mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDes parlementaires US : L'inscription de l'opposition iranienne comme "terroriste" est injuste

Des parlementaires US : L’inscription de l’opposition iranienne comme « terroriste » est injuste

Par Tom Tancredo et Bob Filner*

The Washington Times – Depuis que le régime théocratique de l’ayatollah Khomeiny a pris le pouvoir en 1979 et sous les successeurs de Khomeiny, l’Iran a constamment pris le dessus sur les Etats-Unis et nos alliés par une combinaison astucieuse de manipulation diplomatique, d’exploitation de considérations commerciales, de soutien aux terroristes et kidnappeurs, d’utilisation d’agents en Irak, au Liban et ailleurs ; et, ces dernières années, en jouant la carte nucléaire.

Au début de l’année, nous avons été soulagés de voir les 15 marins et fusiliers marins britanniques rentrer chez eux indemne de leur captivité en Iran. Mais c’est choquant et irritant que l’Iran ait réussi à remporter une victoire de propagande sur l’occident par un acte arrogant de piraterie en haute mer et en violant ouvertement les règles des Conventions de Genève sur le traitement des prisonniers.

Ce mois-ci également, des commandants militaires américains ont annoncé que l’Iran fournit des armes tant aux Sunnites qu’aux milices chi’ites en Irak – mettant directement nos troupes en danger de mort ou de grave blessure, en prélevant un terrible tribut sur des milliers d’Irakiens des deux bords, chi’ites et sunnites.

Et juste ces derniers jours, dans un défi total lancé à la communauté internationale, les autorités iranienne ont confirmé que 3 000 centrifugeuses utilisées pour enrichir l’uranium étaient en place dans l’installation nucléaire illicite de Natanz et que le but était finalement d’installer 50.000 centrifugeuses.

Ces événements récents, en tête des efforts actuels de l’Iran pour propager son idéologie extrémiste jihadiste, nous ont amené à un point de crise vis-à-vis de la menace iranienne. Nous devons développer une meilleure stratégie pour protéger nos intérêts nationaux et la sécurité de nos amis et alliés dans la région.

En tant que parlementaires opposés des deux bords, nous travaillons depuis des années pour injecter de nouvelles idées à la politique américaine afin de traiter avec l’Iran. Il est clair que les Etats-Unis et la communauté internationale doivent faire un meilleur usage de tous les outils à notre disposition pour traiter les multiples menaces émanant de l’Iran.

Ces outils incluent une gamme de sanctions financières et économiques. La législation bipartite  actuelle au Congrès servant à renforcer des régimes de sanctions existants en empêchant de nouveaux investissements dans le secteur pétrolier et du gaz iranien et en exigeant le dessaisissement des investissements existants. Nous soutenons fortement les initiatives de nos collègues dans ces secteurs. Mais, pour être vraiment efficace, les sanctions doivent être multilatérales. Téhéran a pu compter sur la Chine et la Russie pour pousser à l’affaiblissement des mesures proposées par les Etats-Unis.

La ligne  officielle américaine quant à notre politique vis-à-vis de l’Iran, c’est que "toutes les options sont sur la table." Cependant il y a une option d’une importance vitale qui n’est pas "sur la table,", mais qui devrait l’être : autoriser l’opposition démocratique iranienne, en général et reconnaître en particulier un des mouvements d’opposition iranien le plus efficace et le mieux organisé, les Moudjahidine du peuple (OMPI).
     
Le gouvernement iranien est allé extrêmement loin, tant directement qu’indirectement, pour discréditer et affaiblir l’OMPI, en grande partie à travers des programmes de désinformation. Pourquoi le régime s’en prend-il de manière obsédante à un groupe d’opposition relativement petit, basé en grande partie dans la diaspora iranienne ? L’OMPI est une organisation modérée, démocratique, laïque qui s’est constamment opposée à la politique extrémiste du régime avec un message de réforme démocratique et liberté individuelle – un message que les mollahs au pouvoir en Iran ne veulent pas que leur population entende.
   
De plus, l’OMPI a été une source remarquablement fiable de renseignements sur le programme nucléaire clandestin de l’Iran et sur l’ingérence iranienne en Irak.

Mais, dans une contorsion bizarre de la politique américaine, l’OMPI a été cataloguée par le Département d’Etat comme une organisation terroriste étrangère, à l’origine placée sur la liste noire en 1997 comme une concession "aux modérés" de Téhéran dont on pensait à l’époque qu’ils étaient prépondérants – une des victoires stratégiques majeures du régime sur l’Amérique et l’occident durant ces trois décennies de négociations stériles.

Cataloguer l’OMPI de "terroristes" est à la fois injuste et manifestement contraire aux intérêts américains. Pour remédier à cette situation, il existe un soutien croissant bipartite au Congrès afin de recommander vivement à la Secrétaire d’Etat Condoleezza Rice de supprimer l’OMPI de la liste du terrorisme, en utilisant des procédures ordonnées dans la loi en 2004 pour désigner des organisations inscrites qui ne méritent plus un tel traitement.

L’OMPI a volontairement désarmé et renoncé à la violence. Malgré des informations imprécises disant le contraire, l’OMPI n’a jamais visé de citoyens ou des intérêts américains.
   
L’OMPI et le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), une coalition dont l’OMPI est  membre, ont une énorme portée à l’intérieur de l’Iran et la capacité d’aider à construire un mouvement populaire couronné de succès pour lancer une réforme démocratique.
   
De sa base en Irak, où 3 800 membres de l’OMPI vivent sous la protection directe des forces de la coalition, l’organisation a fourni des renseignements sur le soutien de l’Iran au terrorisme en Irak. Le général David Odierno, commandant du corps multinational en Irak, a qualifié l’OMPI comme "extrêmement coopérative" pour assurer la sécurité.

Un Iran engagé dans un programme belliciste et révolutionnaire continuera à menacer ses voisins et la sécurité mondiale. La stabilité à long terme au Moyen-Orient dépend d’un Iran stable, laïc, démocratique qui n’exporte pas de terrorisme, de bouleversements violents et d’idéologie radicale. Nous devrions diriger nos efforts pour stimuler un changement démocratique à l’intérieur de l’Iran en autorisant les mêmes organisations d’opposition qui partagent nos buts et nos valeurs.
     
* Le Représentant républicain Tom Tancredo, représente la 6ème circonscription du Colorado et le Représentant démocrate Bob Filner représente la 51e circonscription de la Californie.