vendredi, décembre 9, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMme Radjavi : Le jugement de la Cour européenne marque la victoire...

Mme Radjavi : Le jugement de la Cour européenne marque la victoire de la justice

 Le Conseil des ministres européen doit présenter ses excuses à l’OMPI et dédommager le peuple iranien pour les terribles préjudices causés

Pour la troisième fois, la justice annule la décision du Conseil des ministres européen contre l’OMPI et ordonne au Conseil de payer l’ensemble des frais de procédure de l’OMPI

Le communiqué du tribunal souligne qu’il s’agit du jugement le plus rapide, rendu un jour à peine après l’audience

CNRI – Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne a qualifié le jugement du tribunal de première instance des communautés européennes de victoire de la justice. Un jour à peine après l’audience, a-t-elle déclaré, le tribunal a annulé la décision arbitraire du Conseil de l’Union européenne de maintenir l’OMPI sur la liste terroriste.

Avec ce jugement, l’OMPI ne se trouve plus sur la liste noire de l’Union européenne, et ne peut plus être remise sur cette liste. Le Conseil est à présent obligé le rendre public officiellement et de présenter ses excuses à l’OMPI et au peuple d’Iran. L’Union européenne doit dédommager le peuple iranien et sa résistance pour les terribles préjudices qu’elle leur a causés.

Mme Radjavi a souligné que ce jugement portait un coup majeur au gouvernement français pour son usage honteux d’un dossier vide. Pour satisfaire le fascisme religieux au pouvoir en Iran, ce gouvernement a piétiné tous les principes juridiques et éthiques afin de maintenir l’OMPI sur la liste, a-t-elle souligné.

Hier la cour a démontré que ni le Conseil de l’UE, ni le gouvernement français ne possèdent le moindre document contre l’OMPI. Ils essayaient plutôt d’imposer la volonté de la dictature médiévale au pouvoir en Iran en ignorant les procédures judiciaires les plus élémentaires. Les représentants du conseil des ministres de l’UE et du gouvernement français n’ont pas été capables d’avancer un minimum de défense pour leurs actes illégaux quand ils sont venus sous le flot de questions des juges. Ils n’ont répondu que par leur silence.

Après le verdict d’aujourd’hui, Mme Radjavi a prévenu que si le Conseil persistait à rendre service aux mollahs en refusant d’appliquer le jugement de la cour, il perdrait alors toute sa crédibilité. « J’appelle les dirigeants européens à ne pas permettre à des groupes d’intérêts de tenir en otage la crédibilité européenne en exerçant des pressions sur le conseil pour qu’il ne respecte pas l’état de droit et la décision de la justice. »

Elle a noté que l’audience d’hier et le verdict d’aujourd’hui ont des implications bien au-delà du retrait de l’étiquette de terroriste. L’étiquette en soi n’a aucune crédibilité. Le cœur du problème est la démocratie et la liberté du peuple iranien.

Dans le camp opposé, il y a ceux qui veulent s’ériger contre les aspirations du peuple iranien. Ils ont passé des marchandages honteux avec les mollahs pour des intérêts économiques à court terme, faute de comprendre la nature de ce régime.

Cela a permis au pouvoir intégriste de réprimer violemment le peuple iranien. Cela a aussi permis aux mollahs d’exporter le terrorisme en Irak et dans d’autres pays du Moyen-Orient, de se rapprocher de l’arme atomique et d’augmenter la portée de leurs missiles jusqu’en Europe.

En mettant l’OMPI sur la liste noire, ils ont fermé la porte à un changement démocratique en Iran et privé le monde du moyen le plus efficace pour opérer ce changement.

Il est grand temps que l’occident corrige sa plus grande erreur vis-à-vis de la crise iranienne en levant toutes les restrictions touchant la Résistance iranienne.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 4 décembre 2008

Cliquer ici pour le communiqué de presse de la CEJ

http://fr.ncr-iran.org/images/stories/200/tout/cp080084fr.pdf

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe