mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceDans la lutte contre l’intégrisme, ne perdons pas de temps pour...

Dans la lutte contre l’intégrisme, ne perdons pas de temps pour préserver la paix mondiale– Radjavi

Maryam RadjaviCNRI, 2 novembre – Dans un discours devant des parlementaires britanniques lors d’une conférence sur l’intégrisme, menace sérieuse pour la paix mondiale, qui s’est tenue le 27 octobre, Mme Maryam Radjavi, présidente de la République élue du Conseil national de la Résistance iranienne a souligné que « le monde dispose de peu de temps. Un changement en Iran est nécessaire. Il faut en premier lieu retirer les Moudjahidine du peuple de la liste des organisations terroristes afin de permettre au peuple iranien de réaliser ce changement».

Le texte intégral de son discours est le suivant :
Je voudrais commencer par remercier les membres éminents du Parlement pour leur soutien à la Résistance iranienne dans sa lutte pour la liberté et la démocratie en Iran. Aujourd’hui, vous discutez d’un problème qui est la préoccupation de la Résistance iranienne depuis les 25 dernières années.

L’intégrisme et le terrorisme islamiques sont les principales menaces pour la paix et la sécurité dans le monde. Cela soulève une question fondamentale pour la communauté internationale : Quelle est la solution à cette menace ? Que peut-on faire pour empêcher une autre catastrophe telle que les attentats du 7 juillet qui ont secoué Londres ? La vague de violence terroriste de l’Irak à New York et de Madrid à Londres, est-elle inévitable ? Sinon, pourquoi sommes nous confrontés à la situation présente?

Les intégristes islamistes gouvernent mon pays depuis 26 ans maintenant. Mais je voudrais dire aujourd’hui que les intégristes, et particulièrement les mollahs au pouvoir en Iran, n’ont rien à voir avec l’islam et ses vrais enseignements. L’islam prône la compassion et l’affranchissement. Les mollahs sont les premiers ennemis de l’Islam. Ce que nous vivons aujourd’hui n’est pas une guerre de religions. Ce n’est pas non plus un affrontement entre civilisations. Il s’agit d’une idéologie arriérée et belliqueuse qui s’oppose à la liberté et aux valeurs humaines, et abuse de l’islam à des fins politiques.  

La catastrophe du 7 juillet à Londres n’était pas un événement isolé. C’était le résultat de la progression de l’intégrisme islamiste. C’était un événement semblable à la tragédie du 11 septembre, ainsi qu’aux attentats de Bali, Madrid, Buenos Aires et Beyrouth. L’intégrisme islamiste en tant que moteur du terrorisme n’est pas né le 11 septembre 2001, mais en 1979 lorsque les mollahs ont pris le pouvoir en Iran.

Il y a douze ans, la Résistance iranienne déclarait qu’après l’effondrement de Union Soviétique, l’intégrisme islamique deviendrait la nouvelle menace mondiale. Cette déclaration était basée sur une connaissance approfondie de la nature de ce phénomène, de la situation dans la région et du rôle de l’Iran sous les mollahs en tant qu’épicentre de l’intégrisme islamiste.

Malheureusement, l’Occident n’a pas perçu le danger que représentait l’intégrisme islamiste. Il a ignoré cette réalité et a suivi une politique de complaisance, qui a conduit à des restrictions pour la Résistance iranienne en réponse aux exigences du régime iranien. Cette politique a mené à la propagation de l’intégrisme islamique.

Sans pouvoir central, l’intégrisme islamique ne pourrait pas se développer. Le régime iranien est le moteur de ce phénomène qui sévit dans le monde entier.

La semaine dernière, Khamenei a défié la communauté internationale. Il a dit : « Un être humain, un parti ou un groupe ne peut faire face aux difficultés du monde d’aujourd’hui. La seule entité pouvant faire face à cet horrible ordre mondial est une entité internationale commune avec en son cœur la République islamique d’Iran… Nous avons des attaches stratégiques dans les autres nations musulmanes. Nous sommes capables de défier le pouvoir économique centralisé que les entités malveillantes se sont créées. Nous devons les affronter. »

Le Premier ministre Tony Blair a déclaré ces dernières semaines que les bombes qui ont servi à tuer des soldats britanniques dans le sud de l’Irak provenaient d’Iran. Un responsable britannique a dit : « Les intentions de l’Iran ne semblent pas aussi nettes. Si l’Iran veut étouffer la coalition en Irak, alors ça correspond à la présence de groupes opposants envoyés par l’Iran ». Il a dit qu’il y avait lieu de penser que l’aide de l’Iran n’était pas limitée aux chi’ites.

Ce n’est que la partie visible de l’iceberg. La présence et l’influence du régime en Irak vont beaucoup plus loin. La progression des mollahs en Irak et le fait qu’ils possèdent la bombe nucléaire va certainement changer l’équilibre du pouvoir et la géopolitique dans la région. Cela engendrera une crise internationale majeure. En consolidant son régime, en intensifiant la répression dans son pays et en réaffirmant son soutien au terrorisme, Khamenei a montré qu’il était résolu à une épreuve de force avec l’Occident. La réponse de l’Europe, y compris celle de la Grande-Bretagne, n’est pas suffisante. La presse britannique remet en question avec justesse la politique vis-à-vis de l’Iran ces dernières années.

Au nom de la Résistance iranienne qui lutte contre le régime intégriste de l’Iran depuis plus de deux décennies, je le dis devant vous, représentants élus du peuple britannique, que tout retard dans l’action contre les intégristes au pouvoir en Iran aura des conséquences sérieuses pour la paix mondiale. Il y aura certainement davantage de victimes. Le dossier nucléaire des mollahs doit être porté au plus vite devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Leur intervention en Irak doit être stoppée. Et le monde doit condamner les mollahs pour la répression à l’intérieur de l’Iran, en particulier pour le nombre croissant d’exécutions.

Une politique ferme envers l’Iran, associée à un changement démocratique pour le pays, constitue la solution définitive à l’intégrisme islamique. Malheureusement, la politique d’apaisement et le fait que l’organisation principale de l’opposition soit sur la liste noire représentent l’obstacle principal à ce changement démocratique en Iran. Les conséquences négatives de l’étiquette de terroriste associée au Moudjahidine vont au-delà du fait d’imposer des restrictions sur une organisation et sur ses membres. C’est un message envoyé au peuple iranien selon lequel la communauté internationale s’oppose au changement en Iran et accepte le régime. Tous les Iraniens, exceptés les partisans du régime de Téhéran, partagent l’avis selon lequel l’étiquette de terroristes des Moudjahidine doit être retirée.

Cette étiquette a privé la communauté internationale de l’opportunité d’avoir à ses côtés une force anti-intégriste, une force qui a lancé un défi culturel et politique à l’intégrisme islamique. De plus, la vision démocratique et tolérante de l’islam qu’ont les Moudjahidine et qui est au cœur de la Résistance iranienne, constitue l’antidote à l’intégrisme islamique.  

Le monde dispose de peu de temps. Un changement en Iran est nécessaire. Retirer les Moudjahiddins du peuple de la liste des organisations terroristes est la première étape pour donner le pouvoir au peuple de réaliser ce changement.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe