samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceConférence de Berlin sur la Résistance iranienne - 19 mars 2011

Conférence de Berlin sur la Résistance iranienne – 19 mars 2011

CNRI – Voici des extraits d’interventions de personnalités américaines de premier plan réunies à Berlin, le 19 mars, autour de Maryam Radjavi et de personnalités allemandes venues soutenir la résistance iranienne et le camp d’Achraf.

Gouverneur Howard Dean
Ancien président du parti démocrate américain
La présidente [Radjavi] a dit qu’elle croyait dans un Iran qui met l’accent sur les droits de l’homme, en particulier des droits humains des femmes, en particulier des droits humains des adeptes de toutes les confessions religieuses. Madame Radjavi ne me semble pas être une terroriste. Elle me semble être une présidente, et son organisation ne devrait pas être considérée comme une organisation terroriste. Nous devrions la reconnaître comme la présidente de l’Iran.

La première chose dont nous avons besoin est de faire en sorte que 3.400 civils innocents soient protégés à Achraf. Nous devons à ces 3.400 civils de nous assurer qu’ils seront protégés lorsque nous retirerons nos troupes à la fin de cette année.

Pour ce faire, nous devons retirer l’OMPI de la liste. L’OMPI est une organisation qui durant la dernière décennie a défendu les droits de l’homme et s’est opposée à la violence. Ce discours extraordinaire que Madame le Président vient de donner sera, nous l’espérons, la base d’un nouveau gouvernement en Iran. Et les États-Unis ont une obligation particulière ici parce que nous quittons l’Irak, et nous ne voulons pas du sang de 3.400 civils innocents sur les mains. Et ce serait notre responsabilité si quelque chose arrivait à la population du camp d’Achraf.

Je suis ici aujourd’hui pour défendre la population d’Achraf, parce que je ne veux pas d’une catastrophe humanitaire lorsque nous retirerons nos troupes. Et nous pouvons faire quelque chose à ce propos.

Les trois choses que nous devons faire sont les suivantes:

1) Nous devons demander au Département d’Etat de faire ce que toutes les autres nations sur Terre ont fait à l’exception du Canada, de l’Australie et du gouvernement iranien lui-même, c’est-à-dire de radier l’OMPI de la liste noire et de la reconnaître comme force d’opposition légitime et la démocratique en Iran.

2) Nous ne devons pas permettre au gouvernement irakien, dont nous sommes responsables, d’opprimer les autres, y compris les 3.400 personnes à Achraf. Nous devons assumer la pleine responsabilité de la protection de la population du camp d’Achraf comme une responsabilité des États-Unis.

3) Nous devons reconnaître un gouvernement démocratique provisoire que nous avons. Nous ne reconnaissons aucun gouvernement en Iran à l’heure actuelle, pour une bonne raison. Je propose que nous reconnaissions le gouvernement en Iran dont vient juste de parler la  Présidente.

Louis Freeh
Directeur du FBI (1993-2001)

L’OMPI a besoin d’être radiée de la liste immédiatement. Les héros du camp d’Achraf doivent être protégés par les Nations Unies et les États-Unis, comme promis. Cela doit se faire. Et troisièmement, les voix, les sacrifices, les patriotes et les combattants de la liberté en Iran, dont beaucoup sont dans cette salle avec nous ce soir, doivent être protégés et soutenus par les États-Unis d’Amérique.

Lorsque j’ai été invité pour la première fois à examiner la situation concernant l’OMPI, quand on m’a demandé de parler et d’élever la voix pas seulement au nom de la présidente Radjavi mais de tous les autres héros qui ont travaillé sur cette question, j’ai fait ce que de nombreuses années de formation m’ont appris à faire, je suis retourné parler avec mes anciens collègues, et je leur ai posé une question simple : «Il y a-t-il une raison pour laquelle je ne devrais pas parler au nom de l’OMPI ? » Et on ne m’a donné aucune raison.

Personne ne se bat pour maintenir cette organisation sur la liste des organisations terroristes étrangères, mis à part notre secrétaire d’État par le biais de son ministère et la République islamique d’Iran.

Le tribunal de Washington a examiné cette question très attentivement. Il ne semble pas avoir d’éléments probants crédibles qui proviennent d’une source fiable justifiant le maintien de cette organisation sur cette liste. Nous sommes donc très fiers de notre secrétaire d’État. Nous sommes très heureux qu’elle ait pris le temps de rencontrer le mouvement de la résistance libyenne il y a juste quelques jours. Nous voudrions qu’elle retire de la liste cette organisation et rencontre Mme Radjavi aux États-Unis d’Amérique. Et quand vous viendrez, Madame, je serais honoré de vous faire faire un tour du FBI.

Lorsque j’ai examiné les faits, ce n’est pas une coïncidence si je n’ai jamais trouvé quelqu’un chargé du suivi de cette organisation à des fins de terrorisme étranger ; la seule organisation de cette liste n’ayant jamais été sérieusement considérée comme une organisation responsable de quoi que ce soit à l’exception du combat pour la liberté et l’état de droit dont vient de parler Madame la Présidente.  

Mitchell Reiss
Ancien directeur des affaires politiques, du département d’Etat

L’administration Obama a été peu disposée à soutenir l’opposition iranienne de peur d’irriter le régime et de faire couler les négociations nucléaires. Le régime iranien a encouragé cette opinion, mettant en garde les diplomates de ne pas s’immiscer dans la politique intérieure iranienne » ou autre.

Les événements récents au Moyen-Orient ont montré combien nous sommes faibles pour prédire des soulèvements particuliers, ce qui signifie que la fin du régime de Téhéran pourrait être plus proche que nous le pensons.

Mais comme je l’ai déjà dit, il ne suffit pas d’espérer que ce jour viendra, nous devons travailler pour hâter sa venue. Ainsi, ce que peuvent faire les États-Unis :

Premièrement, l’administration Obama devrait continuer à resserrer l’étau économique autour du régime et mobiliser d’autres gouvernements en particulier en Europe à faire de même. La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a déclaré que les sanctions ont un impact sur le comportement économique de l’Iran.

Deuxièmement, les États-Unis doivent séparer leur critique des autorités iraniennes du peuple iranien. S’efforcer de dénoncer la corruption au plus haut niveau du régime iranien serait un bon départ.

Troisièmement, l’administration Obama a besoin de donner son plein soutien à l’opposition iranienne.

Cela signifie augmenter le financement des défenseurs des droits de l’homme et de la démocratie, de promouvoir le libre accès à internet et le flux d’informations venant de l’extérieur de l’Iran en Iran, en particulier les nouvelles technologies comme Tweeter et Facebook. Nous avons tous vu l’impact de transformation que ces technologies peuvent avoir quand elles sont combinées avec les forces de la liberté.
 
Enfin, les États-Unis ont besoin de radier l’OMPI immédiatement, il y a peu de temps à perdre, nous savons tous que les gens du camp d’Achraf sont harcelés et intimidés acoustiquement de manière quotidienne. C’est maintenant qu’il faut aider ceux qui souffrent au camp d’Achraf et c’est maintenant qu’il faut retirer l’OMPI de la liste.

Le juge Michael Mukasey
Ancien ministre de la justice
 
Il n’y a tout simplement aucun fondement juridique ou factuel de poursuivre l’OMPI sur la liste du Département d’Etat américain des organisations terroristes étrangères. Il y a de nombreuses raisons, comme la coopération étroite avec les États-Unis et d’autres pays libres pour révéler le programme nucléaire iranien, pour supprimer OMPI de cette liste.

La Secrétaire d’État, Hillary Clinton, a exprimé son soutien aux milliers de manifestants dans la capitale iranienne et a déclaré que l’administration Obama soutient l’aspiration des gens qui sont dans la rue. Elle a également appelé l’attention sur l’hypocrisie du régime iranien, qui salue les soulèvements en Egypte et en Tunisie, alors qu’il réprime son opposition dans le pays.

Mais il est temps pour nous de surmonter notre propre hypocrisie dans les auditions de notre politique concernant l’OMPI et il est entre dans les pouvoirs de Mme Clinton de le faire. Une Cour d’appel du District de Columbia lui a dit de revenir sur la classification de l’OMPI.

Sur l’histoire de cette désignation, il est clair qu’elle a été faite, d’abord, dans une tentative d’ouvrir un dialogue avec les mollahs et que cet effort est un échec total. Il ressort également de cette histoire que l’OMPI a été maintenue sur la liste dans la crainte que l’Iran, si elle était radiée, ne fournisse des bombes IED et d’autres engins meurtriers aux insurgés qui se battent et tuent des soldats américains. Et bien sûr, l’Iran l’a fait alors que l’OMPI est restée sur la liste. Le temps est venu mettre fin à cette triste histoire.

Le fait de supprimer cette classification et la résolution sur la Libye fourniraient une base puissante pour obtenir la protection internationale d’Achraf. Le programme de l’OMPI pour l’Iran prône un gouvernement laïc, fondé sur des principes démocratiques, un gouvernement qui respecte les droits et la dignité des femmes et qui est exempt d’armes nucléaires. Les États-Unis n’ont aucun intérêt à maintenir une organisation qui défend ces principes sur une liste d’organisations classées terroristes. Cela doit prendre fin immédiatement.

Patrick Kennedy
Fils de feu le sénateur Edward Kennedy et membre du Congrès jusqu’en 2011

Maryam Radjavi, Je vous remercie pour votre leadership à notre époque. Mon oncle il y a 50 ans est venu à Berlin prononcer les mots: « Ich bin ein Berliner». – Aujourd’hui, je reviens dans un Berlin libre et uni, vers le Conseil national de la Résistance iranienne pour répéter ses paroles immortelles avec juste un petit changement : «Je suis un Iranien – Je suis un citoyen d’Achraf ».
 
Ma réponse à l’appel à l’action de la présidente, lorsque Maryam Radjavi a dit que nous devrions prendre des sanctions contre l’Iran, je pense que nous le devrions et ma réponse est: « Oui ». Quand elle dit que nous devrions avoir un tribunal pour crimes de guerre pour les responsables de la prison d’Evine – la fameuse salle de torture en Iran qui a vu la mort et la torture de trop nombreuses personnes qui se sont battus pour voir un nouvel Iran – je dis: « Oui au tribunal pour crimes de guerre que demandez. « 

Lorsque vous pointez la très réelle déconnexion entre nous qui luttons contre le terrorisme, contre Ahmadinejad, mais qui qualifions également l’OMPI, qui est opposée à Ahmadinejad, un groupe terroriste, je dis: « Oui, nous allons radier l’OMPI de la liste comme organisation terroriste, ce qui ne sert que le régime actuel. »

Le général Peter Pace
Chef d’état-major des Armées (2005-2007)

Ce que je sais, ce que j’ai lu et ce que j’ai été capable de discerner, tout cela me dit que l’OMPI ne mérite pas d’être qualifiée d’organisation terroriste.

Pourquoi mon pays n’a pas retiré l’OMPI de la liste terroriste. Pourquoi est-elle dessus ? Si je sais tout ce qu’il y a à savoir, alors retirez-les de la liste. S’il y a autre chose qui ne soit pas public, rendez-le public qu’on puisse voir de quoi il s’agit, le comprendre et l’examiner, et répondre aux questions pour satisfaire les gens. Mais il ya une autre partie de l’OMPI qui est important pour nous, dans cette salle, de comprendre, parce que, à nouveau,  cela concerne les obstacles.

Après avoir parlé à Washington DC, j’ai reçu beaucoup de courrier et e-mails très favorables. J’ai aussi reçu beaucoup de courriels défavorables de personnes qui prétendent comme vous être des patriotes iraniens. Un certain nombre de personnes croient que le leadership du MEK serait préjudiciable à l’intérieur de l’Iran, qu’à l’heure actuelle une certaine partie de l’Iran se souvient de la collaboration de l’OMPI avec Saddam Hussein dans la guerre Iran-Irak. C’est un obstacle à surmonter. Et il ne peut être surmonté que par un dialogue ouvert entre les Iraniens de bonne foi qui sont tout comme vous sincères et veulent la liberté en Iran.

Je suis ici avec vous parce que je crois à vos couleurs. Certes, le fait que le régime actuel en Iran soit obsédé par l’OMPI est un énorme point en faveur de l’OMPI. Et si ce régime est contre l’OMPI cela signifie que l’OMPI est ce que la présidente élue dit qu’elle représente.

Ceux du camp d’Achraf méritent d’être protégés. Nous, aux États-Unis nous leur avons fait une promesse quand ils ont volontairement déposé les armes et se sont rendu dans le camp où ils seraient protégés. Je ne comprends pas ce qu’aujourd’hui 240 haut-parleurs font sous la forme de protection. Quelle est la raison positive de ces haut-parleurs? Je n’en trouve pas une. Les personnes dans ce camp méritent d’être protégées.

Le général Hugh Shelton
Chef d’état-major des armées (1997-2001)

Je trouve assez scandaleux que dans le changement qui a lieu en Libye d’aujourd’hui, la communauté internationale se mette à y soutenir le mouvement de résistance sans vraiment comprendre pleinement ce qui est derrière et qu’elle n’a pas encore adhéré à l’OMPI qui a un programme laïc qui vient d’être présenté par Madame la Présidente. Je trouve franchement paradoxale la manière dont cela fonctionne.
 
La plus grande résistance organisée à l’actuel régime iranien a été déclarée organisation terroriste étrangère par les États-Unis ce qui, à mon avis, c’est une erreur qui doit être rectifiée aujourd’hui, pas demain mais aujourd’hui.

En mettant l’OMPI sur la liste des organisations terroristes étrangères, nous aux États-Unis avons affaibli le soutien du mouvement de résistance interne le mieux organisé pour lutter contre un régime terroriste anti-démocratique et anti-occidental dans la région. L’OMPI a pu diriger un mouvement de résistance bien financé, qui ne dépend pas de la communauté internationale, et l’OMPI est le seul groupe organisé qui a un programme laïc appelant à un système laïc en Iran. Je dirais que nous devrions adopter les idéaux, les objectifs et les buts présentés par Madame la Présidente, et nous devons le faire aujourd’hui.

Cela m’amène au camp d’Achraf. Nous devons à la population du camp d’Achraf la protection qui est garantie par le principe international, de protéger la population. Les États-Unis lui ont promis de la protéger et maintenant nous nous regardons les Irakiens augmenter à 240le nombre de haut-parleurs hurlant des obscénités aux femmes et aux enfants.

Le régime iranien actuel n’a pas besoin d’être apaisé, il n’a pas besoin d’être changé, il n’a besoin de rien, sauf d’être remplacé. Et il doit être remplacé par un mouvement de résistance dirigé par l’OMPI, par un mouvement qui a un programme sur les droits de l’homme, par un mouvement qui a un programme sur la démocratie.

L’OMPI n’est pas une organisation parfaite, ils ont fait des erreurs, comme toute organisation, mais elle apporte de l’espoir au peuple iranien, elle apporte de l’espoir à la communauté internationale. C’est mieux que tout qu’une intervention, courte ou directe, peut offrir.

Retirer l’OMPI de la liste noire, lui permettant de continuer à faire pression sur le régime actuel, combiné avec la force et le courage de ces gens en Iran qui veulent que leurs libertés  et spécialement les femmes et les jeunes en Iran, offrent la meilleure solution.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe