mardi, décembre 6, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMessage de Maryam Radjavi à une réunion sur les droits de l'homme...

Message de Maryam Radjavi à une réunion sur les droits de l’homme en Iran à la Chambre des Communes britannique

Message de Maryam Radjavi à une réunion sur les droits de l'homme en Iran à la Chambre des Communes britannique

CNRI – Les parlementaires britanniques ont tenu une réunion, le mardi 15 septembre, au siège de la Chambre des Communes à Londres, sous le patronage du Comité du Parlement britannique pour la liberté en Iran. Les parlementaires ont approuvé une série de recommandations au gouvernement du Royaume-Uni sur sa politique envers l’Iran.

Parmi les intervenants de la conférence figuraient Lord Clarke de Hampstead CBE; Steve McCabe MP; la Baronne Harris of Richmond; Sir David Amess député; David Jones MP; Lord Maginnis de Drumglass; Lord Alton of Liverpool; Jim Fitzpatrick MP; Sir Alan Meale MP; Sir Roger Gale MP; Lord Suri; Lord Cotter; et le professeur Bill Bowring, représentant le comité du Barreau droits de l’homme de l’Angleterre et du Pays de Galles.

Ce qui suit est le texte d’un message adressé par Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, à cette réunion consacrée aux droits de l’homme en Iran:

Session britannique des droits de l’homme,

Honorables membres des Chambres des Communes et des Lords,

Chers amis,

Je vous salue et vous remercie de l’attention que vous accordez à l’Iran, à ses droits et libertés piétinés, et je m’adresse tout particulièrement aux éminents parlementaires MM. David Jones et David Amess qui parrainent de cette réunion.

Cela fait des années que les droits humains et les libertés en Iran constituent une lutte commune pour la Résistance et les membres du Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran.

Le peuple d’Iran doit avoir le droit d’être libre, sans arrestations arbitraires, ni torture ni exécutions extrajudiciaires.

Les Iraniens doivent avoir le droit de jouir des libertés personnelles, de la sécurité et d’égalité devant la loi. Ils doivent avoir le droit d’être jugés dans un procès équitable devant des tribunaux. Ils doivent avoir droit à un toit et à une vie privée, le droit de choisir leurs vêtements et d’être libres de leurs mouvements, protégés contre les attaques. Ils doivent avoir le droit d’exprimer librement leurs opinions, d’écrire et lire librement et de former librement tous les rassemblements qu’ils veulent. Ils doivent avoir droit à des élections libres.

Combien de temps encore les Iraniens devront-ils seulement rêver de jouir de leurs droits les plus élémentaires ? Combien de temps encore les Iraniens devront-ils verser leur sang et donner leur vie pour gagner une infime partie de ces droits ?

Malheureusement la question des droits humains et des libertés en Iran a été plus que jamais négligée ces deux dernières années pendant les négociations nucléaires et l’accord qui a suivi.

Profitant de l’ignorance et de l’irresponsabilité des gouvernements occidentaux, les mollahs au pouvoir en Iran ont intensifié la répression des libertés ces deux dernières années. Selon Amnesty International, le nombre d’exécutions au premier semestre de 2015 a atteint près de 700, ce qui est le plus haut record d’exécutions du dernier quart de siècle. Le nombre d’exécutions durant les deux ans de mandat de Rohani a dépassé les 2000.

Pendant cette période, la situation des droits humains s’est dégradée dans tous les domaines. En représailles de leurs manifestations, les enseignants et des travailleurs sont licenciés. Les droits et libertés des avocats, des défenseurs des droits humains, des blogueurs, des journalistes web, des nouveaux convertis chrétiens, des bahaïs, des jeunes sunnites, des Kurdes, des Baloutches et plus que quiconque, des femmes et des jeunes de l’Iran sont bafoués tous les jours.

Dans l’intervalle, l’oppression des mollahs s’est étendue au-delà de ses frontières, renforçant le blocus du camp Liberty en Irak où se trouvent les membres de l’OMPI. Jusqu’à présent, 27 d’entre eux ont perdu la vie en raison de l’absence d’accès rapide à un traitement médical.

De plus, les agents du ministère du Renseignement, leur gestapo, se rassemblent chaque jour à l’entrée du camp Liberty sous le couvert de parents et de proches des habitants pour préparer le terrain à une autre catastrophe humaine.

L’expérience a montré que les conséquences des violations des droits humains par les mollahs en Iran et de leurs interventions agressives dans d’autres pays de la région ne se confinent pas aux limites de l’Iran et du Moyen-Orient. C’est une menace qui s’étend contre l’Europe et le monde. C’est pourquoi, notre lutte commune pour les droits humains et la liberté en Iran est aussi un combat crucial pour la défense de la paix et de la sécurité dans la région et dans le monde, surtout pour lutter contre l’intégrisme islamique et son terrorisme.

Nous appelons la Grande-Bretagne, l’Europe et le monde à se tenir aux côtés des droits humains, de la liberté et de la Résistance iranienne et à respecter la volonté du peuple iranien de changer de régime. Je vous remercie et je vous adresse mes vœux de réussite pour votre conférence.

 

Lire aussi: 

Le massacre des prisonniers politiques en 1988 en Iran reste impuni – Maryam Radjavi

IRAN : le message de Maryam Radjavi aux leaders chrétiens

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe