mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafDes exilés iraniens disent avoir gagné la sécurité pour les internés d'un...

Des exilés iraniens disent avoir gagné la sécurité pour les internés d’un camp en Irak

AchrafPar Robert Evans

Reuters, Genève, 29 décembre – Les dirigeants de l’opposition iranienne ont déclaré victoire dans leur campagne visant à assurer la protection américaine de 3500 compatriotes exilés dans un camp au nord de Bagdad que le gouvernement irakien veut fermer.

Parlant alors que prenait fin une manifestation de cinq mois à Genève en soutien à la Cité d’Achraf, ils ont dit qu’un communiqué de l’ambassade des États-Unis à Bagdad signifiait que les gens pourraient y rester en sécurité.

« C’est une véritable victoire », a déclaré à la presse Mohammad Mohaddesin, président de la commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) situé à Paris, devant le siège européen des Nations Unies.

« Cela signifie que les États-Unis ont reconnu leur responsabilité pour assurer la sécurité des nôtres à Achraf », a déclaré Ali Safavi, un autre responsable du CNRI, l’aile politique des Moudjahidin du peuple, ou OMPI.

« Nous pouvons désormais mettre fin à notre sit-in. Nous avons obtenu ce que nous voulions. »

Le communiqué de l’ambassade à Bagdad dit que les forces américaines maintiendront une présence à Achraf, qui a abrité des Iraniens en exil pendant vingt ans, une fois que l’Irak assumera la responsabilité du camp le 1er janvier.

Le 21 décembre, le gouvernement irakien dirigé par des chi’ites a déclaré aux résidents du camp qu’il prévoyait de fermer Achraf et qu’ils devaient quitter le pays. Les exilés craignent d’être renvoyés de force en Iran, où ils disent qu’ils devront affronter la mort.

L’OMPI a été cataloguée comme un groupe terroriste aux États-Unis et en Europe depuis la fin des années 1990. Le gouvernement irakien, qui entretient des liens d’amitiés avec l’Iran chiite, considère lui-même l’OMPI comme un groupement terroriste.

Mais un avocat suisse du CNRI a dit que la décision américaine de rester au camp et qu’une décision du tribunal de l’Union européenne au début du mois de décembre contre une mesure de Bruxelles gelant les avoirs de l’OMPI, indiquent que le front de l’occident contre le groupe est en décomposition.

« Il est possible de voir un mouvement plus fort dans les prochains jours », a déclaré l’avocat Marc Henzelin. L’administration américaine sortante de George W. Bush pourrait décider de supprimer l’OMPI de sa liste noire du terrorisme avant le transfert du pouvoir, a-t-il ajouté.

Le communiqué américain a déclaré que les forces des Etats-Unis, qui ont protégé le camp depuis que les combattants de l’OMPI qui s’y trouvent ont remis leurs armes en 2003, aideront l’Irak « dans l’exercice de ses garanties d’un traitement humain des résidents de Camp Achraf. »

Les États-Unis, de concert avec les Irakiens, travailleront avec les organismes internationaux « afin d’aider les résidents du camp à s’assurer un avenir sûr », ajoute-t-il.