jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafDes expatriés iraniens veulent la protection d'Achraf

Des expatriés iraniens veulent la protection d’Achraf

UPI, Bruxelles, 2 décembre – Environ un millier d’expatriés iraniens se sont rassemblés devant le siège du Parlement européen à Bruxelles mercredi pour exiger une protection internationale pour les opposants iraniens vivant au camp d’Achraf en Irak.
Les autorités irakiennes ont mis Achraf sous un siège de facto et privent les résidents de l’accès aux médecins et aux médicaments, a dit Javad Dabiran, porte-parole de l’opposition iranienne en exil en Europe, dans un entretien téléphonique avec United Press International. 

Ashraf abrite quelque 3 400 membres des Moudjahidine du peuple d’Iran, classé comme une organisation terroriste par l’Iran et les États-Unis pour leur lutte armée contre le régime des mollahs dans les années 1980 et 1990. Les membres de l’OMPI au camp d’Achraf se sont rendues aux forces américaines en 2003, et le groupe dit s’être abstenu de résistance armée.

Achraf et ses habitants ont longtemps été un sujet de friction entre Téhéran et Bagdad, avec des allégations d’actes répréhensibles des deux côtés.

Après que l’armée irakienne ait pris la protection du camp d’Achraf aux troupes américaines en 2009, des groupes d’aide internationale sont venus dire qu’ils étaient préoccupés par la détérioration de la situation humanitaire.

L’opposition iranienne affirme que le gouvernement chiite irakien a durci le ton sur le camp en raison des pressions politiques de Téhéran. Des affrontements entre les forces irakiennes et les résidents d’Achraf ont entraîné des blessés et des morts, et l’OMPI voudraient voir le retour des forces américaines pour protéger Achraf.

Mercredi, le Conseil national de la Résistance iranienne, une coalition d’opposition qui comprend l’OMPI, a dit dans un communiqué que le guide suprême iranien l’ayatollah Ali Khamenei a récemment exhorté le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki à expulser les membres de l’OMPI d’Achraf en Iran, où ils risquent la torture et la mort. En retour, Khamenei a promis à al-Maliki un soutien politique pour son mandat de premier ministre, affirme l’OMPI. L’Iran a nié à plusieurs reprises l’ingérence dans les affaires irakiennes.

La manifestation à Bruxelles a eu lieu moins d’une semaine après que les eurodéputés aient exhorté dans une résolution non contraignante l’UE à faire des pressions sur Washington pour retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes étrangères du Département d’Etat.

L’Union européenne a supprimé le groupe de sa liste terroriste l’an dernier, après la Grande-Bretagne en 2008. L’OMPI mène une campagne vigoureuse pour être retirée de la liste des États-Unis et a obtenu le soutien de plusieurs parlementaires américains.

Une cour d’appel américaine à Washington a ordonné cet été au Département d’Etat de réexaminer l’étiquette de terroriste de l’OMPI, affirmant que Washington devait donner au groupe une chance de réfuter les allégations comme quoi il continue ou se réserve l’intention de s’engager dans des activités terroristes.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe