vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafCe qu’a oublié l’ambassadeur

Ce qu’a oublié l’ambassadeur

THE INDEPENDENT (Blog), 14 juillet – par Lord Corbett – Dans leur réponse pays par pays au Printemps arabe, les Etats-Unis sont partout. Soutien pour l’action militaire par ici, un coup de règle sur les doigts par là – et dans certain cas le silence tout simplement.

En Syrie, l’ambassadeur américain Robert Ford s’est rendu à Hama, centre du soulèvement pro-démocratique contre le violent Assad. Mais en Irak, l’ambassadeur américain James Jeffrey dit aux iraniens pro-démocratiques réfugiés au camp d’Achraf, à 60 km au nord-est de Bagdad, de dissoudre leur mouvement de résistance et de se transférer volontairement ailleurs dans les profondeurs du pays.

Pauvre secrétaire d’Etat Hillary Clinton. Pas autant de messages contradictoires que de messages confus.

L’ambassadeur Jeffrey semble avoir oublié qu’une fois que les Etats-Unis ont remis la responsabilité des 3 400 membres de la Résistance d’Achraf, le gouvernement Maliki, suivant les instructions iraniennes, a décidé qu’Achraf serait démoli d’ici la fin de l’année avec toute la force nécessaire.

En avril dernier, des malfrats irakiens et iraniens portant l’uniforme de l’armée ont tué à Achraf 36 résidents sans défense et en ont blessé 350 autres. En plus de cette sauvage violation de la loi humanitaire internationale, ils ont refusé de laisser les résidents enterrer leurs morts, d’accorder aux blessés graves tout traitement médical – et ils ont continué ensuite à restreindre l’entrée des médicaments et d’autres fournitures médicales dans le camp.

Ce que propose l’ambassadeur Jeffrey c’est que l’Iran étende son ingérence déjà maligne en Irak, après avoir financé, entraîné et armé les milices qui ont coûté tellement de vies britanniques et américaines après la chute de Saddam Hussein.

Plutôt ce mois-ci, M. Mohammad Reza Rahimi, premier vice-président iranien, a conduit une délégation du soi-disant secteur privé de l’autre côté de la frontière pour améliorer le commerce avec l’Irak – au mépris des sanctions des Nations Unies. Une grande partie du « secteur privé » de l’Iran est détenue et commandée par des officiers supérieurs du Corps des gardiens de la révolution, armée privée des mollahs et demeurée soumise grâce à des privilèges économiques lucratifs.

L’Iran a déjà pénétré dans les affaires irakiennes. La société Etka est détenue par une section de l’armée des mollahs prétendant être une compagnie privée. Les compagnies Saneer et Farab sont détenues par le ministère de l’Energie, et beaucoup d’autres déguisées sous un camouflage similaire.

En tant qu’élite de l’armée, la Force Quds a déclaré dans un rapport au QG présidentiel du développement économique du pays que « l’actuelle insécurité en Irak représente la meilleure chance de pénétrer son marché parce que cette insécurité effraye les pays occidentaux… »

Derrière cette poussée de l’exportation se cache le fait qu’un Irak conciliant est un de ces rares  pays par lequel l’Iran peut échapper aux sanctions des Nations Unies imposées à cause de son développement illicite d’armes nucléaires.

Tel est le bourbier dans lequel l’ambassadeur Jeffrey s’est aventuré.

Et que font les membres de la Résistance iranienne pour s’en sortir ?

La certitude que s’ils ne sont pas massacrés dans une autre attaque du style de Srebrenica dans leur foyer depuis plus de 25 ans, ils seront envoyés dans une nouvelle base au fin fond du désert, loin des yeux du monde.

Il est temps de réfléchir encore une fois, M. l’ambassadeur – et peut-être que Mme Clinton devrait insister pour qu’il le fasse de toute urgence.

La meilleure réponse à un autre massacre à Achraf est qu’une équipe de surveillance des Nations Unies soit placée là, pendant qu’on fait des tentatives pour réinstaller les résidents dans des pays démocratiques avant qu’ils puissent retourner dans un Iran post-mollah, libre et démocratique.

Lord Corbett de Castle Vale est président du Comité parlementaire britannique pour la liberté de l’Iran. Il est l’ancien président de la Commission des affaires intérieures de la Chambre des Communes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe