mercredi, avril 24, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsUne mascarade de procès contre l’OMPI à Téhéran

Une mascarade de procès contre l’OMPI à Téhéran

Une mascarade de procès contre l’OMPI à Téhéran

En juillet 2023, le pouvoir judiciaire du régime iranien a fait une annonce étonnante : la formation d’un tribunal spécial pour juger les dirigeants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK). Cette décision, de nature sans précédent, a soulevé des questions chez de nombreux observateurs.

Le régime, tristement célèbre pour son traitement sévère envers les dissidents politiques et les groupes d’opposition, a révélé les noms de 104 personnes qui seraient jugées. Parmi eux se trouvaient des responsables, des membres de l’organisation et des personnes affiliés au Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). Cette décision a été une surprise pour beaucoup, compte tenu de la politique de longue date du régime de répression des membres de l’OMPI.

Mais pourquoi un régime connu pour ses violations des droits humains opterait-il soudainement pour une approche judiciaire dans ses relations avec l’OMPI ? Dans un régime où l’affiliation à l’OMPI équivaut à être qualifié de « Mohareb », ou d’ennemi de Dieu, passible de la peine de mort, la justification de la création d’un tel tribunal soulève d’importantes questions.

Le procès s’est ouvert le mardi 22 novembre 2023, marquant le début d’une série de séances hebdomadaires. L’acte d’accusation présenté par le représentant du procureur lors de la première session présentait l’OMPI comme une menace permanente à la sécurité devant être éradiquée, même en l’absence de capacités militaires immédiates.

De nombreux responsables du régime ont exprimé leur soutien à ces tribunaux à travers les médias du régime, attribuant leur création à l’appréhension du régime à l’égard de l’OMPI et de son influence sur les jeunes générations. Ils ont indiqué que les jeunes pourraient ne pas être au courant des « crimes » présumés commis par l’OMPI et pourraient être amenés à rejoindre leurs rangs. En outre, certains responsables ont souligné la nécessité de juger l’OMPI devant les tribunaux civils iraniens pour freiner leurs activités à l’étranger et potentiellement inciter les pays d’accueil à prendre des mesures contre le groupe.

Dans le texte de l’acte d’accusation lu par le représentant du procureur lors de la première audience du tribunal, il est indiqué : « Tous les éléments de ce groupe, bien que résidant dans différents pays et actuellement incapables de mener des opérations militaires organisées, constituent toujours potentiellement une menace pour la sécurité des pays résidents. »

Une question se pose : pourquoi le régime a-t-il si peur de l’OMPI au point de prendre des mesures aussi drastiques et de convoquer ce tribunal, tandis que ses médias couvrent largement la question ? Si l’OMPI est véritablement un groupe inefficace et dépourvu de soutien populaire, pourquoi le régime lui accorderait-il une telle attention ?

Au cours des quarante dernières années, le régime a considéré l’OMPI comme son principal adversaire, percevant la croissance et l’expansion de l’organisation parmi la population et la jeunesse iraniennes comme la seule menace à sa survie. En 1988, face à un accord de cessez-le-feu avec l’Irak, le régime a identifié l’OMPI comme sa principale menace existentielle. En conséquence, il a perpétré un massacre au sein de ses prisons, exécutant plus de 30 000 prisonniers politiques, dont la majorité étaient des membres ou des partisans de l’OMPI.

Actuellement, le régime se trouve dans une crise, aux prises avec une impasse au lendemain du soulèvement de 2022, avec une menace considérable pour sa survie. Le régime des mollahs a connu le risque de son renversement par le peuple iranien en 2022, qui s’inscrivait dans une continuité de soulèvements initiés en 2017. Les unités de résistance de l’OMPI ont joué un rôle central dans la persistance et l’intensification de ces soulèvements.

Lors du soulèvement de 2022, malgré l’arrestation de plus de 3 600 membres des unités de résistance, leurs activités ont non seulement perduré mais ont également proliféré. Actuellement, ils persistent à allumer les flammes de la résistance et de la dissidence contre le régime dans les villes iraniennes, servant ainsi de phare d’inspiration à la jeunesse du pays.

Le paysage social instable de la société iranienne, combiné au déploiement massif d’unités de résistance à travers le pays, constitue un formidable défi pour la pérennité du régime. La réaction du régime face à cette crise et ses efforts pour conserver le contrôle sont mis en évidence dans le procès de 104 dirigeants de l’OMPI.

Iran 2022: MEK Resistance Units Take Major Strides in Iran

L’agence de presse officielle Fars, dans un rapport complet sur la session initiale, a qualifié l’OMPI d’« hypocrites » et a souligné la nécessité de s’attaquer à ce problème. Le rapport précise : « Un autre aspect crucial est le risque que pose les hypocrites à toute société, qui surpasse celle des autres adversaires en raison de la complexité de leur identification. Ils représentent des menaces internes et peuvent s’infiltrer profondément dans la société, ce qui rend leur détection et leur isolement extrêmement difficiles. »

« En outre, leurs diverses relations avec d’autres membres de la société rendent la lutte contre eux difficile« , a ajouté l’agence de presse dirigée par le Corps des Gardiens de la révolution islamique. « Pour cette raison, tout au long de son histoire, l’Islam a subi les coups les plus importants de la part des hypocrites, et pour la même raison, le Coran a dirigé ses attaques les plus sévères contre les hypocrites, mettant en garde continuellement contre eux et contre eux. »

En résumé, le régime est confronté à une crise de renversement potentiel et, comme par le passé, perçoit l’élimination de l’OMPI, sa principale opposition organisée, comme le seul moyen de survie. La création de ce tribunal sert à ouvrir la voie au ciblage et à l’élimination des membres de l’OMPI à l’étranger, ainsi qu’à l’exécution et à la torture de membres de l’OMPI et des unités de résistance en Iran. Par conséquent, il y a eu une augmentation notable des arrestations de partisans de l’OMPI en Iran ces derniers mois, accompagnée d’une augmentation des exécutions par rapport aux périodes précédentes.