dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDes députés britanniques appellent l'ONU à sanctionner l’Iran

Des députés britanniques appellent l’ONU à sanctionner l’Iran

 après la mort sous la torture d’un prisonnier politique iranien

Right Side News, 6 novembre – Le Comité parlementaire britannique pour la liberté Iran : Des députés et pairs britannique ont fermement condamné jeudi la mort sous la torture d'un prisonnier politique appartenant au principal groupe de l’opposition démocratique iranienne, l’organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran.

 

après la mort sous la torture d’un prisonnier politique iranien

Lord Corbett, debout, entouré de parlementaires britanniques et de personnalités

Right Side News, 6 novembre – Le Comité parlementaire britannique pour la liberté Iran : Des députés et pairs britannique ont fermement condamné jeudi la mort sous la torture d'un prisonnier politique appartenant au principal groupe de l’opposition démocratique iranienne, l’organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran.

Lors d'une conférence au Parlement, les parlementaires ont exhorté le gouvernement britannique à agir pour imposer des sanctions à l'Iran pour ses violations flagrantes des droits humains. Les élus ont mis l'accent sur le cas de M. Abdolreza Rajabi, un membre de l’OMPI qui a passé sept ans dans des prisons iraniennes notoires pour finir par mourir sous la torture le 30 octobre.

Lord Corbett of Castle Vale, Président du comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran, a qualifié les violations des droits humains en Iran d’ "épouvantables". « Le régime iranien, a-t-il dit, a été condamné par les Nations Unies au moins 54 fois pour ses violations persistantes et aggravées des droits de l'homme. »
 
«Le régime prétend parler et agir au nom de l'Islam», a déclaré Lord Corbett à la réunion. « En fait, il salit cette religion. » 

L’ancien avocat général du Royaume-Uni, Lord Archer of Sandwell, a déclaré : «Abdolreza Rajabi a été torturé à mort par ceux dont le devoir est de protéger la loi. Sa mort a été ordonnée par les mollahs ».

«Les mollahs ne discutent pas avec ceux qui sont en désaccord avec eux, ils leur imposent le silence. Ils ne justifient pas leur position, parce qu'ils ne peuvent pas la justifier », a déclaré Lord Archer. « Les actes de torture commis par les mollahs sont un crime contre l'humanité. »

Pour la baronne Gibson of Market Rasen, en torturant, les mollahs commettent des « crimes odieux contre les individus ainsi que la famille et les sympathisants de ces individus ».

Le député gallois Mark Williams a déclaré : «Je ne suis pas avocat, mais j'ai une réaction viscérale à la question des droits de l'homme. Plus de 120.000 personnes ont été exécutées en Iran pour leur soutien à l’OMPI ».

« Au moment où nous parlons, il y a 500 condamnés à mort dans la prison à Machad (nord-est de l'Iran) », a dit M. Williams.

Les enfants de M. Rajabi, deux fils et une fille, ont joint la réunion par téléphone satellite dpuis la Cité  d’Achraf, la principale base de l’OMPI dans la province irakienne de Diyala.

Sa fille, Faezeh Rajabi, a déclaré : «Pendant sept ans, mon père a résisté au régime iranien dans ses prisons. Au cours de ces années, j'ai toujours attendu son retour. Je me suis toujours dit que lorsque je le reverrai, je le serrerai très fort dans mes bras et je lui dirai tout sur moi, jusqu'à la semaine dernière, quand j’ai appris sa mort.

«Quand nous allions rendre visite à mon père en prison, j'étais très petite. Mais je me souviens qu’à chaque fois, il était souriant et très expressif. Bien que j’aie découvert plus tard qu'il avait été horriblement torturé, dans ces moments-là, il ne le montrait jamais et il n’aurait jamais permis qu’on comprenne qu’il souffrait autant.

« Quand j’ai grandi, mon père nous disait à chaque visite, « Allez à Achraf – vous y appartenez ». Il disait qu’Achraf est l'espoir du peuple iranien. À ce moment-là, je ne savais pas quel genre d’endroit c’était Achraf. Tout ce que je voulais c’était d'être auprès de lui, de le serrer contre moi et de l’embrasser au cours des visites que nous avions de temps à autre pour lui dire combien il me manquait. 

« Quand je suis arrivée à Achraf pour une visite et qu’ensuite j’ai décidé d’y rester, j'ai finalement compris ce qu'il disait sur Ashraf, et pourquoi il disait que c’est l'espoir de notre peuple », a dit Faezeh.

Lord Clarke of Hampstead a dit : «Je réaffirme ma résolution d’élever la voix en soutien à l’OMPI à chaque occasion.»

Les parlementaires ont également dénoncé les plans provisoires des Etats-Unis de remettre la sécurité de la base de l’OMPI, la Cité d’Achraf, aux forces irakiennes. L’Iran pousse les autorités irakiennes à prendre la protection d’Achraf aux forces américaines. Les mollahs savent que si les forces américaines se tiennent à l'écart, ils pourront intensifier les attaques contre l’OMPI, ont dit les parlementaires.

Lord Slynn of Hadley, ancien juge à la Cour européenne de justice et Law Lord du Royaume-Uni, a déclaré : «Les gens à Achraf sont des personnes formidables qui ont manifestement besoin de protection. »

« Personne ne doute que si, contrairement au droit international, les résidents d’Achraf étaient renvoyés en Iran, ou vers une autorité qui pourrait chercher à le faire, il encourraient le risque grave d’être torturés à mort ».

« Il est essentiel que les résidents d'Achraf continuent en vertu du droit international d’être protégés par les forces américaines (…) Le gouvernement irakien, sous la pression de Téhéran, ne sera pas en mesure de protéger les habitants d'Achraf. »

La Baronne de Camden Turner a déclaré : « Les membres de l’OMPI à Achraf doivent continuer à être protégés par le droit international ».

« Quiconque fait preuve de complicité dans le renvoi des résidents d'Achraf aux autorités en Iran serait complice de leur torture», a déclaré Lord Archer. 

« Le gouvernement veut satisfaire le régime iranien, mais la complaisance ne nous mènera jamais à rien avec ce régime », a dit la baronne Gibson.

Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran
Le 6 novembre 2008

Note aux rédacteurs :

Les parlementaires suivants ont pris part à la réunion :
Lord Slynn of Hadley – ancien juge à la Cour européenne de justice et Law Lord du Royaume-Uni
Lord Archer of Sandwell, QC – ancien avocat général du Royaume-Uni
Lord Corbett of Castle Vale – Président du Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran
M. Roger Williams, député (libéral-démocrate)
M. Mark Williams, député (libéral démocrate)
La baronne Turner of Camden (travailliste)
Lord Clarke of Hampstead (travailliste)
Lord Wedderburn of Charlton, QC – (travailliste)
La baronne Gibson of Market Rasen (travailliste)

Sous la pression de l'Iran, le gouvernement irakien a publié une directive le 17 juin 2008 exigeant que les forces américaines transfèrent la protection de la Cité d’Achraf et que les membres de l’OMPI, reconnus «personnes protégées» en vertu de la 4e Convention de Genève, soient expulsés d'Irak.

Cet appel viole le principe de non-refoulement et du droit humanitaire international.

Le droit international interdit le transfert des «personnes protégées» à une autorité cherchant à violer

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe