mercredi, février 8, 2023
AccueilUncategorizedSyrie : l'opposition poursuivra la bataille « jusqu'à la libération du pays...

Syrie : l’opposition poursuivra la bataille « jusqu’à la libération du pays » (chef par intérim)

AFP, 5 juin – Le chef par intérim de la Coalition de l’opposition syrienne, George Sabra, a affirmé mercredi que cette Coalition poursuivrait le combat contre le régime « jusqu’à la libération » du pays, malgré la capture par l’armée et le Hezbollah du bastion rebelle de Qousseir.

Qousseir « est une petite bataille où vous (les rebelles) avez fait preuve d’un héroïsme hors du commun, mais d’autres batailles suivront, jusqu’à la libération du pays, tout le pays », a déclaré M. Sabra lors d’une allocation prononcée à Istanbul et diffusée par les chaînes satellitaires arabes.

S’adressant aux combattants rebelles, M. Sabra a affirmé : « Votre combat et vos revendications sont légitimes. C’est pour cela que votre victoire est assurée. »

« Vous allez battre cette bande terroriste et ses maîtres à Qom et à Téhéran », a dit le dirigeant de l’opposition en allusion au Hezbollah chiite libanais qui combat aux côtés des troupes gouvernementales et à l’Iran, allié régional clé du régime de Bachar al-Assad.

M. Sabra a dénoncé les « envahisseurs », en référence aux combattants du Hezbollah, en promettant à ces « criminels la défaite et l’humiliation ».

Il a également lancé un cri d’alarme, évoquant l’état de 15.000 civils menacés selon lui de « massacre et de génocide » après leur repli à Boueida al-Charqiya, dernier bastion des rebelles au nord de Qousseir.

« C’est un revers » pour les rebelles, « mais cela ne veut pas dire que c’est la fin de la guerre », a affirmé à l’AFP Khattar Abou Diab, professeur de relations internationales à l’université Paris-Sud.

« En 2012, le régime syrien a pensé que la bataille de Baba Amr constituerait la victoire finale, mais cela s’est avéré faux », a-t-il ajouté en référence au quartier rebelle de Homs repris par l’armée après un mois de pilonnage.

Pour lui, le régime n’aurait pas pu prendre Qousseir sans « la grande coopération » de l’Iran qui parraine le Hezbollah et qui est le principal allié du régime syrien. Téhéran a d’ailleurs « félicité l’armée et le peuple syriens » pour la victoire sur les « terroristes » à Qousseir.

D’après M. Abou Diab, « le test pour le Hezbollah » est de voir s’il va poursuivre son combat auprès de l’armée et « il y a des informations sûres disant qu’il participe dans des combats ailleurs qu’à Qousseir ».

LUTTER JUSQU’AU DERNIER HOMME

« C’est un round que nous avons perdu », a dit la Commission générale de la révolution syrienne, un réseau de militants, précisant que les rebelles étaient parvenus à « faire sortir les civils et les blessés » de la ville. Selon elle, la bataille a fait des « centaines de martyrs » parmi les insurgés.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a précisé que « les rebelles se sont retirés vers d’autres zones car ils manquaient de munitions ».
« Des milliers de réfugiés sont arrivés à Boueida al-Charqiya », a indiqué à l’AFP Abou Motassem, un militant dans ce village rebelle au nord de Qousseir. « Nous continuerons la lutte jusqu’au dernier homme. »