mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Economie« Aucune serrure n'a été ouverte par la clé de Rohani» -...

« Aucune serrure n’a été ouverte par la clé de Rohani» – média iranien

« Aucune serrure n'a été ouverte par la clé de Rohani » - média iranien

CNRI – Le Journal officiel Resalat a fustigé, dans un article publié le 4 avril, le bilan du président du régime iranien, Hassan Rohani, après 4 ans de pouvoir. Le journal écrit avec sarcasme : « Rohani a toujours tenu une grande clé dans sa main lors des campagnes présidentielles ainsi que lors des réunions politiques.

Il avait l’habitude de dire que cette clé ouvrirait les serrures et résoudrait les problèmes dans le pays. La longueur et la largeur de la clé ont été tellement exagérées et, apparemment, elle n’ouvre jamais aucune serrure ! Les sanctions devaient être levées, mais en pratique, nous avons été témoins que non seulement les sanctions n’ont pas été levées, mais que de nouvelle série de sanctions ont été imposées, alors que nos installations nucléaires ont été placées sous verrous. »

Resalat ajoute : « Rohani a fait 150 promesses économiques, disant qu’il ouvrira les verrous économiques avec sa clé magique, mais en pratique, la récession, l’inflation et le chômage ont de plus en plus jeté leur ombre sur l’économie du pays. Le passeport iranien était censé gagner son éminence mais rien ne s’est passé. Les problèmes sociaux n’ont pas été résolus et, malheureusement, le nombre de divorces, de dépendances et de trafic de drogue a augmenté de façon sans précédent.

« Aucune mesure efficace n’a été prise dans les domaines culturels et dans le cyberespace. Les institutions culturelles, en particulier la radiodiffusion iranienne (IRIB), n’ont pas reçu suffisamment de budgets. Par conséquent, l’ennemi s’est davantage déterminé à développer la politique d’invasion culturelle au sein de notre pays. »

S’adresse à Rohani, Resalat écrit : « Dans le domaine de la politique intérieure, il a commis une injustice en accusant les critiques, d’analphabétisme, d’extrémisme, d’irrégularité, de retard, de « nouveaux riches », de lâcheté, de démagogie et de n’avoir aucune identité. Il a nui à l’unité ainsi qu’à la cohésion nationale. Par une injustice aussi cruelle, le cher Président a lancé aux critiques : « Allez au diable ! Il n’y avait aucune clé dans cette affaire ! »