vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Radjavi: L'étiquette de terroriste sur l'OMPI est un scandale politique et...

Maryam Radjavi: L’étiquette de terroriste sur l’OMPI est un scandale politique et juridique

Maryam Radjavi : Le rejet continu de la décision de justice pour maintenir l’étiquette de terroriste sur l’OMPI est un scandale politique et juridique et une récompense imprudente aux mollahs qui revient à participer à la répression du peuple iranien

CNRI – Maryam Radjavi, présidente de la République élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a estimé que le rejet continu de la décision de justice pour maintenir les Moudjahidine du peuple d’Iran (l’OMPI) dans la liste du terrorisme de l’Union européenne par le biais du Conseil des Ministres de l’Environnement est un scandale politique, juridique et moral qui se moque de l’arrêt  de justice et de l’état de droit.

Par le passé, Mme Radjavi avait déclaré le 23 mai 2007 que "le Conseil des Ministres planifiait de maintenir l’OMPI sur la liste du terrorisme de l’UE et allait annoncer sa décision dans les semaines à venir."

Ces derniers mois, plus de 1000 parlementaires à travers l’Europe ainsi que des résolutions et de nombreuses lettres des Commissions des Affaires étrangères et Juridiques du Parlement européen et des parlements d’Italie, du Danemark, des Pays-Bas et de Finlande ont exhorté  le Conseil des Ministres à appliquer la décision de justice et à retirer l’OMPI de la liste du  terrorisme de l’UE.

Les groupes démocrate-chrétien, social-démocrate, libéral et verts de la Commission des Droits de l’homme et des Affaires humaines du parlement allemand ont qualifié la conduite du Conseil vis-à-vis du verdict de cour, injustifiable, extrêmement déconcertante et arbitraire. Ils ont exigé que le Conseil respecte l’état de droit.

Malgré le suivi constant par les avocats de l’OMPI ces six derniers mois, le Conseil des Ministres n’a fourni aucune preuve crédible pour justifier sa décision. Les documents limités qui ont été mis à la disposition des avocats au bout de plusieurs mois n’ont démontré que la faillite politique du Conseil des Ministres et la vacuité de l’étiquette terroriste. Les documents n’ont aucun rapport avec le terrorisme, le plus récent date de 2001, il y a six ans, et la plupart remontent à plusieurs décennies.

Mme Radjavi a souligné que ceux qui dans l’Union européenne, en violant le jugement de la Cour et en ignorant les avis des parlementaires européens, cherchent à entraver la Résistance du peuple iranien, ne pourront jamais empêcher le changement en Iran. L’étiquette terroriste collée à  l’OMPI fond dans les flammes de la fureur populaire et du mécontentement qui dévore l’Iran tout entier. Même s’ils cherchent à amadouer les mollahs en prenant part à la répression du peuple et de sa Résistance, ils se trompent à nouveau et cela n’envoie qu’un message de faiblesse aux mollahs et les encourage à poursuivre leur politique.

Le régime des mollahs est la cause du carnage en Irak, a poussé le Liban et la Palestine au bord de la guerre civile, a expédié les hordes de terroristes et des cargaisons d’armes en Afghanistan et, en même temps, mène une quête effrénée de l’arme atomique. Accuser de terrorisme l’opposition légitime de ce régime est politiquement imprudent et porte un coup mortel à la lutte contre le terrorisme qui épargne les véritables terroristes.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 28 juin 2007

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe