dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafDiscuter et faire introduire le régime iranien dans le dossier d'Achraf est...

Discuter et faire introduire le régime iranien dans le dossier d’Achraf est illicite et inadmissible

La Résistance iranienne appelle le Secrétaire général Ban Ki-Moon d’interdire aux organes et aux cadres des Nations-Unies d’engager des discussions avec la dictature iranienne concernant les résidents d’Achraf et de Liberty.

Après son retour de Téhéran et sa rencontre avec les responsables iraniens pour les questions de sécurité, notamment Ghassem Soleimani, commandant de la Force terroriste Qods des Gardiens de la révolution, Faleh Fayaz Al-Ameri, le conseiller du Premier ministre irakien pour la Sécurité nationale, a déclaré hier soir sur la chaîne publique irakienne:
« Il est naturel que le dossier de l’organisation terroriste (l’OMPI) soit discuté avec la partie iranienne. (…) M. Martin Kobler, le représentant du Secrétaire général des Nations-Unies en Irak, a eu de longues discussions avec la partie irakienne et la partie iranienne. Tant à travers l’ambassade d’Iran que d’autres canaux de communication, il a discuté avec la partie iranienne pour réunir les éléments de l’application de l’entente conclue entre lui et l’Irak concernant la fermeture du camp d’Achraf et pour mettre fin à la présence de l’organisation sur le sol irakien cette année. Il a notamment été discuté du mécanisme et du rôle que l’Iran doit jouer dans le règlement de ce problème.»

Personne ne peut ignorer les machinations continue du régime des mollahs pour anéantir son opposition, particulièrement les Moudjahidine du peuple à Achraf, étant donné les 120 000 prisonniers politiques exécutés par cette dictature religieuse et le « crime contre l’humanité » lors du  « massacre » perpétré dans « les prisons ». Le régime iranien a été condamné à 58 reprises par l’Assemblée Générale et les autres organes de l’ONU pour ses graves violations des droits de l’homme.

La Résistance iranienne ainsi que les Moudjahidine du peuple à Achraf ont à plusieurs reprises condamné toute discussion avec la dictature religieuse iranienne et son intrusion dans le dossier d’Achraf et de l’OMPI. Ceci est illicite, illégitime et immoral, ainsi qu’une violation flagrante du Droit et des Conventions internationales, notamment la 4ième convention de Genève et du Droit relatif aux réfugiés. S’agissant d’une ligne rouge à ne pas franchir, passer outre équivaut à jouer avec la vie de milliers de personnes sans défense et leurs familles en Iran.

Par conséquent, exprimant ses plus vives protestations, la Résistance iranienne met en garde le gouvernement irakien et le Représentant spécial des Nations-Unies en Irak, et appelle le Secrétaire général des Nations Unies à interdire toute discussion et négociation avec la dictature iranienne de la part des organes et des responsables onusiennes concernant les membres de l’OMPI à Achraf et à Liberty.

Les Généraux et officiers américains en charge de la protection d’Achraf entre 2003 et 2009 ont attesté qu’il n’y a jamais eu d’obstacle, durant ces années, pour quiconque souhaitait retourner en Iran. Un bilan sur le nombre de ces personnes a été publié par le CICR et aucune interdiction n’a été rapportée.

C’est pourquoi le Représentant spécial des Nations-Unies en Irak, a lui-même écrit dans sa lettre adressée aux résidents d’Achraf le 28 décembre 2011 : « Ceux qui veulent retourner immédiatement en Iran, peuvent le faire par les canaux existants». Faire davantage et introduire le régime des mollahs dans la question d’Achraf n’a aucune justification, sinon que de satisfaire le fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 avril 2012          

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe