lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyRésidents d’Achraf, un deuxième groupe de 400 résidents vont s’installer au Camp...

Résidents d’Achraf, un deuxième groupe de 400 résidents vont s’installer au Camp Liberty

A la demande du représentant spécial de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton et du représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, et leur engagement à œuvrer pour assurer les garanties minimales pour les résidents d’Achraf, un deuxième groupe de 400 résidents vont s’installer au Camp Liberty

Vue la poursuite des restrictions et des ingérences illégales du gouvernement irakien, notamment concernant le transfert des biens, les résidents d’Achraf demandent l’intervention du Conseil de Sécurité de l’ONU pour mettre fin à toutes ces restrictions

Un autre groupe de 400 résidents du camp d’Achraf vont être transférés au Camp Liberty. Ce transfert rendu possible au terme de 10 jours de négociations intensives et de contacts à  Achraf, à Paris, à Washington et à Bagdad, s’effectue à la demande du représentant spécial de la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, et du représentant spécial de M. Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies, et leur engagement à œuvrer pour assurer les garanties minimales afin de faciliter le transfert des résidents du Camp d’Achraf au Camp Liberty.

Le 29 février, s’exprimant lors d’une audition devant le Congrès américain,  la Secrétaire d’Etat Clinton a rappelé les engagements du gouvernement irakien concernant la sûreté et la sécurité des résidents d’Achraf et du nouveau camp avant d’évoquer leur transfert dans des pays tiers en ces termes :
« Aucun gouvernement n’a soulevé la question de la liste des organisations terroristes (FTO) comme un obstacle pour accueillir des individus. Nous allons continuer à œuvrer pour la sûreté et la sécurité… »

Dès mardi 6 mars, le deuxième groupe des résidents se sont employés à transférer leurs biens au lieu d’embarquement, mais ce processus a malheureusement subi beaucoup de   retard en raison des obstacles imposés par les forces irakiennes, et qui se poursuivent à ce jour.
Les agents armés irakiens ont empêché le transfert de nombreux véhicules utilitaires et de construction comme les grues et les camions-élévateurs, alors qu’il s’agit des outils extrêmement nécessaires compte tenu de l’état du Camp Liberty et les carences sérieuses dans ses infrastructures et installations. Les forces irakiennes empêchent également, sans aucune raison ou justification, le transfert des objets et mobiliers élémentaires comme bureaux, tables, chaises, appareils de chauffage, générateurs de l’électricité ou paraboles.

Mercredi 7 mars au matin, un groupe des forces militaires irakiennes vêtues en noir ont forcé la porte de plusieurs containers à coup de gros marteaux y retirant les biens des résidents. Deux officiers connus pour leurs actes répressifs, le capitaine Khuzeir Ahmad et le lieutenant Heydar Azab, déjà impliqués directement dans le massacre des résidents d’Achraf, en étaient les acteurs principaux. Aussitôt alertés, les observateurs de l’ONU se sont rendus sur place et ont pu constater et dresser un procès-verbal de cette agression.

Autre exemple du comportement indigne des autorités irakiennes : dans une déclaration mensongère extrêmement vulgaire aux médias irakiens, Oudaï Khadran, le gouverneur de la ville irakienne Khalis, un agent notoire de la force terroriste dite ‘Qods’, a dit : « Dans les valises d’un nombre des membres de l’Organisations des Moudjahidine du peuple d’Iran au Camp d’Achraf, on a trouvé des baïonnettes et des uniformes militaire, ce qui montre qu’ils veulent tuer les agents irakiens » !

Saluant la persévérance remarquable des résidents d’Achraf face aux pressions du fascisme religieux au pouvoir en Iran et se déclarant reconnaissante de leur patience et de leur extrême flexibilité, Mme Maryam Radjavi, la présidente élue du Résistance iranienne, a déclaré : « Alors que les résidents d’Achraf ont fait preuve de leur bonne volonté au maximum, il est temps, pour le gouvernement américain et les Nations Unies, de garantir les assurances minimales pour que les résident puissent bénéficier pleinement de leurs droits au Camp Liberty. Désormais, toute négligence envers la pleine jouissance de  leurs droits légitimes et le refus du gouvernement irakien d’accepter les garanties minimales, remontera à barrer la route au transfert de nouveaux groupes. »

Suite au transfert d’un premier groupe des résidents au Camp Liberty et l’absence des normes minimales du droit humanitaire et des droits de l’homme dans ce camp, et la présence massive des forces de police et des caméras d’espionnage, un grand nombre de législateurs et personnalités éminentes aux Etats-Unis et en Europe ont qualifié ce camp d’une prison, d’un centre de détention ou pire et ont mis en garde contre cette situation. Certaines personnalités ont proposé de se rendre dans le Camp Liberty à leurs propres frais pour ensuite rapporter leurs constats à l’opinion publique, mais se sont heurtés au refus du gouvernement irakien.

Les résidents d’Achraf ont souligné que le déplacement d’autres groupes de résidents serait conditionné  à l’acceptation des assurances minimales, notamment le retrait des forces armées irakiennes présentes dans le camp Liberty, le retrait des caméras d’espionnage, la liberté de mouvement pour les résidents, la résolution des problèmes concernant la pénurie d’eau, d’électricité et du système des égouts défectueux, la libre accès aux services et soins médicaux et le droit à la construction des installations nécessaires et le respect de l’engagement du gouvernement irakien et de la MANUI à ce que tous les biens mobiliers des résidents d’Achraf soient transférés, soit au Camp Liberty, soit à l’extérieur de l’Irak, soit mis en vente à l’intérieur de l’Irak d’ici la fin du mois d’ avril. Le gouvernement irakien, sous l’arbitrage des Nations Unies et des Etats-Unis, indemnisera les résidents pour tous les biens immobiliers que les résidents ont construits à leurs propres frais, et couvrira les dépenses au Camp Liberty ou celles de leur réinstallation dans des pays tiers.

Avec la poursuite des restrictions imposées par le gouvernement irakien et ses ingérences illégales dans le transfert des biens, les résidents d’Achraf demandent l’intervention du Conseil de Sécurité de l’ONU et des Etats-Unis pour mettre fin à toutes ces restrictions.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 7 mars 2012

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe