mardi, avril 23, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceHonorer la révolution iranienne de 1979, une bataille continue contre deux dictatures

Honorer la révolution iranienne de 1979, une bataille continue contre deux dictatures

Honorer la révolution iranienne de 1979, une bataille continue contre deux dictatures

Le 11 février, les Iraniens commémorent la révolution historique de 1979, un moment charnière dans l’histoire du pays qui a marqué le renversement de l’ordre monarchique millénaire. Cette révolution populaire symbolise la détermination inébranlable contre la tyrannie et un fervent désir de liberté et de démocratie.

L’anniversaire rappelle le triomphe du peuple iranien sur le despotisme, la discrimination, les inégalités et l’oppression, et commémore les sacrifices consentis par d’innombrables personnes qui se sont courageusement dressées contre l’injustice.

Cependant, certains médias persans, opérant en dehors de l’Iran et financés par des gouvernements étrangers, tentent de minimiser l’importance de cette révolution. Ils cherchent à blanchir les crimes du régime précédent et à propager la fausse idée selon laquelle les Iraniens regrettent s’être révolté contre le despote. Ces médias négligent commodément les atrocités commises sous le régime de la monarchie et rejettent la corruption généralisée et les disparités de classe. Ils remettent même en question le fait historique selon lequel des millions d’Iraniens se sont soulevés contre le Shah et ont renversé son régime corrompu lors d’un soulèvement national qui a duré plus de 27 mois.

Ces dernières années, ces efforts de propagande se sont intensifiés, notamment lors du soulèvement de 2022. Certaines plateformes ont fait la promotion du fils de l’ancien dictateur tout en censurant la principale opposition iranienne. Néanmoins, le peuple iranien a répondu par un rejet catégorique de ces efforts avec son slogan : « Mort à l’oppresseur, que ce soit le Shah ou le leader (Khamenei) ». Ce slogan cristallisait leur rejet de la propagande trompeuse.

Le peuple iranien rejette sans équivoque le régime actuel ainsi que tout retour à l’ancienne dictature. Ils aspirent plutôt à établir une république démocratique. Nier l’importance de la révolution antimonarchique et plaider pour un retour à la monarchie méconnaît de manière flagrante les principes consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et porte atteinte au droit fondamental de se rebeller contre l’oppression.

Plaider pour le rétablissement de la monarchie a de profondes implications. Au lieu de revenir en arrière et d’établir le règne d’une structure inexistante pour devenir la nouvelle monarchie, ce récit ne cherche qu’à diviser les rangs aux multiples facettes de l’opposition et sert la théocratie existante.

Depuis 2017, parallèlement à l’expansion des Unités de résistance, un réseau national de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), les manifestations occasionnelles sont devenues plus intenses et se sont transformées en soulèvements nationaux qui ont menacé l’existence du régime. Ce n’est pas non plus une coïncidence si les efforts visant à promouvoir le mirage de la restauration de la monarchie déchue ont depuis pris de l’ampleur.

En janvier 2018, quelques jours après la répression sanglante du soulèvement, le guide suprême Ali Khamenei a déclaré : « Il y a eu une implication active d’une relation triangulaire dans ces émeutes. Le projet est orchestré par les Américains et les agents du régime sioniste. Les fonds provenaient de l’un de ces États fantoches du golfe Persique. Cependant, le larbin était l’organisation hypocrite, l’organisation hypocrite responsable des meurtres humains. C’étaient des comparses. »

Alors que l’implication de pays étrangers dans le soulèvement national iranien était clairement infondée, Khamenei a clairement fait comprendre à l’establishment au pouvoir et à son vaste appareil de sécurité que la nature de la menace la plus redoutable du régime avait évolué, signalant un changement d’approche.

Malgré la sévère répression du régime, les unités de résistance de l’OMPI ont joué un rôle central dans tous les soulèvements majeurs depuis, notamment en maintenant l’élan du soulèvement de 2022. Aujourd’hui encore, ils persistent à alimenter les flammes de la résistance.

Par conséquent, le régime de Khamenei apparaît comme le seul bénéficiaire du fait d’empêcher le monde et la société iranienne de connaître l’existence de ces unités. En réduisant au silence et en discréditant l’OMPI, le régime vise à priver la nation opprimée de l’espoir qu’un changement soit réalisable.

De plus, l’idée d’un retour à une dictature monarchique ne sert que les intérêts du régime actuel. Toute propagande promouvant une telle régression perpétue l’existence du régime en détournant l’attention de ses échecs et de ses atrocités.

Par l’intermédiaire de ses médias de langue persane basés à l’étranger, le régime s’engage habilement dans une stratégie sophistiquée. Bien qu’ils prétendent s’opposer au régime, ces récits déforment les faits historiques entourant le renversement du Shah et présentent à tort une révolution importante comme une erreur qui a abouti à un pire cauchemar. Par conséquent, ces récits ne nourrissent pas un sentiment propice à une autre révolution et à un changement de régime ; au contraire, ils sapent toute tendance à s’insurger et à combattre la tyrannie.

En neutralisant l’OMPI, le régime vise à éliminer toute alternative viable, comme le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), qui inclut l’organisation dans sa structure. Sans une opposition crédible qui relie la révolution nationale à un cadre politique internationalement reconnu, le régime estime que sa pérennité est assurée.

Alors que le progrès se construit par la lutte et le sacrifice, plutôt que par la régression et les remords, les Iraniens commémorent l’anniversaire de la révolution de 1979, réaffirmant leur attachement aux principes de liberté, de justice et de démocratie. Plutôt que d’accepter le choix entre le moindre de deux maux, ils estiment qu’ils méritent les idéaux les plus élevés. Le peuple iranien aspire à construire une république démocratique où ses droits et libertés seront respectés. Le cheminement vers cet objectif implique une résistance organisée et les efforts inébranlables d’individus dévoués tels que les unités de résistance de l’OMPI.