lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieLe JCPOA et la pénurie de gaz : Téhéran peut-il réellement utiliser...

Le JCPOA et la pénurie de gaz : Téhéran peut-il réellement utiliser les combustibles fossiles comme levier ?

Le JCPOA et la pénurie de gaz : Téhéran peut-il réellement utiliser les combustibles fossiles comme levier ?

Les négociations visant à relancer l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et six puissances mondiales se poursuivent depuis des mois sans aucun résultat. Le régime iranien viole depuis longtemps les engagements pris dans le cadre de l’accord, connu officiellement sous le nom de plan d’action global conjoint (JCPOA).

La théocratie iranienne au pouvoir a désespérément besoin d’un moyen de sortir de son isolement international, alors que la crise économique du pays alimente la haine de la population envers le régime après quatre décennies de répression. Pourtant, les responsables et les médias officiels iraniens ne manquent jamais une occasion de se vanter de leur « position de force » dans les négociations, affirmant que les puissances occidentales ont besoin de l’accord, pas le régime.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le régime des mollahs a exploité la crise pour promouvoir ses propres ressources énergétiques comme une alternative potentielle pour l’Europe, après que les sanctions ont évincé le pétrole et le gaz russes des marchés occidentaux.

« Les développements mondiaux et la crise énergétique aux États-Unis et en Europe indiquent que l’Iran n’est pas pressé de relancer le JCPOA. Ceux qui ont le plus besoin d’un accord sont les parties occidentales », s’est vanté le quotidien Keyhan le 26 août. Ce journal est considéré comme un porte-parole du Guide Suprême des mollahs.

Mais le crochet de Téhéran s’accroche au chaos et aux troubles depuis que le régime a misé sur le mauvais cheval en soutenant l’invasion russe. Récemment, il a été annoncé que la Russie vendrait son gaz à l’Iran.

« Environ 75 à 95 milliards de mètres cubes de gaz restent dans les mains de la Russie. Le géant de l’exportation de gaz, sanctionné par l’Europe ces jours-ci en raison de l’invasion de l’Ukraine, est maintenant obligé de vendre une grande quantité de son gaz de toutes les manières possibles ou de le brûler et de le détruire. Parallèlement, l’Iran, deuxième plus grand propriétaire de réserves de gaz au monde, a annoncé qu’il était prêt à importer du gaz de Russie », a écrit le journal officiel Aftab News le 20 août.

Avec 33,4 trillions de mètres cubes de réserves de gaz naturel, l’Iran pourrait être considéré comme la meilleure alternative au gaz russe, mais pas si Téhéran ne peut pas exploiter et exporter ses ressources gazières.

En raison des décennies de négligence et d’incompétence du régime, l’Iran peut à peine produire suffisamment de gaz pour répondre à ses besoins domestiques de 800 millions de mètres cubes, et encore moins exporter du gaz vers les pays occidentaux.

Les infrastructures d’exploitation du gaz sont gravement endommagées et il faudra des milliards de dollars d’investissements et des années de travail pour augmenter le taux de production de gaz. Les politiques bellicistes du régime des mollahs et son soutien au terrorisme ont entraîné davantage de sanctions, ne laissant aucune place aux investissements étrangers.

« L’obsolescence des équipements, l’ancienneté des processus de production, le manque de recherche dans les unités industrielles, l’utilisation d’équipements et d’appareils ménagers simples à faible rendement et la culture incorrecte de l’utilisation de l’énergie dans le secteur de la construction, ainsi que les faibles technologies des voitures produites dans le pays sont des facteurs essentiels de la consommation irrationnelle d’énergie », a averti à ce sujet l’agence de presse officielle Shana News en 2014.

En septembre 2021, Ali Mobini Dehkordi, PDG de l’Iran Fuel Consumption Optimization Company, a déclaré au journal officiel Tasnim que l’Iran serait l’un des plus grands importateurs de gaz au monde dans 10 ans.

Les responsables iraniens de l’énergie attribuent le faible taux de production de gaz à la consommation intérieure. Au contraire, très peu de gaz produit est exporté vers les pays voisins de l’Iran. Les responsables du régime se sont vantés à plusieurs reprises d’expédier du carburant au Liban.

Pendant que le régime expédie du carburant et du gaz au Liban et en Irak, les Iraniens doivent endurer le froid en automne et en hiver. Les centrales électriques iraniennes sont également contraintes d’utiliser du mazout bon marché, ce qui aggrave la crise de la pollution atmosphérique en Iran.

En d’autres termes, les Iraniens paient pour les mauvaises politiques du régime. Le bellicisme des ayatollahs exacerbe les difficultés économiques de l’Iran ; le transport de gaz vers d’autres pays laisse les gens sans défense en hiver tout en les obligeant à respirer un air pollué.

Tout cela soulève la question de savoir combien de temps le régime iranien pourra poursuivre ses politiques destructrices tout en exploitant la « crise énergétique mondiale » dans le but d’obtenir de nouvelles concessions de la part des signataires occidentaux du JCPOA.

Ces exhibitions de puissance creuses ne doivent tromper personne. Le régime iranien est confronté à une société volatile qui se rapproche rapidement de l’explosion en raison de la crise économique et de l’injustice sociale. Le régime des mollahs a cruellement besoin d’un accord et de plus d’argent pour financer ses activités illicites, il spolie donc jusqu’au dernier centime des Iraniens et met leurs ressources aux enchères. Son offre implicite d’exportation de carburant vers l’Occident est un geste bidon. Téhéran est à genoux. Il ne faut donc pas lui accorder de nouvelles concessions.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe