lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafCondamnation de la violation continuelle par l'Irak des droits du camp d'Achraf

Condamnation de la violation continuelle par l’Irak des droits du camp d’Achraf

Pour les participants, l’ONU et les États-Unis sont responsables de la sûreté et de la sécurité des résidents

Stopfundamentalism.com, 8 aout – Dans une conférence organisée par le MRAP, France Libertés (Fondation Danielle Mitterrand) et l’organisation des femmes WHRIA, le 8 août 2012 dans les bureaux de l’ONU à Genève, d’éminents défenseurs des droits de l’homme et des personnalités politiques de la Suisse ont mis en garde contre la violation continuelle de ses engagements par le gouvernement irakien concernant la situation des opposants iraniens en Irak, résidant dans les camps d’Achraf et de Liberty, et ont appelé à une condamnation de ces mesures par les Nations Unies.

Parmi les intervenants de la conférence se trouvaient :
– Le Professeur Jean Ziegler, vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme
– Mme Anne-Marie Lizin, présidente d’honneur du Sénat belge, ancienne ministre et ancien Rapporteur spécial de la Commission des droits de l’homme de l’ONU
– M. Jean-Charles Rielle, président du Conseil municipal de Genève
– M. Éric Voruz, conseiller national suisse
– Mme Christiane Perregaux, coprésidente de l’Assemblée constituante du canton de Genève

Appel à la condamnation du gouvernement irakien par l’ONU en raison de la violation constante des droits des résidents d’Achraf et de Liberty stipulés dans le Protocole d’Accord signé entre l’ONU et le gouvernement de l’Irak.

Des défenseurs des droits de l’homme ainsi que des personnalités politiques suisses estiment nécessaire la mise en œuvre des requêtes humanitaires minimales des résidents d’Achraf avant la reprise du processus de transfert d’Achraf à Liberty.

Les participants ont apporté leur soutien au plan en huit points des résidents, qui a été soumis à l’ONU le 26 juillet et qui réitère que si l’Irak fait obstacle à la réalisation de ces minima, il démontrera qu’il a des intentions funestes. En se fondant sur ce plan, les résidents subviendront à ces huit points en besoins humanitaires minimes par leur propre moyen et à leur frais. Ce n’est qu’alors que le sixième groupe partira à Liberty. Si le gouvernement irakien n’entrave pas ce plan, il sera réalisé en moins d’un mois.

Des personnalités politiques suisses ainsi que des défenseurs des droits de l’homme ont rappelé qu’à l’heure actuelle Liberty manque de conditions humanitaires minimales pour la vie des résidents et que tout nouveau transfert ne ferait qu’empirer et compliquer la situation. Par conséquent, il ne doit pas y avoir d’autres transferts tant que les demandes humanitaires minimales des résidents, stipulées dans leur communiqué en huit points, ne sont pas satisfaites.

Les intervenants ont également condamné les propos de Martin Kobler, le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Irak, contre les résidents d’Achraf au Conseil de sécurité de l’ONU, propos qui louaient la patience et la flexibilité de Maliki. Ils ont qualifié cela de feu vert et d’encouragement à l’égard du gouvernement irakien pour attaquer et massacrer les résidents.
 
Les participants ont également rappelé que, d’après le droit international, l’ONU et le gouvernement américain sont responsables de la sécurité de la vie et des biens de ces demandeurs d’asile.
Mme Elaheh Azimfar, un haut membre du CNRI, était également parmi les intervenants de cette conférence.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe