lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsExposition à Washington : Les violations continues des droits humains en Iran

Exposition à Washington : Les violations continues des droits humains en Iran

L’Organisation des communautés irano-américaines (OIAC) a organisé une grande exposition de photos vendredi 4 septembre à Washington sur les quatre décennies de violations systématiques des droits humains par le régime iranien, en particulier le massacre de 30 000 prisonniers politiques iraniens en 1988, le meurtre de 1500 manifestants en novembre 2019, ainsi que l’assassinat de dissidents politiques à l’étranger.

Des milliers de photos et de graphiques ont dépeint les atrocités des mollahs et leurs victimes. Certains des membres des familles des victimes, ainsi que des partisans de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI/MEK) étaient présents à cette exposition.

Plusieurs personnalités politiques américaines ont assisté à cet événement. Condamnant les violations des droits humains perpétrées par le régime, qui se sont multipliées en raison du silence de la communauté internationale sur ces crimes, les organisateurs ont appelé à intervenir immédiatement pour sauver la vie de Navid Afkari, un champion de lutte iranien qui a été récemment condamné à mort. Navid a été arrêté lors des manifestations nationales de 2018 en Iran.

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a envoyé un message vidéo à cet événement.

Elle a déclaré : « L’organisation de cette exposition est particulièrement inspirante et efficace en ce 32e anniversaire du massacre de 30.000 prisonniers politiques en Iran en 1988. Néanmoins, elle ne dépeint qu’une petite partie des crimes et du terrorisme commis par la théocratie au pouvoir. L’un des cas les plus horribles commis par les mollahs a été le massacre de prisonniers politiques en 1988. »

« Au cours des 32 dernières années, la Résistance iranienne n’a cessé d’appeler à ce que les commanditaires et les auteurs de ce grand crime contre l’humanité soient tenus responsables. Et maintenant, plus de trois décennies plus tard, le sang des victimes du massacre de 1988 rugit à travers l’Iran et inspire les jeunes », a déclaré Mme Radjavi.

« J’ai continuellement appelé la communauté internationale à condamner le régime des mollahs et à prendre des mesures urgentes pour mettre fin aux exécutions. Je vous exhorte à poursuivre sans relâche vos efforts pour empêcher que ces verdicts cruels ne soient appliqués à la jeune génération iranienne », a réitéré Mme Radjavi.

Evoquant le terrorisme du régime et sa connexion avec la répression intérieure, Mme Radjavi a déclaré : « Au cours des 40 dernières années, en plus de la répression, les mollahs ont pris pour cible l’OMPI et la Résistance iranienne tous les jours avec leurs calomnies et leurs mensonges dans une vaste et coûteuse campagne de diabolisation. Le revers de la campagne de diabolisation est le terrorisme effréné des mollahs, dont le bord tranchant est dirigé contre les dissidents iraniens, en particulier l’OMPI et la Résistance iranienne. »

Parmi les intervenants de cet événement figurait l’ambassadeur Lincoln Bloomfield, ancien secrétaire d’Etat adjoint américain aux affaires politico-militaires. « Pourquoi parlons-nous d’un événement qui a eu lieu il y a 32 ans ? Le massacre des prisonniers politiques d’Iran en 1988 a été l’un des pires crimes de l’après-guerre. Le régime a menti au monde entier. Mais la vérité a été révélée. Nous savons que les personnes qui ont envoyé ces prisonniers politiques à la mort sont toujours au pouvoir aujourd’hui. Nous avons les preuves et nous avons ceux qui sont coupables », a déclaré l’ambassadeur Bloomfield.

« Nous sommes ici pour faire en sorte que l’on se souvienne des prisonniers. Nous ne pouvons plus ignorer l’année 1988. C’était l’un des plus grands crimes contre l’humanité. Les Etats-Unis et certains de leurs alliés ne sont pas toujours d’accord sur la politique à l’égard de l’Iran. Mais ils ne sont pas en désaccord sur les violations des droits humains en Iran. Les personnes qui ont envoyé ces prisonniers politiques à la potence doivent être tenues responsables. J’appelle mon gouvernement et les autres gouvernements à agir maintenant. Ils doivent mettre fin à ces exécutions extrajudiciaires. Ils ont condamné à mort le lutteur iranien Navid Afkari et ses frères à des décennies de prison pour avoir participé à des manifestations. Ce sont des personnes courageuses, Mesdames et Messieurs. Restons à leurs côtés », a-t-il conclu.

Plusieurs membres éminents de la Chambre des représentants américaine des deux partis politiques se sont adressés à l’audience. Parmi eux se trouvait le représentant Steve Cohen (D-Tennessee) qui a déclaré : « Il faut se souvenir de ce qui s’est passé en 1988. Ce qui se passe en Iran est toujours horrible. Les actions du gouvernement ont été une répression contre les droits du peuple. Il est plus important que jamais de se souvenir des victimes du massacre de 1988. Nous devons avoir un Iran libre. »

« Je me joins à vous pour condamner le massacre de 1988. Je me joins aux milliers de personnes qui élèvent leur voix pour demander justice pour les victimes. Nous avons en commun une histoire de désaveu du terrorisme du régime contre le peuple d’Iran. Je continuerai à vous soutenir », a déclaré la représentante Angie Craig (D-Minnesota).

La représentante Debbie Lesko, républicaine de l’Arizona, s’est jointe à ses collègues pour condamner les violations des droits humains commises par les mollahs. « Mes pensées et mes prières vont à ceux qui ont connu des personnes ou ont fait tuer des proches lors du massacre de 1988. Je suis coparrain de la résolution du Parlement qui condamne le régime et appelle à un Iran non-nucléaire. J’apprécie ce que vous faites et je vous soutiens dans votre mission. »

Evoquant le soutien et le financement du terrorisme à l’étranger par Téhéran, le député John Katko, républicain de New York, a exprimé sa solidarité avec le peuple iranien et a déclaré : « Le régime des mollahs a poursuivi sa campagne de terrorisme dans le pays et à l’étranger. Il prend régulièrement pour cible les Iraniens qui dénoncent les violations de leurs droits. Téhéran est le plus grand parrain du terrorisme. Il dépense un milliard de dollars pour financer des mandataires inféodés dans le but de répandre le terrorisme. L’année dernière, il a tué plus d’un millier de manifestants qui ont élevé leur voix. Nous sommes à vos côtés. »

« Ensemble, nous devons soutenir la lutte actuelle pour les droits humains en Iran et dire la vérité sur le passé, notamment sur les exécutions massives de milliers de prisonniers politiques en 1988. Ce massacre a été perpétré sous l’ordre de Khomeiny », a déclaré le député Raja Krishnamoorthi (D-Illinois).

Patrick Kennedy, un ancien membre de la Chambre des représentants des États-Unis, a également pris la parole à cette occasion. « Il est important que nous nous rappelions à qui nous avons affaire, les mollahs en Iran, et que nous reconnaissions que les choses n’ont pas vraiment changé. Les massacres ont continué. Nous l’avons vu l’année dernière lors des soulèvements, et tous ces jeunes gens tués dans les rues d’Iran », a-t-il déclaré.

« Les mollahs ont promis une révolution et ont plutôt mis en place une dictature qui a terrorisé le peuple. Les membres de l’OMPI ont été en première ligne. Ils ont été la principale cible du régime des mollahs. Il ne fait aucun doute que le régime continue à cibler les membres de l’OMPI. Ils savent que l’OMPI est organisée, qu’elle représente une plateforme, que le plan en dix points de Maryam Radjavi défie les mollahs », a ajouté Patrick Kennedy.

L’orateur suivant de cet événement était Kenneth Blackwell, ancien ambassadeur des Etats-Unis auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations unies. « En 1988, 30.000 prisonniers politiques ont été victimes d’exécutions sommaires par le régime des mollahs. Nous devons être ce réveil pour la justice. Nous devons être les protecteurs de la dignité humaine partout. Nous ne pouvons pas être sur le terrain en Iran. Mais nous pouvons faire ce que nous pouvons là où nous sommes. Notre monde en dépend. Ceux qui ont été victimes de cette injustice flagrante contre l’humanité sont les témoins de la façon dont nous menons la course à notre époque. Continuons à parler et à demander que justice soit faite », a déclaré l’ambassadeur Blackwell.

« J’ai connu Kazem Radjavi. Il appartient au Panthéon des droits de l’homme. Il a été assassiné il y a trente ans par l’ayatollah Khamenei. Il a été le premier représentant de l’Iran révolutionnaire à l’ONU. Il a démissionné à cause des arrestations et des exécutions arbitraires dans son pays. Il a été très actif dans la défense des droits humains en Iran. Ils l’ont tué dans sa rue, chez lui à Genève. Nous avions un mémorial pour Kazem au siège des Nations Unies à New York », a déclaré Bruce McColm, ancien directeur exécutif de Freedom House, en référence au grand martyr des droits humains et représentant du CNRI en Suisse, le Dr Kazem Radjavi, qui a été assassiné par les terroristes du régime en 1990.

Lors de l’exposition de l’OIAC à Washington, certaines familles des victimes du régime iranien ont raconté leurs histoires déchirantes.

Le Dr. Raheleh Sadeghpour, sœur d’une victime du massacre de 1988, a déclaré : « Je suis la sœur de Hamid Sadeghpour. Il était l’un des élèves les plus intelligents de son lycée. Il était un partisan de l’OMPI. Il était très actif au sein du mouvement. En juillet 1981, il a été arrêté pour avoir soutenu l’OMPI. Il a passé sept ans en prison. Après avoir passé sept ans en prison et dans des chambres de torture, il a été tué par le régime. »

Gholam Torshizi, frère de trois victimes du massacre de 1988, était également présent à l’événement.

« Je suis le seul survivant de quatre frères. Trois de mes frères ont été exécutés par le régime. Le régime doit rendre des comptes. Mon jeune frère Behrooz était très doué et talentueux. Il était un partisan de l’OMPI lorsqu’il étudiait à l’université. En 1981, un jour, il a quitté la maison et nous ne l’avons plus jamais revu. Nous l’avons cherché pendant 17 jours. Finalement, nous avons appris son sort dans le journal Keyhan parmi les noms des autres personnes exécutées. Cette nouvelle a été un choc pour notre famille. Mon père a pris contact avec le bureau de l’inspecteur général. Le mollah a dit à mon père : « Votre fils avait un appareil photo et prenait des photos d’une manifestation de l’OMPI. Ces criminels sont toujours au pouvoir, les mêmes qui ont tué mon frère. Ils l’ont condamné à mort sans qu’il ait accès à un avocat. Ils l’ont torturé pendant 17 jours, l’ont tué et l’ont enterré au cimetière de Behesht-e Zahra sans rien dire à ma famille », a déclaré Gholam Torshizi dans une partie de son discours.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe