mercredi, février 8, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafShow grotesque de l'ambassade du régime iranien à l'entrée d'Achraf

Show grotesque de l’ambassade du régime iranien à l’entrée d’Achraf

Achrafavec le plein soutien du gouvernement irakien

CNRI – Dans la droite ligne de sa guerre d’usure contre les résidents d’Achraf, l’ambassade du régime iranien à Bagdad a envoyé le 3 septembre des agents irakiens sous couvert de «cheikhs irakiens» et de «journalistes» à la porte principale du camp. Il s’agissait d’une part de remonter le moral des agents installés sur place qui se livrent sans discontinuer depuis huit mois à des tortures psychologiques sur les habitants, et d’autre part prétendre que les Irakiens demandent l’expulsion des Achrafiens. La troupe est arrivée dans un minibus loué par l’ambassade du régime.

Au même moment, les agents du ministère du Renseignement des mollahs, le Vevak, qui campent devant Achraf depuis février, déversaient depuis leurs 40 haut-parleurs méga puissants : «félicitations pour la bonne élection de M. Nouri Maliki comme Premier ministre (…) si Dieu le veut, il y aura davantage de bonnes nouvelles à venir, alors gardez vos oreilles grandes ouvertes. » Alors que des parents de résidents d’Achraf sont condamnés à mort en Iran, les agents n’ont pas hésité  à crier aux résidents : « Ces gens-là [les forces irakiennes] sont vos frères Bassiji [de la milice]. Les frères de l’armée irakienne sont là pour nous aider (…) Notre régime du guide suprême a décrété que vous êtes libres (…) Le gouvernement iranien vous a pardonné (…) Allez directement à Bagdad où l’ambassadeur du régime [iranien] vous donnera une lettre d’amnistie. »

Sur les ordres du comité en charge de la répression d’Achraf des services du premier ministre, les forces irakiennes ont fourni aux agents irakiens de l’ambassade du régime tout ce dont ils avaient besoin pour cette mise en scène. Après le spectacle, les agents ont été emmenés dans les installations du bataillon irakien où on leur a servi à déjeuner. Ils ont ensuite été ramenés dans le même minibus fourni par l’ambassade du régime.

La majorité de ces agents avaient également participé à l’exposition de l’ambassade contre les résidents d’Achraf dans la ville de Khalis le 16 septembre. Le régime les avait payés pour qu’ils y demandent l’expulsion des Achrafiens. Le journal gouvernemental Asr-e Iran écrivait le 26 septembre que « l’exposition sur les crimes des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) en Irak (…) a été organisée à Khalis dans la province irakienne de Diyala par l’ambassade d’Iran. Cette exposition avait pour but de renforcer les liens amicaux entre les deux Etats frères de l’Irak et de l’Iran (…) En marge de l’exposition, une pétition a été signée demandant au gouvernement irakien d’expulser les membres du groupuscule terroriste de l’OMPI  du territoire (irakien). »

À défaut d’aboutir à quoi que ce soit avec ce blocus de 20 mois des résidents d’Achraf ou leur torture psychologique depuis 8 mois, le fascisme religieux en Iran organise ces mises en scène dans le but de préparer le terrain à des mesures répressives et des attaques, tout en déclenchant une nouvelle catastrophe humanitaire dans le camp.

La Résistance iranienne attire l’attention du Secrétaire général de l’ONU, de son Représentant spécial en Irak, de la Mission d’Assistance des Nations Unies pour l’Irak (MANUI) et de l’ambassade des Etats-Unis et des forces américaines sur les manœuvres du régime des mollahs contre les Achrafiens. La Résistance iranienne demande l’installation d’une équipe d’observateurs de la MANUI en plus des forces américaines à l’intérieur d’Achraf pour empêcher une nouvelle tuerie dans le camp.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 5 octobre 2010