mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeUne entreprise en Allemagne a contourné les sanctions contre le régime en...

Une entreprise en Allemagne a contourné les sanctions contre le régime en Iran

Une entreprise en Allemagne a contourné les sanctions contre le régime en Iran

Dans un reportage de l’ARD, la principale chaîne de télévision allemande, il a été indiqué que la société GIC International GmbH, basée à Düsseldorf, était sous surveillance pour violations potentielles des sanctions internationales. Selon le rapport, des documents divulgués par le mouvement d’opposition des Moudjahidine du peuple d’Iran, suggèrent que le régime aurait utilisé la société basée à Düsseldorf, ainsi que d’autres sociétés en Allemagne, pour faciliter les transactions commerciales internationales malgré les sanctions.

Javad Dabiran, membre de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a accusé le régime iranien de « construire un vaste réseau pour contourner les sanctions » et a appelé à des mesures plus strictes contre Téhéran, notamment en désignant le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme une organisation terroriste par l’Union européenne.

Par ailleurs, des documents internes transmis aux quotidiens WDR et SZ suggèrent que GIC International appartient à Ghadir Investment Company, un conglomérat iranien sanctionné par les États-Unis pour ses liens présumés avec le CGRI. Les documents soulèvent des inquiétudes quant au fait que GIC International pourrait faciliter des transactions pour Ghadir, au bénéfice potentiel de l’entité sanctionnée.

ARD, la principale chaîne de télévision d’État allemande, a rapporté :

Faire des affaires au nom de l’Iran ?
Niché dans une zone industrielle à la périphérie ouest de Düsseldorf, l’International Business Center se dresse bien en vue à la sortie de l’autoroute A52. Au sein de ce centre animé, au 12 Monschauer Strasse, réside GIC International GmbH, installé dans un immeuble de bureaux à plusieurs étages. Malgré sa modeste présence en ligne, le site Web de l’entreprise présente des images de centrales électriques et d’installations industrielles, faisant allusion à la diversité de son portefeuille.

Avec une expérience de trois décennies dans le commerce international, GIC International GmbH possède des partenariats en Europe, au Moyen-Orient et en Asie, spécialisés dans des secteurs allant du pétrole et du gaz à la pétrochimie, en passant par le ciment et les métaux. Les documents officiels indiquent que l’entreprise a réalisé environ 600 millions d’euros de chiffre d’affaires entre 2017 et 2021.

En approfondissant, le registre du commerce révèle que cette entreprise basée à Düsseldorf a été créée en 2012 avec le soutien financier direct de Téhéran. Dans les coulisses se profile la Ghadir Investment Company, un conglomérat détenant des participations dans plus de 100 entreprises iraniennes couvrant des secteurs tels que le pétrole, la chimie et la construction.

La révélation des liens de GIC International GmbH avec Ghadir Investment Company souligne le lien complexe entre les entités économiques iraniennes et l’appareil d’État, suscitant un examen minutieux de l’implication potentielle des Gardiens de la révolution dans ces relations commerciales.

Faire des affaires malgré les sanctions ?
Les enquêtes menées par WDR et « Süddeutsche Zeitung » ont révélé un lien potentiel entre le GIC International, basé à Düsseldorf, et un réseau d’entreprises prétendument orchestré par les agences d’État iraniennes. Des documents divulgués par le mouvement d’opposition des Moudjahidine du peuple d’Iran et obtenus par WDR et SZ suggèrent que le régime aurait pu utiliser la société basée à Düsseldorf, ainsi que d’autres sociétés en Allemagne, pour perpétuer des transactions commerciales internationales et des acquisitions immobilières malgré les sanctions.

Les documents divulgués incluraient des dossiers internes à l’entreprise et des communications entre le directeur général de GIC International à Düsseldorf et la direction de Ghadir Holding en Iran. WDR et SZ ont méticuleusement traduit les originaux persans et corroboré des détails tels que les individus, les lieux et les dates pour authentifier les documents.

Selon les journaux, GIC International aurait établi à Düsseldorf un « réseau d’exportation d’urée » d’Iran, en particulier pour l’urée industrielle essentielle à l’épuration des gaz d’échappement des voitures diesel. Cette initiative aurait été saluée à Téhéran, les fonds étant censés être acheminés via des canaux bancaires fiables, selon un document concernant le GIC basé à Düsseldorf.

