lundi, juin 17, 2024
AccueilEditorialLes médias iraniens confirment que 92 % ont dit « non »...

Les médias iraniens confirment que 92 % ont dit « non » au régime lors du deuxième tour de la farce électorale

Le deuxième tour des élections parlementaires truqués en Iran a mis en lumière une situation critique au sein du régime, une situation que le guide suprême Ali Khamenei avait tenté de surmonter en mettant sur la touche les responsables désobéissants et en purgeant son régime en déclin. Cela s’est avéré cependant être un échec lamentable. Après des décennies de gouvernance fondée sur la propagande, les médias et les responsables se retrouvent désormais contraints d’admettre non seulement les crises politiques, sociaux et économiques, mais aussi la grave crise de légitimité à laquelle leur régime est confronté.

Depuis des décennies le régime se maintient par la répression et la torture. Les soulèvements du peuple iranien depuis 2017 ont souligné l’impopularité du régime. En particulier lors du soulèvement de 2022, il est devenu évident que les Iraniens souhaitent le renversement du régime dans son ensemble et l’établissement d’une république démocratique. L’un des principaux slogans du soulèvement était « Mort à l’oppresseur, qu’il soit le Shah ou le leader ». L’état instable de la société iranienne et le mépris généralisé à l’égard du régime se sont intensifiés au point que même les alliés les plus fidèles du régime reconnaissent l’absence de participation du public aux élections, ainsi que la propagande trompeuse du régime concernant la participation électorale.

Lors du second tour d’élections parlementaires, le recours initial du régime à sa stratégie traditionnelle n’a pas abouti. Ahmad Vahidi, ministre de l’Intérieur du cabinet d’Ebrahim Raïssi, s’est adressé sur X à l’issue des élections : « La deuxième étape des élections est terminée. Grâce à Dieu, le peuple a réalisé une épopée. J’exprime ma sincère gratitude à tous les honorables citoyens. J’exprime également ma gratitude à mes collègues du ministère de l’Intérieur, des agences de sécurité et d’application des lois, du Conseil des gardiens et des observateurs populaires des élections. »

Cette dernière a suscité de vives réactions au sein du régime. Mohammad-Javad Azari Jahromi, ministre des Communications du gouvernement de Hassan Rohani, a déclaré : « Par « épopée », le ministre de l’Intérieur fait référence aux 92 % d’abstention électorale à Téhéran. »

Hesamoddin Ashna, conseiller de Hassan Rohani, a également écrit sur son compte X : « Si nous considérons ce niveau de participation comme une « épopée », alors nous nous sommes privés, ainsi que le gouvernement, de la nécessité d’évaluer de manière critique la situation actuelle. »

Abdolnasser Hemati, ancien gouverneur de la Banque centrale, a commenté X en disant : « La qualification par le ministre de l’Intérieur des récentes élections d’« épopée » et le fait de considérer la représentation du Parlement avec 3 à 5 pour cent des voix du peuple comme « « acceptable » impliquent qu’ils recherchent une « épopée plus acceptable » pour les élections [présidentielles] de 2025 ? »

Reza Rashidpour, ancien animateur de la télévision d’État qui s’est distancié des médias pendant plusieurs années, a réagi : « C’est un honneur pour nous tous que l’estimé ministre de l’Intérieur comprenne le concept d’épopée. »

Quelques heures après avoir été témoin de nombreuses réactions à son tweet, Ahmad Vahidi a été contraint de supprimer le message. Cependant, les réactions dans les médias d’État sont allées bien au-delà d’une simple prise de position contre le ministre de l’Intérieur.

De nombreux médias ont rapporté que Bijan Nobaveh, un ancien employé de l’IRIB (Radiodiffusion de la République islamique d’Iran) devenu le candidat favori au parlement, n’a obtenu que 3,5 pour cent des voix dans cette ville. Cependant, de nombreux observateurs affirment que même ce faible chiffre doit être considéré avec scepticisme et que le taux de participation réel est probablement inférieur aux statistiques du gouvernement.

La chaîne Telegram « Chand Sanieh » a déclaré que le nombre d’électeurs éligibles à Téhéran est de 10 millions et que Nobaveh a reçu 26 904 voix. Ainsi, selon les statistiques officielles, les votes des plus performants dans cette émission ne représentent qu’un demi pour cent des électeurs éligibles.

Le 11 mai, le journal d’État Farhikhtegan, appartenant à Ali Akbar Velayati, un conseiller principal de Khamenei, a écrit : « Des chiffres non officiels indiquant un taux de participation de « huit pour cent » à Téhéran suggèrent que les représentants élus au parlement vont au Majlis avec un nombre de voix insignifiant. Au premier tour, les candidats classés de la 1ère à la 5ème place à Téhéran ont obtenu un nombre de voix similaire à ceux classés de la 31ème à la 40ème place lors des élections précédentes

Le 10 mai, le site Internet Jamaran News rapportait : « Selon les statistiques fournies jusqu’à présent, le nombre de votes comptés était de 552 644, tandis que les votes obtenus au premier tour étaient de 1 569 857. »

Le 11 mai, le journal Ham Mihan a évoqué des conflits internes entre les factions au pouvoir : « Les douzièmes élections législatives ont eu une signification sur plusieurs fronts, notamment la participation réduite parmi les électeurs éligibles. Pourtant, il est impératif de mettre en balance ces indicateurs avec les conflits internes qui couvent entre les factions conservatrices. »

Le 12 mai, le journal officiel Resalat écrivait : « Le deuxième tour des élections est toujours moins dynamique et plus faible que le premier tour ; or, dans des circonstances où le premier tour a eu un taux de participation de 25 %, la catastrophe d’une participation aussi faible, comme celle qui s’est produite vendredi, était inattendue. »

Sapant les efforts du guide suprême du régime pour consolider le pouvoir, le chroniqueur de Resalat a en outre averti : « Quand nous avons dit que vous ne purifiiez pas le mouvement mais que vous le vidiez plutôt, personne n’y a prêté attention. J’insiste sur l’utilisation de termes comme « catastrophe », « crise » et un peu faible dans cet écrit afin que nous puissions commencer à agir ensemble. »

Resalat a explicitement souligné que « 92 % des électeurs éligibles se sont abstenus de se rendre sur place et ont dit non » à l’État.