jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafAppel des grandes ONG à la libération des 7 réfugiés iraniens pris...

Appel des grandes ONG à la libération des 7 réfugiés iraniens pris en otages

CNRI – La session actuelle du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève est l’occasion pour les représentants de nombreux pays et d’ONGs de demander la libération des sept Achrafiens, demandeurs d’asile iraniens, pris en otages le 1er septembre par les forces irakiennes au camp d’Achraf. Ce jour-là les forces spéciales du premier ministre Maliki se livraient à un massacre, abattant d’une balle dans la tête 52 opposants iraniens sans armes et sans défense, allant même jusqu’à achever les blessés dans la clinique du camp. Un véritable crime contre l’humanité et crime de guerre.

Gianfranco Fattorini, représentant permanent du MRAP à l’ONU a pris la parole :

« Le MRAP, France-Libertés Fondation Danielle Mitterrand et International Educational Development attirent l’attention du Conseil des droits de l’homme sur l’assassinat brutal le 1er septembre par les forces de sécurité irakiennes de 52 demandeurs d’asile iraniens, abattus d’une balle dans la tête, au camp d’Achraf, à 80 km au nord-est de Bagdad.

C’est la 5e attaque que subissent les demandeurs d’asile iraniens depuis que l’administration américaine a transmis le pouvoir au gouvernement irakien.

Nous attirons l’attention du Conseil des droits de l’homme sur l’enlèvement des six femmes et d’un homme, lors de la dernière attaque le 1er septembre. Selon des sources dignes de foi, les sept personnes sont détenues par les forces spéciales irakiennes dans une prison appelée al-Hout dans la zone de l’aéroport de Bagdad. Il est temps pour les USA et l’ONU de prendre la responsabilité de protéger physiquement les demandeurs d’asile iraniens en Irak.

Depuis 2009, nos organisations ont mis en garde les administrations onusienne et américaine sur les risques de massacre de ces populations et personne aujourd’hui ne peut dire : on ne s’y attendait pas, on ne savait pas.

Etant donné la politique adoptée par les autorités irakiennes vis-à-vis des demandeurs d’asile iraniens, nous appelons à la libération immédiate des 7 otages par les autorités irakiennes. Nous appelons le Haut commissaire aux réfugiés d’assumer la responsabilité de l’administration directe du camp Liberty. Nous appelons la MANUI à assumer la responsabilité de la protection civile des demandeurs d’asile iraniens et de lancer une enquête sur les massacres précédents et les dernières exécutions sommaires. »