jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : Raïssi inflexible sur la suppression du taux de change officiel,...

Iran : Raïssi inflexible sur la suppression du taux de change officiel, les députés mettent en garde contre ses conséquences

Iran : Raïssi inflexible sur la suppression du taux de change officiel, les députés mettent en garde contre ses conséquences

Cela fait deux semaines que le président du régime iranien Ebrahim Raïssi a présenté le plan budgétaire de son gouvernement. Alors que le parlement du régime a approuvé à la hâte les généralités du budget, les députés continuent de mettre en garde Raïssi sur les conséquences de la suppression du taux de change officiel. Malgré les nombreux avertissements des responsables du régime, des économistes et des médias d’État sur les conséquences « dévastatrices » de la suppression du taux de change officiel, Raïssi et son gouvernement entendent poursuivre leur plan.

« Hier, le porte-parole de la Commission de consolidation budgétaire a déclaré que l’élimination du taux de change officiel avait de graves conséquences pour le peuple », a écrit le quotidien officiel Sharq, le 18 janvier.

Les larmes de crocodile des députés pour les gens reflètent leur anxiété face à une réaction populaire. Selon Sharq, le président de la Commission de sécurité du Parlement, Mojtaba Zoulnori, a reconnu que « la société iranienne ne peut pas supporter les conséquences économiques de l’élimination du taux de change officiel. La flambée des prix a brisé le dos des gens. La situation actuelle n’est pas propice à la suppression du taux de change officiel », a déclaré Kazem Delkhosh, membre de la Commission de consolidation budgétaire, au site Web public Khabar Online, le 18 janvier.

« Les plans du gouvernement ne doivent pas imposer plus de pression sur la population. Ces décisions peuvent résoudre le problème du gouvernement, mais nuire gravement aux moyens de subsistance des gens », a déclaré Delkhosh. « La suppression du taux de change officiel augmentera les prix d’au moins 25 biens de consommation, affectant les prix de 600 à 700 articles, entraînant des difficultés financières écrasantes pour la population », a-t-il déclaré.

Le quotidien Sharq a également cité une lettre de l’ancien député Ahmad Tavakoli à Raïssi et à d’autres responsables sur les conséquences de la suppression du taux de change officiel. « Ignorer l’inflation prévue cause de graves dommages. Le résultat le plus amer de cette crise, en plus de l’inflation, est une terrible récession qui multiplie la crise financière pour la population », a averti Tavakoli.

Le taux de change officiel de 42 000 rials pour un dollar a été introduit en 2018 par le gouvernement d’Hassan Rohani, soi-disant pour contrôler les prix des biens de consommation de base. Étant donné que la monnaie basée sur le taux de change officiel était attribuée aux sociétés écrans du régime, son utilisation n’a pas effectivement réduit les prix des produits de base. Il a plutôt permis aux responsables du régime et à leurs proches de détourner des millions de dollars et de vendre les produits de base à un prix beaucoup plus élevé sur le marché libre.

Comme le régime n’a pas assez de ressources, il a commencé à imprimer des billets de banque, augmentant ainsi la liquidité. Comme le taux de production de l’Iran est très faible en raison de la corruption, de l’incompétence et de la mauvaise gestion du régime, la liquidité a augmenté rapidement et a augmenté l’inflation et la flambée des prix.

Au cours de la dernière année de son mandat, Rohani avait l’intention d’éliminer le taux de change officiel, estimant qu’il leur rapporterait au moins 600 000 milliards de rials. Maintenant, si Raïssi supprime le taux de change officiel, son gouvernement gagnerait environ 2 milliards de dollars, avec le taux de change actuel au taux du marché libre de 280 000 rials pour 1 dollar.

Étant donné que le régime a désespérément besoin d’argent pour soutenir ses groupes terroristes par procuration, même 2 milliards de dollars lui sont de grand secours. La suppression du taux de change officiel augmentera la colère public et augmentera la possibilité d’un autre soulèvement populaire contre la dictature intégriste.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe