mardi, décembre 5, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceCérémonie de Norouz, Nouvel An iranien, à l’Assemblée nationale, en présence de...

Cérémonie de Norouz, Nouvel An iranien, à l’Assemblée nationale, en présence de plusieurs dizaines de députés de divers groupe

Invitée d’honneur : Maryam Radjavi  Vois la Vidéo

Lors d’une réunion à l’Assemblé nationale, le Norouz, nouvel an iranien, a été célébré le mardi 2 avril au salon de la questure.

Des dizaines de parlementaires de divers groupes ont participé à cette célébration à l’initiative du Comité parlementaire pour un Iran démocratique. Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, était l’hôte d’honneur de cet évènement présidé par le député Dominique Lefebvre, coprésident du CPID.

Norouz est fêté en Iran et par la diaspora iranienne dans le monde le 20 mars avec le renouveau de la nature et l’arrivée du printemps, et les fêtes durent jusqu’au 3 avril.

Les parlementaires présents ont apporté leur soutien à la Résistance iranienne, en espérant que la nouvelle année 1392 (iranienne) soit celle du changement en Iran, de la fin de la dictature religieuse et de l’instauration de la démocratie et de la liberté pour le grand peuple iranien.

Mme Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a déclaré que les mollahs sont confrontés à des crises incurables qui les mènent à leur chute : les conflits internes au sommet du pouvoir, l’effondrement de l’économie, les perspectives du renversement de leur principal allié en Syrie, l’impasse concernant le programme nucléaire et surtout le mécontentement explosif de la société. C’est pourquoi le régime s’efforce par tous les moyens d’anéantir la résistance organisée, tout particulièrement les résistants iraniens dans le camp Liberty. Leur protection n’est pas seulement une nécessité humanitaire urgente mais également politique.

Mme Radjavi a souligné qu’il « n’existe aucun doute que l’ensemble du régime sortira affaiblit et paralysé de la mascarade électorale présidentielle de juin prochain ». Elle a formé le vœu que « le pouvoir des mollahs comme l’hiver soit remplacé par le printemps du peuple iranien avec une république pluraliste et laïque, respectueuse de l’égalité des genres, l’abolition de la peine de mort et la fin de la quête de la bombe atomique ».

Les nombreux intervenants ont insisté pour leur part sur le sort des habitants du camp Liberty, estimant que le transfert immédiat de la totalité d’entre eux vers les Etats-Unis ou un pays européen même provisoirement est la seule solution pour les protéger avant leurs transferts vers des pays tiers. Sinon il faudra les ramener au camp d’Achraf jusqu’à la fin du processus de leur statut de réfugié. Maintenir un grand nombre de personnes au camp Liberty, qui est sous la menace d’attaques, est dangereux et inacceptable.

Des députés on réclamé le retour des murs de protection en béton des baraquements en bois, le transfert des casques et des gilets de protection des habitant, ainsi que leurs équipements médicaux depuis Achraf vers Liberty. Ils ont souligné que le représentant spécial de l’ONU Martin Kobler a mis en danger la vie de ces réfugiés. A leurs yeux Martin Kobler doit se retirer de ce dossier qui doit être totalement géré par le HCR. Le HCR doit prendre en charge la responsabilité des camps d’Achraf et de Liberty.

Parmi les parlementaires présents on peut souligner la présence André Chassaigne coprésident du CPID et président du groupe gauche, démocrate et républicaine (GDR), Michel Terrot, coprésident du CPID, Pascal Deguilhem, Germinal Peiro, Guy Chambefort, William Dumas, Jean Gellier, Michel Liebgott et bien d’autres députés. Le sénateur Alain Néri coprésident du Comité français pour un Iran démocratique au sénat (CFID) représentait ce comité. Il faut signaler également la présence d’ancien députés comme Jean-Pierre Brard, ou le magistrat François Colcombet co-fondateur du CFID, de l’ancien premier ministre d’Algérie Sid Ahmed Ghozali, de Michel Joli qui représentait la fondation France-Liberté de Danielle Mitterrand, de Mgr Jacques Gaillot, d’Yves-Jean Gallas co-président du mouvement de la Paix, Gilles Paruelle l’ancien bâtonnier du Val d’Oise, Pierre Bercis président des Nouveaux droits de l’Homme…

C’est la première fois qu’une cérémonie de Norouz est célébrée à l’Assemblée nationale en présence de la Résistance iranienne.

Le comité parlementaire pour un Iran démocratique
Le 3 avril 2013