mercredi, février 1, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: FemmesPremière condamnation à mort d'une prisonnière politique arrêtée pendant le soulèvement

Première condamnation à mort d’une prisonnière politique arrêtée pendant le soulèvement

Farah (Elmira) VazehanCNRI – La nouvelle de la condamnation à mort de Mme Farah (Elvira) Vazehan traduit un nouvel élan dans la sauvagerie et la misogynie du fascisme religieux au pouvoir en Iran. Elle avait été arrêtée pour ses liens familiaux avec les Moudjahidine d’Achraf, et outre la peine de mort, elle a été condamnée à deux ans de prison et à verser une amende !

Mme Vazehan est la première femme détenue politique a avoir été condamnée à mort dans le courant du soulèvement de l’année qui vient de s’écouler. Elle a été arrêtée avec ses deux enfants le 29 décembre 2009, deux jours après la manifestation de l’Achoura, dans une descente violente des services de renseignements à son domicile. Elle est restée plus d’un mois en isolement cellulaire sous des tortures physiques et psychologiques pour lui arracher des aveux forcés télévisés. Ses enfants ont aussi été maintenus en cellule d’isolement pour les contraindre à témoigner contre leur mère.

L’oncle de Mme Vazehan, M. Parviz Feizy, était prisonnier politique sympathisant des Moudjahidine du peuple. Il a été exécuté en 1985 à l’âge de 30 ans. A l’époque c’est Ladjevardi, le « Boucher d’Evine » qui avait annoncé devant la prison l’exécution de son frère à la mère de Mme Vazehan. Elle avait fait une crise cardiaque qui l’avait emportée à l’âge de 38 ans. La sœur de Mme Vahzehan avait aussi été emprisonnée durant quatre ans dans les années 1980 accusée d’être sympathisante de l’OMPI et soumise à de terribles tortures.

La commission des femmes du Conseil national de la Résistance iranienne appelle le Secrétaire général de l’ONU, le Conseil de sécurité et le Haut commissaire aux droits de l’homme, ainsi que les organisations de défense des droits humains et des droits des femmes à condamner les peines de mort des prisonniers politiques, notamment de Mme Vazehan, et à intervenir d’urgence pour la faire libérer.

Commission des Femmes du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 août 2010

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe