samedi, janvier 28, 2023
AccueilMultimédia-oldMultimédia : Présidente élueAl-Jazeera: Interview avec la dirigeante iranienne Maryam Radjavi

Al-Jazeera: Interview avec la dirigeante iranienne Maryam Radjavi

Le site d’Al-Jazeera a publié un rapport sur les points de vue et les activités politiques de Maryam Radjavi, Présidente élue du Conseil National de la Résistance iranienne. « Ce leader iranien a lutté contre les deux régimes du Chah et de Khomeini et a dirigé l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), écrit le site.

En 1993, le Parlement en exil (le Conseil National de la Résistance Iranienne), l’a élue Présidente pour la période de transition après le renversement du pouvoir du Guide suprême religieux. Elle souligne que la démocratie et le respect des libertés devront alors être instaurés en Iran».

Maryam Radjavi, 61ans, né à Téhéran, est diplômée de l’Université Technologique Sharif de Téhéran en métallurgie.

Elle a été impliquée dans les mouvements estudiantins contre le régime du Chah de 1973 à 1978 et a été une dirigeante du département sociale de l’OMPI de 1979 à 1981 et candidate lors des premières élections après la révolution.

« Elle considère l’Islam comme une « idéologie démocratique et dynamique » et affirme que cette vision de la religion garantit la mise en place des libertés démocratiques en Iran. Selon elle, les piliers d’une interprétation réaliste de l’Islam se trouvent dans les valeurs de « dévouement » et de « sincérité ». Sans elles, la cruauté du régime ne pourra être éradiquée », a écrit Al-Jazira sur son site Internet le 17 juin.

Après son élection comme présidente-élue du CNRI, Mme Radjavi « a participé à de nombreuses manifestations internationales et a présenté la « troisième voie » comme solution devant le régime iranien. Cette solution qui préconise le changement par le peuple iranien, est la seule solution pour éviter une guerre étrangère, estime-t-elle ».

Maryam Radjavi a souligné que les femmes jouent un rôle important dans le combat pour le renversement du régime du Velayat-e faghih, ajoutant que plus de la moitié des membres du CNRI sont des femmes, selon le rapport.

« Elle résume sa vision pour l’Iran après la chute du régime, dans l’exigence de respect pour le suffrage universelle et les libertés fondamentales, l’abolition de la peine de mort, la séparation de la religion et de l’Etat, l’égalité des sexes, un système judiciaire indépendant, la liberté d’expression, la liberté de choix et un Iran non-nucléaire. »

« Le 13 juin 2015 à Paris, elle a déclaré que le régime iranien est la principale source du terrorisme au Moyen-Orient, étant impliqué dans trois guerres : en Irak, en Syrie et au Yémen et cherchant à accroître son influence et sa profondeur stratégique ».

Elle a décrit l’action de la coalition arabe au Yémen « comme un signal de fermeté et une solution vis-à-vis de l’expansionnisme du régime iranien, appelant à la poursuite de cette politique dans toute la région. »

« Radjavi a également affirmé que le renversement du ‘régime des mollahs’ en Iran requiert tout d’abord que l’on vienne en aide au peuple Syriens pour renverser le régime de Bachar al-Assad, d’armer les tribus (sunnites) et partis marginalisés en Irak, faire participer tous les Irakiens au processus politique et de soutenir ‘la Résistance iranienne’ ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe