jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDes élus solidaires de la Résistance iranienne, face à l'extrémisme sous couvert...

Des élus solidaires de la Résistance iranienne, face à l’extrémisme sous couvert de l’Islam

Des élus solidaires de la Résistance iranienne, face à l'extrémisme sous couvert de l'Islam

Fréquenter les factions du régime iranien qui se cachent sous le masque de modération, ne fait qu’apporter de l’oxygène à la machine de répression et du terrorisme

« Solidarité entre les élus et la Résistance iranienne face à l’extrémisme sous le couvert de l’islam », était le thème d’une réunion, dimanche 24 janvier, au siège Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Auvers-sur-Oise.

Elle s’est tenue en présence de Maryam Radjavi, la présidente élue du CNRI, et de plusieurs personnalités et élus français.

Dans son intervention, Maryam Radjavi a déclaré : « Dans quelques jours, Rohani, président de la dictature religieuse sera à Paris. Il y a deux ans et demi, au début de son mandat, il disait vouloir apporter la modération. Et il arrive aujourd’hui en Europe avec un terrible bilan : 2000 exécutions, la répression des minorités religieuses, les pendaisons des prisonniers politiques, les bombardements de Liberty, le développement de la pauvreté, du chômage et la récession en Iran, encore plus d’ingérence en Syrie et en Irak, la guerre au Yémen, le terrorisme au Koweït et au Bahreïn et des tirs d’essais de nouveaux missiles. »

Elle a souligné : « Avec son voyage en Europe, Rohani veut couvrir la faiblesse et l’isolation du régime. Il essaie de cacher sous son masque de modéré, les exécutions en Iran et les massacres en Syrie. Le peuple iranien demande à la France de ne pas croire dans ses tromperies. La place de la France est aux côtés du peuple iranien. Faire ce choix, c’est défendre les valeurs humaines et défendre les valeurs de la République mais c’est aussi une politique correcte. »

Elle a ajouté : « Pour soutenir les mollahs, certains disent que Rohani n’est pas impliqué dans la politique (du régime). Mais ce n’est pas ce que dit Rohani. Il soutient les exécutions, il soutient la dictature de Bachar Assad, il fait des efforts pour développer les missiles des gardiens de la révolution et il a toujours pris la défense de la théocratie. »

D’autres personnalités ont pris la parole pour exprimer leur solidarité avec le combat du peuple iranien pour la liberté et les droits de l’homme, notamment Rama Yade, ancienne secrétaire d’État aux affaires étrangères et aux droits de l’Homme, Dominique Lefebvre, député du Val-d’Oise, le Préfet honoraire Yves Bonnet, Jean-Paul Jeandon, maire de Cergy, Bruno Macé, maire de Villiers Adam, Claude Krieguer, maire d’Asnières sur Oise, Khelid El Fara (de Bezon), Jean-Pierre Bequet ancien maire d’Auvers-sur-Oise, Jacques Feyte ancien maire de Neuville sur Oise, Gilbert Marsac ancien maire de Joy le Moutier, Bernard Lorin ancien maire de Longuesse, Sylvie Fassier, maire du Pin, Armand Jacquemin maire de Moussy Le Vieux, Hervé Touguet maire de Villeparisis, et Souad Ancelot représentaient la Seine et Marne, Dominique Bailly maire de Vaujours, Mohammed Cherfaoui (d’Epiney-sur-Seine), Boualem Benkhalouf (d’Aubervilliers), représentaient la Seine Saint-Denis et Jacky Duminy maire d’Ors.

Dans une autre partie de son intervention, Mme Radjavi a déclaré au sujet de l’entré en vigueur la semaine dernière de l’accord sur le nucléaire iranien : « C’est une expérience très importante, parce qu’elle montre que le régime peut céder sous la pression. » Elle a ajouté : « Maintenant il faut mettre les mollahs sous la pression des violations des droits de l’homme. Il faut les forcer à stopper les exécutions. Il faut les forcer à libérer les prisonniers politiques. Il faut les forcer à stopper les bombardements de Liberty et le massacre du peuple en Syrie. »

Exprimant son indignation au sujet du terrible massacre du 13 novembre en France, elle a estimé que l’essor de Daech démontre que la volonté hégémonique des mollahs sur la région a eu des conséquences tragiques. « Quand les mollahs ont réprimé les peuples syrien et irakien avec l’aide des régimes alliés dans ces pays, Daech a trouvé l’occasion de se développer. »

« Le Coran dit qu’il n’y a pas de contrainte en religion. C’est pourquoi nous rejetons fermement la charia des mollahs. Elle est contraire aux enseignements de l’islam. Nous rejetons la tyrannie qu’elle soit au nom du guide suprême à Téhéran ou au nom du califat de Daech. L’islam authentique défend la liberté, l’égalité des femmes et des hommes et la souveraineté populaire. Oui, l’islam appelle à la tolérance. »

Lors de cette rencontre, des musiciens membres du Conseil national de la Résistance iranienne, Mohammad Chams, chef d’orchestre et compositeur, et, Hamidreza Taherzadeh, maitre du Tar, ont réalisé des performances musicales.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 24 janvier 2016

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe