mercredi, février 21, 2024
AccueilUncategorizedJohn Baird : Le soulèvement en Iran est profondément enraciné dans 43...

John Baird : Le soulèvement en Iran est profondément enraciné dans 43 ans de résistance

John Baird : Le soulèvement en Iran est profondément enraciné dans 43 ans de résistance
« Le rôle de premier plan des femmes iraniennes n’est pas une coïncidence, mais il découle de la lutte des femmes iraniennes au cours des 43 dernières années« , a déclaré John Baird, l’ancien ministre canadien des Affaires étrangères, dans son intervention lors d’une conférence le 4 février. Le ministre Baird a souligné à quel point le soulèvement en cours est profondément enraciné dans plus de quatre décennies de lutte, dirigée par l’organisation Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI ou MEK), principal groupe de résistance iranien. Voici le texte intégral des remarques de M. Baird, révisé et édité pour plus de clarté.

« C’est un réel plaisir d’être parmi vous aujourd’hui. Je suis ravi de pouvoir me joindre à vous et de participer avec vous pour défendre le courage et la bravoure du peuple iranien. Nous nous rassemblons pour les soutenir dans leur grande lutte pour renverser cette dictature et la remplacer par une démocratie.

Comme vous tous, j’ai été inspiré par la bravoure des millions d’Iraniens qui sont descendus dans la rue pour tenter de renverser pacifiquement cette dictature fasciste à Téhéran. Des femmes, des enseignants, des syndicats, des millions d’étudiants et surtout des partisans de l’OMPI. Ils sont fatigués de la corruption, ils sont fatigués de la mauvaise gestion et ils sont fatigués de l’autoritarisme de leur terrible gouvernement. Ils envoient un message clair et sans équivoque aux mollahs : il est temps pour vous de partir.

Je vois un certain nombre de mes anciens collègues du Parlement avec nous aujourd’hui ; nous sommes tous impliqués dans la fonction publique pour essayer de faire une différence. Et je peux vous dire que l’un des moments dont j’ai été le plus fier dans la vie publique, en particulier en travaillant avec Stephen Harper, a été le jour où j’ai pu annoncer que nous avions expulsé tous les hommes de main et porte-parole des mollahs du Canada une fois pour toutes.

Nous ne voulions pas avoir affaire à ce régime meurtrier. Nous nous sommes opposés à leur programme nucléaire, où le régime a littéralement canalisé des milliards de dollars du bien-être et des soins du peuple iranien vers ce programme nucléaire. Nous nous sommes opposés à leur soutien matériel au terrorisme dans le monde. Et nous nous sommes levés dans l’effort de les tenir responsables devant les Nations Unies pour leur bilan flagrant et terrible en matière de droits de l’homme. Nous nous sommes levés et avons dit que ce régime n’était pas un régime modéré.

Nous nous sommes opposés à ce régime avec lequel vous ne pouviez pas faire affaire. Et nous avons envoyé un message fort au reste du monde sur ce que cela signifie d’être Canadien. Le soulèvement en Iran est profondément enraciné dans les 40 années de lutte du peuple iranien. Le soulèvement n’est pas un phénomène spontané. Il est enraciné dans l’histoire de l’Iran.

Les 120 000 exécutions et le massacre de 30 000 prisonniers politiques parce qu’ils étaient inébranlables dans leur soutien à l’OMPI. Le rôle de premier plan des femmes iraniennes n’est pas accidentel ou une coïncidence, mais il découle de la lutte des femmes iraniennes au cours des 43 dernières années. Au cours des 43 dernières années, des dizaines de milliers de femmes iraniennes, principalement des membres du MEK et des sympathisantes, ont été emprisonnées, torturées et des milliers ont été exécutées. Et je regarde autour de moi chacun de ces visages qui sont derrière nous. Chacun d’entre eux raconte une histoire de détermination, de courage et de bravoure. Et nous sommes aux côtés de ces martyrs remarquables dans leur lutte.

Le rôle principal des femmes iraniennes dans ce soulèvement est la résistance iranienne, le Conseil national de la résistance iranienne. Les femmes du MEK jouent des rôles de premier plan au sein du MEK depuis 30 ans. La présidente du CNRI est une femme de grande qualité qui a été reconnue dans le monde entier pour sa confiance, son leadership et son opposition de principe à cette dictature et à la coalition démocratique. Le peuple iranien veut la fin de la dictature, et il scande dans les rues de Téhéran et de tout le pays, dans tous les coins de l’Iran : à bas les oppresseurs, que ce soit le shah ou le mollah.

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai été inspiré par le plan en dix points de Madame Radjavi. La liberté d’expression et de réunion, la séparation de la religion et de l’État, l’égalité des sexes, un Iran non nucléaire, qui peut vivre en coexistence pacifique avec ses voisins et avec le monde civilisé. C’est vraiment pour moi un grand honneur et un plaisir indéniable de vous présenter notre prochain conférencier. J’ai appris à connaître cette femme remarquable au cours des dix dernières années.

J’ai vu ce qui l’inspire et j’ai vu sa bravoure. Chaque jour où elle se lève et va travailler, elle met sa propre vie en jeu parce que le régime veut la réduire au silence. Mais ils ne la feront pas taire.

C’est une femme remarquable d’un courage extraordinaire. La présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, madame Maryam Radjavi, en tant que femme musulmane, vous représentez un formidable défi politique, social, culturel et idéologique pour le régime… »