mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: EconomieLa corruption systématique du régime iranien et la crise économique de l'Iran

La corruption systématique du régime iranien et la crise économique de l’Iran

Faire de longues files d’attente pour acheter [de la volaille à un prix fixé par le gouvernement].

Les nouvelles en provenance d’Iran indiquent que la population est aux prises avec des difficultés économiques, notamment la montée en flèche des prix et l’inflation. Parallèlement, les médias officiels reconnaissent que la mauvaise gestion économique des mollahs est à l’origine de la crise économique iranienne. La population fait la queue pendant des heures pour acheter ses besoins de base aux prix gouvernementaux.

« Cela fait plus d’un mois que nous sommes confrontés à une pénurie de volaille dans tout le pays, et nous avons des difficultés à la distribuer. Chaque kilogramme de volaille devrait être vendu à 20 400 tomans. Malheureusement, un nombre limité de volailles est distribué parmi les personnes faisant de longues files d’attente pour acheter [de la volaille à un prix fixé par le gouvernement]« , a écrit dimanche le Young Journalist Club (YJC), un organisme public.

« Si les autorités gouvernementales se rendaient sur le marché, comme le font les gens ordinaires, ils verraient que la plupart des magasins n’ont pas de volaille ou la vendent à des prix élevés. La volaille [qui est censée être vendue à] 20 400 tomans est vendue à 40 000 tomans. Il y a de longues files d’attente devant les marchés et les magasins qui distribuent la volaille aux prix [adoptés]. Alors que 1 000 tonnes de poulet frais et 1 000 tonnes de poulet congelé devaient être distribuées quotidiennement pour répondre aux besoins de la province de Téhéran (1 700 tonnes), Rahmati, de la Chambre des syndicats d’inspecteurs du commerce, a déclaré qu’un total de 90 tonnes de volaille était arrivé à Téhéran. Cela devrait être distribué à Téhéran et dans d’autres villes de la province« , a écrit jeudi à ce sujet l’agence de presse officiel Tasnim.

La nouvelle année perse de 1400 a commencé dimanche. Alors que les Iraniens ont entamé la nouvelle année dans la pauvreté, le Guide Suprême, Ali Khamenei, a qualifié cette année de « Production : soutien et élimination des obstacles ».

A wave of skyrocketing prices of the most basic goods in Iran

« Alors que nous entrons dans Norouz 1400, non seulement il n’y a aucun point d’espoir, mais l’inflation prévue nous tourmente. Pendant toutes ces années, la population a toujours lutté contre les difficultés, et le [régime] n’a fait que les féliciter pour leur résistance. Les responsables sont maintenant confrontés à la question suivante : quand la population aura-t-elle sa part de paix et de confort ? Combien de temps le peuple devra-t-il traverser des centaines de magasins pour acheter du pétrole ? Vraiment, combien de temps les gens doivent-ils faire la queue pendant des heures pour que ce soit peut-être leur tour d’obtenir de la volaille, non pas à un prix raisonnable, mais à un prix plusieurs fois supérieur à celui auquel qu’ils ont acheté il y a un mois ? Combien de temps la part populaire de la [soi-disant] résistance est-elle censée se résumer à des prix qui montent en flèche et à des tables vides ? Pendant combien de temps les salaires devront-ils être inférieurs au seuil de pauvreté ? », écrivait jeu di à ce sujet le quotidien officiel Tejarat.

Quelle est la raison de la crise économique en Iran ?

Le régime des mollahs et ses défenseurs tentent d’imputer uniquement aux sanctions la crise économique iranienne, notamment la montée en flèche des prix et l’augmentation du taux d’inflation.

Le régime a aggravé la crise économique de l’Iran par des politiques catastrophiques, comme l’impression de billets de banque. L’impression de billets augmente le taux de liquidité et aboutit finalement à la croissance rapide de l’inflation ponctuelle.

« En 2019 et 2020, une partie du budget du gouvernement est venue des recettes en devises du Fonds national de développement, ce qui signifie tout simplement l’impression de billets », a déclaré dimanche Abdolnaser Hemmati, gouverneur de la Banque centrale d’Iran.

« L’inflation est l’un des problèmes les plus importants et les plus fondamentaux qui ont frappé l’économie iranienne au cours des 40 dernières années. Le facteur structurel le plus important de l’inflation dans l’économie iranienne est le déficit budgétaire du gouvernement. Sans la crise du Coronavirus, le déficit budgétaire du gouvernement pour cette année était prévu à 130 000 milliards de tomans. L’impression de billets de banque est compensée, ce qui augmente la base monétaire et les liquidités et a finalement un effet inflationniste« , a écrit à ce sujet le quotidien officiel Arman le 13 mars.

« Aujourd’hui, le gouvernement a choisi une voie qui va sûrement dévaluer la monnaie nationale, ce qui aura pour conséquence l’inflation, la montée en flèche des prix et la réduction du pouvoir d’achat de la population« , l’agence de presse officiel Tasnim a cité le membre du Majlis (Parlement des mollahs) Alireza Salimi.

« Sous l’administration [d’Hassan] Rohani, le coefficient de Gini montre une situation déplorable, sans précédent au cours des 60 dernières années. De même, les liquidités et l’inflation moyenne ont été sans précédent au cours des 50 dernières années. Ce sont les conséquences de la croissance débridée des liquidités que le gouvernement ne voulait pas ou ne pouvait pas contrôler. Une fois ils blâment le gouvernement précédent, une fois la population, une fois Donald Trump, et maintenant ils disent qu’ils révéleraient les problèmes plus tard. À chaque fois, ils cherchent quelqu’un à blâmer« , a reconnu M. Salimi.

Bien que Khamenei ait qualifié l’année perse actuelle d’année de « Production : soutien et élimination des obstacles« , les médias officiels ont reconnu que le véritable obstacle à la production nationale de l’Iran est le régime.

Par exemple, les prix des véhicules monte en flèche en Iran. Selon Maziar Biglou, secrétaire de l’Association des fabricants de pièces détachées, « les véhicules deviennent moins chers si l’embargo national sur la production est levé. »

« À mon avis, [le slogan de Khamenei pour l’an 1400] montre que la sanction a eu un petit effet néfaste sur l’industrie. Malheureusement, l’imprudence [des autorités] et les sanctions nationales ont affecté l’industrie« , a ajouté M. Biglou, selon l’agence de presse officielle YJC dimanche.

Dans un autre aveu, Azar Mansouri, un membre éminent du parti de l’Union du peuple iranien islamique, a souligné la corruption systématique du régime, qualifiant les propos de Khamenei sur le nouvel an de « propagande ».

« Nommer une année sans ses exigences au cours d’années consécutives a fait que ces noms ont pris un rôle plus important de propagande et de slogan et sont parfois devenus une contradiction, et l’année 1400 ne fait pas exception à cette règle. La corruption systématique est un obstacle sérieux à l’accroissement du capital national. Par conséquent, nous avons besoin de réformes sérieuses, réelles et légales au sein du [régime] pour la combattre et la réduire, et non de slogans« , a déclaré M. Mansouri, selon l’agence de presse officielle ILNA dimanche.