lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceAu nom du Congrès américain, nous soutenons la démocratie en Iran –...

Au nom du Congrès américain, nous soutenons la démocratie en Iran – Sheila Jackson Lee

CNRI – « Je voudrais envoyer ce message à ceux qui sont en quête de liberté au camp Liberty et qui doivent être immédiatement ramenés au camp d’Achraf. Je m’adresse à mes frères et sœurs au camp Liberty : Nous ne vous abandonnerons pas. Nous allons être avec vous et vous allez être libres », a déclaré la représentante américaine, Sheila Jackson Lee au rassemblement iranien de Villepinte le 22 juin.

Elle était venue avec une délégation du Congrès américain et une imposante délégation de hautes personnalités américaines. Elle s’exprimait devant des dizaines de milliers d’Iraniens et d’amis de la Résistance au meeting annuel du Conseil national de la Résistance iranienne. Elle a offert à sa présidente élue, Maryam Radjavi, qui recevait 600 personnalités politiques et parlementaires de 50 pays du monde, un présent symbolique.

Voici les moments forts du discours de Madame Sheila Jackson Lee :

Je m’appelle Sheila Jackson Lee.  Je suis votre sœur. Vous êtes ma famille. Nous sommes ensemble dans la lutte et nous n’abandonnerons jamais. J’ai le privilège d’être ici avec les républicains et les démocrates. Mes chers amis, le député Ted Poe, membre du Congrès William Lacy, et l’ancien membre du Congrès et le maire Bob Filner, un chevalier de la liberté, et nous sommes ici en tant qu’Américains, républicains et démocrates, pour nous battre pour la liberté avec vous et nous n’allons jamais abandonner. A ma chère sœur, à vous tous, Salam. Et à ma sœur, qui a deux enfants au funeste camp Liberty qui attendent d’être libérés, la présidente élue, la combattante de la liberté, à une femme de grandeur, la présidente élue Maryam Radjavi.

Je voudrais envoyer ce message à ceux qui sont en quête de liberté au camp Liberty et qui doivent être immédiatement ramenés au camp d’Achraf. Je m’adresse à mes frères et sœurs au camp Liberty : Nous ne vous abandonnerons pas. Nous allons être avec vous et vous allez être libres.

La Résistance iranienne est l’héritière de la grande époque dorée de la Perse, lorsque vous célébriez la liberté, quand tout votre tissu social était liberté religieuse et sociale. Vous êtes issus de ce grand héritage. Nous ne pouvons tolérer un manque de liberté. Votre combat est mon combat. Sachez qu’il n’y a pas de fracture entre ceux qui aux États-Unis condamnent l’ignoble l’attaque [contre le camp Liberty] la semaine dernière, y compris le Secrétaire d’Etat, qui l’a dénoncée et dont le cœur et l’esprit reconnaissent que nous devons libérer ceux qui luttent au camp Liberty. Libérez-les ! Laissez-les partir à Achraf !

Je me souviens des nombreuses heures passées à la Chambre à faire des discours suppliant de retirer l’Ompi de la liste terroriste. Je me souviens des attaques, des remarques désobligeantes comme « Sheila Jackson Lee est une terroriste ». Mais je n’allais pas être troublée parce que lorsqu’on a raison et que l’on se tient avec la grande histoire de la résistance du peuple iranien, on ne peut pas être troublée. Je veux retirer le nœud coulant de votre cou. Je veux que vous soyez libres. Martin Luther King Jr. a dit que le changement ne vient pas sur les roues de la fatalité, mais avec une lutte continue. Et comme il nous l’a dit en Amérique, nous devons nous redresser et œuvrer pour notre liberté. Ne laissez personne vous forcer à vous courber. Restez droit. Vous vous battez pour la liberté.

Je veux que vous compreniez que la Résistance iranienne, qui s’est rassemblé ici de partout dans le monde, est fière et tolérante. Nous n’allons pas accepter l’enlèvement et l’assassinat brutal de la présidente du syndicat des femmes irakiennes qui a été tuée parce qu’elle était une farouche opposante à l’ingérence délibérée de l’Iran dans la politique, la société et l’économie irakiennes. Et il est de notre devoir de nous dresser pour les soldats tombés au combat, les hommes et les femmes, qui ne sont plus là pour raconter l’histoire. Beaucoup d’entre vous s’en souviennent, et mon cœur est encore serré parce que je me souviens de cette jeune femme gisant dans une rue de Téhéran. Je ne pourrai jamais l’oublier et je ne veux pas oublier les sœurs qui sont venues me voir au Congrès aux Etats-Unis pour me raconter ce qui arrivent à leurs enfants. Je veux qu’elles sachent toutes que vous verrez vos proches hors de ce camp car ceux qui sont morts, ne seront pas morts en vain. Nous les verront venir et ils seront libres.

La Résistance iranienne célèbre la prospérité des femmes, des minorités, et des institutions culturelles et religieuses, contrairement au gouvernement aujourd’hui qui met l’accent sur l’oppression, qui ferme la plus ancienne église chrétienne et jette les pasteurs en prison. Nous sommes un peuple innovant en reconnaissant que notre histoire est intimement liée à la liberté et à la justice et la liberté. Les valeurs de l’Amérique sont vos valeurs, et n’abandonnez pas parce que nous n’abandonnerons pas. Nous sommes prêts à lutter pour la liberté.

Je me joins à la présidente élue Radjavi pour dire que toutes les femmes doivent avoir des droits égaux. En tant que membre de la commission judiciaire de la Chambre, je me joins à elle pour un système judiciaire distinct et indépendant qui ne soit pas influencé par la communauté religieuse et rendre une justice inéquitable. Nous voulons un système qui respecte toutes les religions.

Comme je vous le disais, nous avons commencé ce voyage avec un certain nombre d’amis ici il y a très longtemps. Outre les discours, beaucoup d’entre vous savent que j’ai appelé et que j’appelle nos dirigeants, lorsque nous nous battions pour retirer l’OMPI de la liste terroriste. Nous avons écrit des lettres. Nous avons parlé à la secrétaire d’Etat. Vous avez entamé des poursuites judiciaires que nous avons soutenues. Et bien sûr, je me souviens au début dans la manière de traiter les habitants de la Cité d’Achraf, on parlait à l’envoyé spécial à 2h00, 3h00 et 4h00 du matin. Pas parce que je suis un membre du Congrès des États-Unis, mais parce que c’était juste. Mon cœur était là. Vous le méritez bien et nous devons le faire, peu importe à quelle heure nous sommes appelés pour le faire.

Et donc, au nom du Congrès des États-Unis, nous sommes ici pour soutenir un mouvement pour la démocratie en Iran. Nous soutenons la résistance organisée des femmes, des étudiants, des jeunes et d’autres secteurs de cette société, et nous soutenons la Résistance iranienne. Nous ferons appel à la pression internationale, y compris diplomatiques, militaires et à des sanctions pétrolières sur tous ceux qui se mettent sur votre chemin. Nous voulons que l’Irak tiennent ses promesses et libère les habitants du camp Liberty et qu’il les laisse vivre dans la liberté et la justice, les laisse retourner à Achraf pour y être libres. S’il y a une injustice contre le camp d’Achraf, le monde doit se tenir à vos côtés, et parce qu’il se tiendra avec vous, nous vaincrons.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe