évaluent la situation au sein de la société pour appliquer leurs politiques. Par conséquent, à mon avis, la possibilité d’une augmentation du prix de l’essence existe. »

Le 13 août, le site web officiel « Arsh-e Online » a également écrit : « Malgré les démentis répétés concernant les changements dans les prix de l’essence et le rationnement, il semble que la décision du gouvernement concernant la collecte des cartes de carburant soit maintenant définitive. »

Le gouvernement d’Ebrahim Raïssi reste cependant dédaigneux.

Le 16 juillet, Ahmad Vahidi, ministre de l’Intérieur, a rejeté les informations concernant une augmentation des prix de l’essence comme étant de simples rumeurs et a déclaré que le gouvernement n’avait pas l’intention d’augmenter les prix de l’essence. Il a également exclu tout projet de « tarification de l’essence à trois niveaux » et a souligné que de tels programmes étaient sans fondement.

Les médias, en particulier depuis avril 2023, ont publié à maintes reprises des rapports sur « l’incohérence entre la production et la consommation d’essence en Iran« , « les faibles prix de l’essence en Iran par rapport à certains pays » et « l’importation de carburant de Russie à un prix plus élevé que la moyenne mondiale pour faire face à la pénurie d’essence« . Ces rapports semblent viser à prévenir un éventuel choc social en cas d’augmentation du prix de l’essence par le gouvernement Raïssi.

En novembre 2019, après des mois de débat sur l’opportunité d’augmenter les prix des carburants, le gouvernement de Hassan Rouhani a brusquement triplé les prix de l’essence un soir de week-end. Cette annonce a agi comme une étincelle enflammant la colère accumulée au sein des masses opprimées et a conduit à une explosion. En l’espace de quelques jours, des milliers de véhicules et de bâtiments gouvernementaux ont été incendiés dans tout le pays, et le régime n’a réussi à maîtriser la crise qu’en recourant à une répression intensive et en tuant au moins 1 500 manifestants.

Bien que, comme l’a déclaré Ali Khamenei, Guide Suprême des mollahs, la décision d’augmenter les prix de l’essence ait été prise collectivement par tous les chefs des trois branches du pouvoir, après le soulèvement national, de nombreuses factions en conflit se sont montrées du doigt et se sont accusées les unes les autres d’être responsables de cette décision.

Dans un article visant à défendre le bilan du gouvernement d’Ebrahim Raïssi, le journal Kayhan, dont les lignes éditoriales sont dictées par le bureau du Guide Suprême, a écrit le 7 août : « Lorsque (Hassan Rohani) a vu qu’il perdait le contrôle, il a augmenté les prix de l’essence pour provoquer une réaction de la société ; pour accroître la pression de la base afin de tirer parti de la capacité de négociation dans les relations avec le sommet. On dit que le ministre du Renseignement a averti lors d’une réunion du cabinet que si l’on augmentait le prix de l’essence, la société s’effondrerait, et que Rohani a ri.

Quelles que soient les accusations portées, le régime est confronté à une série de défis sérieux en ce qui concerne les prix de l’essence. D’une part, l’augmentation des prix de l’essence entraîne l’inflation d’autres produits de base et déclenche des troubles sociaux et sécuritaires généralisés. D’autre part, le pays manque de liquidités.

Malgré le souvenir vivant du soulèvement de 2019, la théocratie a aujourd’hui du mal à poursuivre les projets ambitieux qu’elle juge vitaux pour sa survie, comme les programmes nucléaires, de missiles balistiques et d’expansion régionale. Ses politiques terroristes et extrémistes lui ont valu un isolement mondial, et les sanctions qui en découlent ont considérablement réduit le budget qu’elle consacre au maintien de son vaste appareil de sécurité. Ce sont eux dont Khamenei a désespérément besoin pour étouffer l’inévitable révolution.

Le pouvoir actuel, qui s’étend des plus hauts niveaux du gouvernement jusqu’aux autorités locales, est chargé de faire avancer ce programme précaire. Ils ont été explicitement choisis en raison de leur complicité dans quatre décennies de crimes contre la nation iranienne. La plupart des responsables sont désignés et sanctionnés par des organismes internationaux.

Par conséquent, la question la plus urgente pour les dirigeants est de savoir si une société qui a enduré 44 ans de répression, de censure et de privation de tous les droits politiques, sociaux et même économiques absorbera un nouveau choc économique ou si elle explosera.