Au centre des préoccupations des États-Unis les autorités
Suite à un changement de direction au sein du groupe Ghadir en 2021, les activités de l’entreprise basée à Düsseldorf ont fait l’objet d’une surveillance accrue. Une réunion aurait eu lieu en octobre 2022 impliquant des représentants de Téhéran et de Düsseldorf, au cours de laquelle, selon une transcription potentielle, le chef de GIC à Düsseldorf aurait reconnu : « Malheureusement, les régulateurs allemands ont découvert les activités de GIC avec la Ghadir Investment Company en Iran. En conséquence, une autre société aurait été créée spécifiquement pour faciliter les transactions de paiement vers l’Iran. »

L’investissement Ghadir avait déjà attiré l’attention des autorités américaines dès juin 2013. Le gouvernement alléguant que la holding avait généré des fonds pour l’appareil de sécurité iranien. Plus précisément, les autorités américaines ont lié Ghadir Investment à l’Organisation de sécurité sociale des forces armées iraniennes, connue sous le nom de SATA, chargée de fournir des prestations de santé et de retraite aux membres de l’armée, des gardiens de la révolution et de la police iraniens. En novembre 2018, les États-Unis les sanctions ont été renouvelées et élargies, se concentrant une fois de plus sur Ghadir Investment et ses nombreuses succursales.

L’une de ces succursales semble être GIC International, basée à Düsseldorf. Les milieux de la sécurité allemands seraient au courant de l’existence de l’entreprise depuis un certain temps, notamment en ce qui concerne d’éventuelles violations des sanctions. Cependant, à ce jour, il n’existe aucune preuve concrète d’infractions pénales.

Un vaste réseau pour contourner les sanctions
Les agences de sécurité occidentales maintiennent depuis un certain temps leur vigilance sur les réseaux transfrontaliers complexes associés à l’Iran. Utilisant des sociétés écrans et des intermédiaires, ces réseaux facilitent l’acquisition de matériels adaptés à des fins militaires au mépris des sanctions ou financent les projets militaires iraniens.

Selon Javad Dabiran, le régime des mollahs a habilement « construit un vaste réseau pour échapper aux sanctions en exploitant la politique malavisée d’apaisement de l’Occident ». Dabiran plaide pour la désignation des Gardiens de la révolution iraniens comme organisation terroriste au sein de l’Union européenne et appelle à des sanctions supplémentaires contre ses industries.

Ces affirmations soulignent les défis persistants posés par les efforts de l’Iran pour contourner les sanctions et l’impact qui en résulte sur la dynamique de sécurité régionale et internationale. L’appel à des mesures renforcées contre les Gardiens de la révolution iraniens reflète les inquiétudes croissantes concernant leur rôle dans la perpétuation d’activités déstabilisatrices et souligne l’urgence d’une action internationale robuste pour faire face à ces menaces.

Plus de sociétés écrans ?
Une lettre interne de Düsseldorf à Téhéran révèle l’intention d’enregistrer de nouvelles sociétés à l’étranger avec l’aide de GIC International. Ces entreprises faciliteraient l’achat de matériel sensible et le traitement des futurs paiements, potentiellement à Oman, en Arménie, aux Émirats arabes unis ou en Chine.

Des précautions ont été prises pour masquer tout lien direct avec Ghadir Investment Holding en Iran. Des documents suggèrent que des discussions ont eu lieu à Téhéran fin 2022 concernant la dissolution de GIC International à Düsseldorf et la vente de sa propriété Monschauer Straße, acquise il y a des années pour six millions d’euros. La justification invoquée pour justifier ces considérations est la difficulté croissante d’effectuer des transactions bancaires en raison des sanctions américaines et de la méfiance croissante à l’égard des entreprises du réseau Ghadir Investment.

Lors d’une réunion à Téhéran, à laquelle auraient participé des représentants allemands et un colonel des Gardiens de la révolution iraniens, il aurait été décidé que la dissolution de GIC International attirerait dangereusement l’attention. Au lieu de cela, l’accent a été mis sur les sociétés nouvellement créées, considérées comme « se développant dans la bonne direction », fonctionnant efficacement et dans le respect des lois fiscales allemandes. Le prétendu protocole cite un pasdaran iranien : « Nous pouvons créer des sociétés écrans à côté de ces sociétés. » GIC a répondu à une demande antérieure en réfutant l’exactitude de cette information.