mercredi, décembre 7, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: AchrafParlement italien: Mme Radjavi qualifie l'attaque contre Achraf de crime manifeste contre...

Parlement italien: Mme Radjavi qualifie l’attaque contre Achraf de crime manifeste contre l’humanité

es résidentes d'Achraf formant une chaine face aux agents répressifs irakiens armés de batons et de fusils automatiques– Mme Radjavi exige l'envoi d'une délégation internationale pour enquêter sur ce crime
– Le soulèvement du peuple iranien se poursuivra en dépit des vaines tentatives de Khamenei

CNRI – La Présidente élue de la Résistance iranienne, Mme Maryam Radjavi, a qualifié les attaques lancées par les forces irakiennes contre les résidents d’Achraf comme un exemple manifeste de crime contre l'humanité et de crime de guerre. Dans un discours au Parlement italien cet après-midi, elle a appelé la communauté internationale et en particulier le gouvernement des États-Unis à agir conformément à leurs obligations vis-à-vis de cette catastrophe humanitaire. Les attaques, qui ont eu lieu hier et aujourd'hui, ont fait au moins sept morts et 400 blessés. Les blessés sont privés d’accès aux soins médicaux.

Mme Radjavi a souligné que la responsabilité de la protection des résidents d’Achraf incombait au gouvernement américain. Elle a exigé une intervention immédiate du Conseil de sécurité des Nations unies et des organisations de défense des droits humains pour empêcher les massacres.

Mme Radjavi a également souligné que cette opération criminelle a été effectuée à la demande du régime des mollahs et de son guide suprême en personne au gouvernement irakien. Elle a dit que la Résistance iranienne, les blessés et les familles des victimes allaient déposer plaintes auprès de la justice internationale contre le gouvernement irakien et son Premier ministre qui a appliqué les directives du guide suprême du régime, Ali Khamenei, et qui commande directement l'attaque.

Un grand nombre de ces blessés sont dans un état critique. En raison de la pénurie de ressources et du blocus d’Achraf, ils ne peuvent pas être soignés et les forces irakiennes empêchent l'entrée des médecins dans Achraf pour leur procurer des soins médicaux.

La Présidente élue de la Résistance iranienne a souligné que l'attaque contre Achraf, qui est une source d'inspiration pour l’opposition sociale en Iran, est l’autre facette de la répression du soulèvement national du peuple iranien pour la liberté. Khamenei, qui n'a pas réussi à mater le soulèvement par les arrestations et les assassinats, cherche à compenser sa défaite, en donnant de nouvelles directives au gouvernement irakien pour commettre un massacre contre les résidents d’Achraf. Toutefois, cela servira à accroître la haine et la révulsion du peuple iranien à l’encontre de ce régime et à renforcer sa volonté de réaliser un changement en Iran. Le soulèvement ne s'arrêtera pas et Khamenei et ses agents criminels n'ont aucun moyen d'y échapper.

Mme Radjavi a rappelé la responsabilité spécifique du gouvernement américain concernant les résidents d’Achraf. Elle a appelé le président des États-Unis Barack Obama à intervenir personnellement pour mettre fin à cette tragédie humaine. Elle a souligné que dans la situation actuelle le gouvernement des États-Unis se doit d’assumer la protection des résidents d'Achraf. Elle a également appelé tous les gouvernements de l'UE à condamner le gouvernement irakien et à prendre les mesures nécessaires pour défendre les droits des résidents d'Achraf.

La Présidente-élue de la Résistance iranienne a exhorté le Secrétaire général de l'ONU à envoyer immédiatement une délégation en Irak pour enquêter sur ce crime et surveiller la situation à Achraf. Elle a également appelé les autorités internationales et les organisations des droits de l'homme à envoyer une aide médicale pour le traitement de ces blessés.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 29 juillet 2000

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe