vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMme Maryam Radjavi appelle la communauté internationale à stopper les exécutions politiques...

Mme Maryam Radjavi appelle la communauté internationale à stopper les exécutions politiques en Iran

Maryam RadjaviCNRI – Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, estime que les condamnations à mort et les lourdes peines de prison prononcées contre des parents de Moudjahidine d’Achraf et des sympathisants de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) traduisent l’impuissance du régime des mollahs face à la popularité de la Résistance iranienne dans le pays et tout particulièrement la sympathie des Iraniens à l’égard des résidents d'Achraf. Le guide suprême des mollahs, a-t-elle dit, qui dirige directement ces crimes, s’imagine qu’il pourra de cette façon briser la détermination des Moudjahidine qui se battent pour la liberté en Iran. Il va sans dire que cette férocité renforce la volonté du peuple iranien de se débarrasser de la dictature religieuse. Il ne fait aucun doute que la bataille pour la liberté se livrera jusqu’à l’élimination de la totalité du régime du guide suprême et l’instauration de la liberté et de la démocratie en Iran.

A la suite de la confirmation de la condamnation à mort de M. Jafar Kazemi,  le tribunal de mollahs dimanche 1er août, présidé par le juge criminel Salavati, a condamné Javad Lari à mort, Hamid Haeri à 15 ans de prison et d’exil intérieur et Mohsen Dokmetchi à 10 ans de prison.

Javad Lari, âgé de 55 ans, commerçant sympathisant de l’OMPI a été prisonnier politique dans les années 1980. Il a été arrêté le 14 septembre 2009. Incarcéré dans la section 209 de la prison d’Evine, il a été soumis à la torture pour obtenir des aveux forcés.

Hamid Haeri, âgé de 60 ans, père d’un Achrafien, et ancien prisonnier politique des années 1980, a été arrêté le 6 décembre 2009. Il souffre de diverses maladies dues à la torture, notamment de problèmes cardiaques.  Sous la violence des sévices et des pressions, il a fait jusqu’à présent deux attaques cardiaques et se trouve dans un état grave.

Mohsen Dokmetchi, 53 ans, commerçant réputé du bazar de Téhéran et ancien détenu politique des années 1980, a été arrêté le 7 septembre 2009. Il a été la cible de persécutions du ministère du renseignement des mollahs parce que sa fille se trouve au Camp d’Achraf. Son propre père, Ali Dokmetchi, également ancien bazari très connu de Téhéran, est décédé la semaine dernière sous l’effet de l’emprisonnement de son fils et des pressions dont sont victimes les membres de sa famille.

Mme Radjavi alerte sur la torture des prisonniers et les peines de mort qui les visent, ainsi que sur les conditions intolérables dans lesquelles ils sont incarcérés. Elle appelle le Secrétaire général de l’ONU, le Conseil de sécurité, la Haute commissaire aux droits de l’homme et les autres instances et responsables concernés de l’ONU, de l’UE et de leurs pays membres à intervenir de toute urgence pour empêcher les exécutions politiques et s’occuper rapidement de la situation catastrophique dans les prisons des mollahs.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 2 août 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe