mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa crise de la toxicomanie en Iran et la fabrication des données

La crise de la toxicomanie en Iran et la fabrication des données

La crise de la toxicomanie en Iran et la fabrication des données

La propagation de la dépendance en Iran sous le régime religieux est devenue un problème alarmant et omniprésent, avec des implications importantes pour le pays. La réticence du gouvernement à fournir des statistiques précises a conduit à un manque de transparence quant à l’ampleur réelle du problème. Des rapports et statistiques non officiels ont mis en lumière les dimensions préoccupantes de ce phénomène, révélant une réalité inquiétante.

Un récent rapport du journal Etemad s’est penché sur le phénomène de la toxicomanie en Iran, proposant un examen détaillé de divers aspects, notamment les prix et la consommation des différentes drogues à travers le pays. Le rapport met en évidence une diminution significative de la consommation d’opium, associée à une forte augmentation de la consommation d’héroïne, de méthamphétamine en cristaux et d’autres substances. La consommation croissante de ces drogues a été attribuée à des facteurs tels que le coût élevé de l’opium et l’ajout d’impuretés à l’héroïne, obligeant les individus à augmenter leur consommation quotidienne.

Le rapport souligne également la corrélation directe entre les prix des médicaments et les taux de change et l’inflation du pays. En outre, il a révélé que l’Iran est non seulement un consommateur important, mais également un producteur des drogues les plus dangereuses, les substances chimiques.

La manipulation par le gouvernement des statistiques sur la toxicomanie au fil des années a créé un nuage d’incertitude quant à l’ampleur réelle du problème. Divers responsables ont fourni des chiffres contradictoires, certains alléguant une suppression délibérée de données exactes.

La gravité de la situation est soulignée par le fait que l’Iran est l’un des pays où le taux d’abus d’opiacés est le plus élevé au monde. La prévalence de la consommation de drogues a continué d’augmenter, les estimations officielles suggérant qu’environ 2 millions de personnes consomment quotidiennement des drogues illicites en Iran, soit environ 2,7 % de la population.

De plus, l’utilisation de somnifères est devenue extrêmement répandue. Selon des rapports récents, 1 000 tonnes de drogues diverses sont consommées chaque année en Iran, la drogue la plus dangereuse, les produits chimiques, étant produite à l’intérieur des frontières du pays.

Cependant, le récit commence par un mensonge important véhiculé par le régime iranien ces dernières années. Ils affirment que le nombre de toxicomanes en Iran s’élève à 2,8 millions. La manipulation des statistiques de toxicomanie en Iran a une histoire troublante. Ali Hashemi, ancien président du Comité indépendant de lutte contre la toxicomanie du Conseil de discernement, a déclaré précédemment que le nombre de toxicomanes en Iran était de 3,76 millions jusqu’en 2006. Cependant, sous la présidence de Mohammad Khatami (1997 à 2005), ce chiffre a été déclaré être réduit à 750 000 à 800 000 toxicomanes sur une population de 70 millions d’habitants. En 2011, les statistiques de toxicomanie faisaient état de 1,33 million de toxicomanes sur une population de 75 millions d’habitants, et sous la présidence de Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013), ce chiffre atteignait 1,35 million.

Malgré les révélations d’Hashemi, le régime a régulièrement fait état de 1,33 million de toxicomanes entre 2011 et 2017. En 2017, Parviz Afshar, ancien porte-parole de la Direction générale de la lutte contre les stupéfiants, a annoncé qu’il y avait 2,808 millions de toxicomanes dans le pays. Depuis lors, ce chiffre est resté inchangé, ce qui indique un manque de statistiques précises et détaillées sur la toxicomanie en Iran.

La question de la consommation de drogues récréatives et de l’âge de la dépendance mérite également une attention particulière. Mohsen Roshanpajouh, ancien adjoint du Centre de prévention et de traitement de l’Organisation de protection sociale, a souligné que les statistiques de toxicomanie fournies par le siège de la lutte contre les stupéfiants ne tenaient compte que de la consommation continue de drogue et excluaient la consommation récréative. Nasser Aslani, ancien adjoint chargé du traitement de l’approvisionnement et des affaires internationales au siège de la lutte contre les stupéfiants, a annoncé 4,5 millions de toxicomanes en 2019, dont 2,808 millions de toxicomanes continus et 1,6 million de consommateurs de drogues récréatives.

Le 21 juin 2022, l’agence de presse officielle IMNA a cité l’ancien directeur général du Bureau de recherche et d’éducation du siège de la lutte contre les stupéfiants, affirmant qu’il y avait quatre millions et 400 000 personnes dans le pays qui consomment des drogues de manière continue et intermittente. Compte tenu de la taille de leurs ménages, environ 15 millions de personnes sont quotidiennement confrontées à des préoccupations liées à la toxicomanie.

De plus, les statistiques n’incluent pas les individus de moins de 15 ans toxicomanes, malgré les annonces officielles indiquant que l’âge de la dépendance a atteint 11 à 15 ans.

En termes de prévalence de la consommation de drogue, l’Iran se classe au premier rang mondial sous le règne des Mollahs, avec un taux de consommation annuelle de 31,3 %, selon un rapport des Nations Unies.

La circulation financière stupéfiante des ventes de drogue en Iran, s’élevant à 167 000 milliards de tomans par rapport au budget du pays de 408 000 milliards de tomans, met en évidence l’ampleur du problème.

Compte tenu de la supercherie de la consommation récréative, de l’inclusion des individus de moins de 15 ans et des taux de croissance déclarés par les Nations Unies, l’ampleur du désastre est désarmante.