vendredi, février 3, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Radjavi : Le gouvernement irakien doit mettre fin à son mépris...

Maryam Radjavi : Le gouvernement irakien doit mettre fin à son mépris des lois internationales et de ses obligations

Il doit abandonner l’ultimatum illégal de fermeture d’Achraf et accepter la visite de l’envoyé spécial de l’UE à Achraf

• La persistance de Maliki et de Zebari sur la fermeture d’Achraf à la fin de l’année et leur refus d’accepter l’envoyé spécial de la baronne Ashton pour Achraf, n’est en fait que l’annonce d’un nouveau bain de sang dont ils veulent imputer la responsabilité à des pays tiers pour ne pas avoir transféré à temps les résidents d’Achraf hors d’Irak.

• Le HCR, conformément à la loi, considère le gouvernement irakien comme le «pays hôte» des membres de l’OMPI à Achraf. De ce fait, il impute à ce gouvernement «la responsabilité principale de la sécurité des résidents d’Achraf et de leur protection ». Dans la pratique c’est impossible, puisque depuis le transfert de la protection par les forces américaines, les hors-la-loi qui gouvernent l’Irak, se sont transformés en bourreau et assassins des résidents d’Achraf et sont convoqués pour cela par la justice espagnole.
• En plus de forces sous le commandement de Maliki et de la Force terroriste Qods, Ahmad Chalabi, Ammar Hakim, Moqtada Sadr et d’autres laquais du régime iranien menacent constamment les résidents d’Achraf d’assassinat, de vengeance et de poursuites. Les Etats-Unis, le secrétaire général de l’ONU, le Haut commissaire pour les droits de l’Homme et la MANUI doivent garantir la protection des résidents d’Achraf »
• Soulignant le fait que les résidents d’Achraf sont prêts pour des entretiens individuel, Mme Radjavi a prévenu que, compte tenu des antécédents d’enlèvements, d’attentats à la bombe, des assassinats et des attaques contre les convois logistiques d’Achraf, faire sortir les résidents du camp pour les faire enregistrer, les auditionner ou pour toute autre fin n’est pas acceptable à moins que leur déplacement se fasse comme pour les employés de l’ONU et des pays occidentaux qui se rendent à Achraf, en hélicoptère et sous l’entière protection et responsabilité de l’ONU.
• Une autre solution simple et pratique est la séparation d’une section d’Achraf et sa mise à la disposition des observateurs de la MANUI et du personnel du HCR pour qu’ils puissent mener leur mission de manière indépendante sous le drapeau de l’ONU, afin de réaffirmer le plus rapidement possible, le statut de réfugié des résidents d’Achraf pour éviter un autre bain de sang.
• Le critère pour le gouvernement de Maliki pour être digne de confiance de l’ONU et délivré du joug du fascisme religieux au pouvoir en Iran sont les suivants: la reconnaissance du statut de réfugié des résidents d’Achraf, la levée du siège et la fin des restrictions, la fin des tortures psychologiques et le renvoi des tours de brouillage et des 300 haut-parleurs à Khamenei, le guide suprême du régime qui a récemment reçu plusieurs ministres de Maliki venu lui baiser la main.

Encore une fois, le 22 septembre à New York, sur les ordres de Maliki, le ministre irakien des Affaires étrangères a déclaré l’opposition de son gouvernement à la désignation de l’envoyé spécial de la baronne Ashton pour Achraf et sa visite en Irak. Au mépris flagrant du droit international et des obligations, Zebari a souligné que le gouvernement irakien « est engagé à fermer la base d’ici la fin de l’année et a entrepris des mesures nécessaires pour s’acquitter de ce plan ». Dans le même temps, il a répété cette déclaration ridicule que son gouvernement doit respecter la «loi humanitaire internationale » dans le traitement des résidents d’Achraf. (Site officiel du ministère irakien des Affaires étrangères le 22 septembre 2011). Aux yeux de ceux qui ont accédé au pouvoir sur le sang des troupes de la coalition et avec les armes et l’assistance des Unis-État, attaquer des innocents avec des véhicules blindés et les écraser sous les roues des Humvee est une forme d’application du «droit international humanitaire »! Un document secret révélé récemment par la Résistance iranienne signé par Farhad Ne’matollah Hussein, secrétaire général du Conseil des ministres de Maliki, ne laisse aucun doute sur cette réalité (communiqué du CNRI , n° 140 –  Achraf occupation militaire,4 septembre 2011).

Selon ce document, Maliki a émis le scénario suivant et des instructions pour l’attaque du 8 avril:
«1. L’action militaire pour nettoyer une partie des territoires occupées par l’Organisation et les placer sous le contrôle des forces irakiennes.
2. Campagne de propagande sur les agressions de cette organisation terroriste pour s’approprier les terres agricoles des paysans.
3. Lancer une mobilisation de l’opinion publique dans la province de Diyala dans le but d’organiser des manifestations réclamant leurs droits à reprendre leurs terres à cette organisation terroriste,
4. Prendre des mesures auprès les tribunaux et de l’appareil judiciaire afin de déposer des plaintes contre cette organisation terroriste et demander des compensations.»
 
Rappelant l’importance de l’aide fournie par les Etats-Unis et l’UE au gouvernement irakien, Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a qualifié l’initiative de la baronne Ashton pour empêcher le massacre des résidents d’Achraf comme une mesure vitale. Elle a déclaré : «La communauté internationale doit contraindre le gouvernement irakien à mettre fin à son mépris des lois et obligations internationales. Il doit abandonner l’ultimatum chimérique et illégal de la fermeture du camp d’Achraf et il doit accepter la visite de l’envoyé spécial de l’UE à Achraf. Cette échéance a été inventée par Maliki après le massacre du 8 avril pour détourner l’attention de l’opinion publique des responsabilités d’un énorme crime contre l’humanité. »

Mme Radjavi a rappelé : «Alors que le Haut commissariat pour les réfugiés a annoncé le statut juridiques des résidents d’Achraf, comme demandeurs d’asile et les personnes protégées par le droit international et qu’il travaille activement à déterminer leur situation, l’insistance de Maliki et de Zebari sur la fermeture d’Achraf à la fin de l’année et leur refus d’accepter l’envoyé spécial de la baronne Ashton pour Achraf, est en fait l’annonce d’un nouveau bain de sang dont ils veulent  imputer la responsabilité à des pays tiers pour ne pas avoir transféré à temps les résidents d’Achraf hors d’Irak. »

Mme Radjavi a ajouté : «Dans ces circonstances, le HCR, conformément à la loi, considère le gouvernement irakien comme le «pays hôte» des membres de l’OMPI à Achraf. De ce fait, il impute à ce gouvernement «la responsabilité principale de la sécurité des résidents d’Achraf et de leur protection ». Mais depuis le transfert de la protection par les forces américaines en début 2009, les hors- la-loi qui gouvernent l’Irak, se sont transformés en bourreau et assassins des résidents d’Achraf et sont convoqués pour cela par la justice espagnole.

Confier la responsabilité de la protection d’Achraf au gouvernement Maliki est impossible. Surtout qu’en plus des forces sous le commandement de Maliki et les Forces terroriste Qods, Ahmad Chalabi, Ammar Hakim, Moqtada Sadr et d’autres laquais du régime iranien menacent constamment les résidents d’Achraf d’assassinat, de vengeance et de poursuites.(Moqtada Sadr, l’agence Fars des Gardiens de la Révolution et le site dépendant du ministère du Renseignement du régime iranien, Habilian 19 Septembre 2011; Ammar Hakim, Agence Mehr Nouvelles affilié à Khamenei, le 16 Septembre 2011; Ahmad Chalabi, la chaîne al –Alam, chaîne satellite en langue arabe du régime iranien, le 30 mai 2011)

Deux jours avant l’attaque le 8 avril, M. Alejo Vidal-Quadras, vice-président du Parlement européen et président du Comité international de Recherche de la Justice, qui représente 4000 parlementaires du monde entier, écrit dans une lettre à la secrétaire d’Etat américain que le communiqué du 4 avril d’Ahmed Chalabi contre les résidents d’Achraf ne laisse aucun doute sur les intentions sinistres du régime iranien sur une attaque contre Achraf.

Mme Radjavi a déclaré : «Par conséquent, les Etats-Unis, le secrétaire général de l’ONU, la Haut commissaire pour les droits de l’Homme et la MANUI doivent immédiatement garantir la protection des résidents d’Achraf qui ont été attaqué à deux reprises en juillet 2009 et avril 2011. Six autres attaques par les forces irakiennes et les éléments du régime iranien dans la période du 1er octobre 2010 au 7 janvier 2011 se sont produites entrainant 221 blessés parmi les résidents.»

Insistant sur le fait que les résidents d’Achraf sont prêts pour des entretiens individuels, Mme Radjavi a averti : «compte tenu des antécédents d’enlèvements, d’attentats à la bombe, des assassinats et des attaques contre les convois logistiques d’Achraf, faire sortir les résidents du camp pour les faire enregistrer, les auditionner ou pour toute autre fin n’est pas acceptable à moins que leur déplacement se fasse comme pour les employés de l’ONU et des pays occidentaux qui se rendent à Achraf, en  hélicoptère et sous l’entière protection et responsabilité de l’ONU. Une autre solution simple et pratique est la séparation d’une section d’Achraf et sa mise à disposition aux observateurs de la MANUI et au personnel du HCR pour qu’ils puissent mener leur mission de manière indépendante sous le drapeau de l’ONU, afin de réaffirmer le plus rapidement possible, le statut de réfugié des résidents d’Achraf pour éviter un autre bain de sang. C’est ce que les pressions et les obstructions du gouvernement irakien ont empêché jusqu’à présent.

Le critère pour le gouvernement de Maliki pour être digne de confiance de l’ONU et délivré du joug du fascisme religieux au pouvoir en Iran sont les suivants: la reconnaissance du statut de réfugié des résidents d’Achraf, la levée du siège et la fin des restrictions, des tortures psychologiques, et le renvoi des tours de brouillage et de 300 haut-parleurs à Khamenei, le guide suprême du régime qui a récemment reçu plusieurs ministres de Maliki venus lui baiser la main.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 septembre 2011

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe